Culture, médias et numérique (archive)

Culture, médias et numérique (archive)

Réflexion sur les enjeux du numérique sur l'industrie culturelle et les médias



Groupe archivé

 Ce groupe a fonctionné en 2011-2012 dans le cadre de l'Atelier de réflexion prospective PRISE animé par la Fing et un ensemble de partenaires pour le compte de l'Agence nationale de la Recherche (ANR).

Quel sera l'avenir média en 2020? (par Ghislaine Chartron)

ETUDE UDECAM

Quel sera le paysage media en 2020 ?

Union des entreprises de conseil et achat Media

http://www.docnews.fr/fr/archives/etudes/etude-prospective-udecam-quel-sera-paysage-media-2020,6316.html

Enquête réalisée pour l’UDECAM, pilotée par Alain BUISSON, Professeur affilié-Paris, prospectiviste. Publié dans le Figaro, 14/10/10

Méthode : 1) Réunion d’une dizaine d’expert des medias et de la publicité, identifications des tendances et ruptures. 2) Puis guide d’entretien à partir de ces résultats, enquête auprès d’un panel d’experts. Cette enquête  a permis  de vérifier ou non les premières hypothèses, enrichir la réflexion. 3) synthèse générales pour élaborer les scénarios.

 

TENDANCES LOURDES  ET STRUCTURANTES :

Valeurs sociétales
-La prise  de pouvoir par les consommateurs, organisation réticulaire de la société
-Des services de plus en plus mobiles, flexibles, personnalisés, sans coutures
-Un recul de la vie privée

 

La technologie

-Un renversement de la logique des médias (centralisé-hiérarchique/décentralisé-réticulaire)

-Internet envahit tout ; le tout IP, Telephonie, TV via Internet. Internet des objets.

-Transparence de la technique (Cloud computing)

 

Le  secteur des médias

- La destruction de la valeur  (« destruction créatrice » de Shumpeter)

- La modification de la nature des messages (statique (vs) dynamique), auteur ?
- Gratuité de l’information de base

- Fragmentation de l’audience de la télévision (enrichissement de l’offre de chaînes)
- Dé-linéarisation croissante des consommations audiovisuelles
- Publicités de plus en plus personnalisées.

 

INCERTITUDES ET INCONNUES
Les facteurs d’incertitudes sont déclinés selon les 2 scénarios envisagés dans l’étude

L’environnement
- Quelle croissance économique et quels équilibres internationaux ? (Sortie de crise ?, Leadership américain ?)
- Quel avenir pour les medias audiovisuels américains ?
- Quel paysage réglementaire ?  (assouplissement de la règlementation ?)

La technologie
- Quels investissements dans les réseaux à très haut débit ?

Les usages
-Effet d’aâge ou effet de génération ? (retour ou non à des modes de consommation plus standard avec l’âge ?)
-Quelle vitesse de pénétration des télévisions connectées et des tablettes ?

Le mode des medias
- Qui contrôlera la relation client ? (Pure web ou éditeurs traditionnels)
- Quel futur pour le storytelling ? (interactivité)
- Quel futur pour le droit d’auteur ?
- Quels modèles économiques ?

 

 

2  SCENARIOS :

Scénario 1 : « Les invasions barbares » ou « Webcentric »

- Crise économique (USA, Europe)
- Hollywood perd la main au profit des acteurs de l’Internet
- Investissements importants dans le très haut débit, équipement rapide en TV connectée, smartphones, tablettes
- Les digital natives imposent leur mode de consommation (ATWAD)
- Les consommations s’organisent autour des réseaux sociaux, la conversation se monnaye plus que le contenu.
-Transformation profonde des modes narratifs qui deviennent collaboratifs et ludiques. Le droit d’auteur périclite.
- La relation client est maîtrisée par les acteurs de l’Internet, tous américains. Profilage des internautes, publicité comportementale.
- Durcissement des contraintes réglementaires (sans effet)
- La presse survit sur le web par des subventions et des mécènes.
- Les chaînes de TV traditionnelles se transforment en plate-forme VOD.

Scénario 2 : « ‘Empire contre-attaque »  ou  « content-centric »

- Reprise économique (USA, Europe).
- Hollywood garde la main, les grands Networks retrouvent des recettes publicitaires.
- Investissements mesurés  dans le très haut débit, équipement en TV connectée, smartphones, tablettes, évolution mais non révolution.
- Les digital natives retrouvent un mode de consommation plus passif. Les consommations s’organisent très largement autour des programmes diffusés.
- Importance de la « Social TV » mais le contenu reste la source principale de la valeur.
-Transformation progressive des modes narratifs sans remise en cause  du storrytelling traditionnel. Le droit d’auteur reste le pilier du système.
- La relation client est maîtrisée par les éditeurs traditionnels.
- Facteurs de succès : maîtrise des droits, maîtrise des interconnexions avec les réseaux sociaux. 
-Assouplissement des contraintes réglementaires.
- La presse : la reconquête.
- Les chaînes de TV traditionnelles se réinventent.

 

GC, le 1/04/11

 

 

 


Vous devez vous identifier pour ajouter un commentaire.
Veuillez vous identifier, ou créer un compte.

Conception & réalisation : Facyla ~ Items International

Plateforme construite avec le framework opensource Elgg 1.8