Culture, médias et numérique (archive)

Culture, médias et numérique (archive)

Réflexion sur les enjeux du numérique sur l'industrie culturelle et les médias



Groupe archivé

 Ce groupe a fonctionné en 2011-2012 dans le cadre de l'Atelier de réflexion prospective PRISE animé par la Fing et un ensemble de partenaires pour le compte de l'Agence nationale de la Recherche (ANR).

Notoriété et usage du livre numérique (Janvier-Fevrier 2011)

ETUDE IPSOS MEDIA CT 

 notoriété et usage du livre numérique – janv/fév 2011

http://www.ipsos.fr/sites/default/files/attachments/ipsos_livre_hebdo_salon_du_livre.pdf

Enquête réalisée pour le magazine Livre Hebdo entre le 21 janvier et le 7 février 2011 auprès de 3 032 personnes de la population française âgées de 15 ans et plus. 

TENDANCES LOURDES :

La notoriété du livre numérique augmente mais son intérêt reste stable :

On remarque d’abord une évolution positive de la notoriété du livre numérique  : 61% en ont entendu parler, soit une progression très nette de 14% par rapport à la fin de l’année 2009, date de la précédente étude IPSOS pour le CNL (http://www.centrenationaldulivre.fr/?Le-livre-sera-t-il-numerique). Cependant,  le nombre de lecteurs de livres numériques ne représentent que 8% des sondés et ne sont qu’en légère augmentation (3%) par rapport à 2009. L’intérêt pour la lecture numérique reste limité(16%).

 

Le profil du lecteur de livres numériques est à double face (numérique/imprimé) 

Les lecteurs numériques, des hommes plutôt jeunes, de catégorie catégorie socio-professionnelle supérieure, parisiens, sont aussi des grands lecteurs de livres imprimés.

 

L’inconfort de la lecture numérique est le frein majeur avancé aussi bien par les lecteurs que les non lecteurs au format numérique:

La fatigue induite par la lecture numérique est mis en avant par ceux qui ne l’ont jamais expérimentée, donnée convergente avec les résultats d’une autre étude (Benchmark Group en 2010, http://www.benchmark.fr/catalogue/publication/110/etude-le-livre-numerique-ce-que-les-utilisateurs-en-pensent.shtml). C’est ce que pensent aussi les lecteurs de livres numériques qui ne trouvent pas leur lecture satisfaisante et déplorent "une lecture sur écran fatigante et la perte du contact physique ". 50% n’ont lu qu’un seul livre et ont abandonné la lecture avant la fin. 12% seulement ont terminé un livre électronique. Les livres scientifiques, techniques ou professionnels sont les plus lus alors que les livres que souhaiteraient lire les lecteurs potentiels de livres numériques sont des livres pratiques, des romans et de science-fiction, les livres scientifiques venant en dernière position.

 

Pas d’investissement dans du matériel dédié à la lecture numérique  :

Le matériel le plus utilisé pour lire au format numérique demeure, loin devant, l'ordinateur, qu'il soit fixe ou portable, c'est-à dire l'appareil que le lecteur possède déjà. Ensuite viennent les smartphones, puis les tablettes numériques et en dernière position les liseuses.

 

Le livre numérique ne s’inscrit pas encore en remplacement du livre imprimé :

Pour la majorité des lecteurs de livres numériques (89%), le livre imprimé reste le support privilégié qui perdurera dans les années à venir.

 

 

INCERTITUDES ET INCONNUES :

Maintien de valeur du livre imprimée ou inversion au profit du livre électronique?

Cohabitation ou remplacement des livres imprimés et numériques chez les jeunes, les principaux concernés ?  Report sur d’autres medias numériques en essor (medias sociaux, jeux…) dont ils sont friands ?

Levier de la baisse des prix pour déclencher le développement du marché pas si primordial (le prix élevé ou bas n’est qu’un inconvénient ou qu’une motivation mineure pour les lecteurs de livres numériques) ? On accorde une trop grande importance au prix ?  

PARADOXES :

Chez les lecteurs de livres numériques, l’intérêt du numérique est limité. La valeur de l’imprimé reste très forte dans les usages (les lecteurs de livres numériques sont aussi de grands lecteurs de livres imprimés) comme dans les déclarations (l’imprimé est considéré comme un support indétrônable dans les années à venir).

Les livres scientifiques sont ceux qui sont les plus lus dans le format numérique mais la plus grosse demande des lecteurs potentiels concerne les livres pratiques et de détente (romans, science-fiction). 

RUPTURES :

L’insatisfaction (fatigue, inconfort) relative à la lecture numérique est un frein à considérer dans la vision du devenir du livre numérique, l’intérêt encore en germe du livre numérique pouvant décliner et s’éteindre faute d’une offre de contenus et d’outils de lecture répondant aux besoins (offre de contenus diversifiée, outils de lecture améliorant le confort de lecture).

La technologie induit un nouvel usage : on observe un changement de pratique de la lecture : démarche de consultation plutôt que de lecture complète au format numérique. Orientation future vers des innovations en opposition avec des modèles de duplication de l’imprimé (modèle miroir) et de services (fonctionnalités interactives, annotation, multimedia…)?


Vous devez vous identifier pour ajouter un commentaire.
Veuillez vous identifier, ou créer un compte.

Conception & réalisation : Facyla ~ Items International

Plateforme construite avec le framework opensource Elgg 1.8