7 LEVIERS NUMÉRIQUES POUR LES TRANSITIONS

← AGILE → SOFT





OPTIMAL



DE QUOI PARLE-T-ON ?

Le numérique, c’est aussi (voire, historiquement, d’abord) l’informatique et son usage gestionnaire au service de la rationalisation et l’optimisation des processus, ainsi que de l’efficience et l’efficacité des organisations.

Le numérique n’exclut donc pas les schémas organisés (‘systèmes d’information’), la gouvernance, le pilotage politique, voire le dirigisme. C’est un champ de normes et de règles techniques et organisationnelles, pouvant se traduire en réglementation, en procédures, en surveillance. Il fournit des outils de pilotage, des tableaux de bord : outils de décision et de gestion prévisionnelle, systèmes d’évaluation, monitoring urbain. Il met en place des processus structurants et permet le contrôle par l’architecture même des systèmes et de l’accès aux données.

« Une des perspectives les plus fascinantes ainsi ouvertes est celle de la conduite rationnelle des processus humains. (...) Ne pourrait-on imaginer une machine à collecter tel ou tel type d’informations, puis à déterminer en fonction de la psychologie moyenne des hommes et des mesures qu’il est possible de prendre à un moment déterminé quelles seront les évolutions les plus probables de la situation ? Ne pourrait-on même concevoir un appareillage d’état couvrant tout le système de décisions politiques ? »
P. Dubarle, « Vers la machine à gouverner », à propos de la cybernétique, 1948 Principaux atributs transformateurs

PRINCIPAUX ATTIBUTS TRANSFORMATEURS


Les principaux facteurs de transformation associés à l’informatisation des organisations et des processus peuvent être schématiquement classés comme suit :

-> En figeant de manière excessive, par le code, le fonctionnement de l’organisation et le rôle des acteurs.
-> En réduisant le champ d’initiative des collaborateurs.
-> En formalisant les relations.
-> En déshumanisant à l’excès les processus…

À l’inverse, l’informatisation peut transformer une activité au point de la rendre difficilement contrôlable par les humains auxquels elle est censée bénéficier : c’est le reproche fait au ‘High Frequency Trading’, dans le champ de la finance.



« Le code fait loi » Lawrence Lessig, « Code is Law », Harvard Magazine, 2000 (traduit en Français par Framalang)


QUELQUES DOMAINES QUE L'INFORMATISATION GESTIONNAIRE TRANSFORME OU POURRAIT TRANSFORMER