Panorama sur les enjeux sociaux

Panorama sur les enjeux sociaux


  • Présentation

Exploration - Problèmatiques sociales - Page suite aux réfléxions du 22 mars

Production de connaissances : experts et "sachants"

Plusieurs questions relatives à ces informations sur les problématiques sociales :

Dans quelle mesure est-elle "objective" ?

Plutôt voir cette objectivité comme une somme convergente de subjectivités, plutôt qu'une objectivité arbitrairement imposée. Cela dépend des publics auxquels elle s'adresse : les experts ou les futurs bénéficiaires. Selon le public, cette même connaissance devra être adaptée dans sa forme, car chacun ne dispose pas forcément de la même éducation ou des mêmes connaissances théoriques sur tel ou tel sujet connexe.Il ne faudrait pas que cette connaissance, produite par les personnes dans le besoin selon leur expérience propre, ne leur soit pas retournée sous une forme ou sous une autre, au profit de ces mêmes experts qui en tirerait le bénéfice de leur analyse.

Problématiques sociales et territoires

S'appuyer sur les acteurs qui travaillent sur ces sujets : De nombreuses actions ou expérimentations dans le champ social sont financées ou organisées par les collectivités territoriales. Disposant de moyens dédiés, proches du terrain la plupart du temps, elles représentent l'acteur idéal pour appuyer ces travaux coûteux et nécessitant souvent une pluralité d'acteurs tiers : consultants, sociologues, anthropologues, journalistes, chercheurs ... Les labos recherche-action, également, fonctionne de façon segmentée géographiquement en effectuant des applications itératives sur un territoire donné.

Favoriser l'hybridation entre les parties prenantes pour exercer conjointement avec les populations "étudiées", dans une logique de co-conception de projet et de co-production de connaissances.

Se concentrer sur une expérience limitée à un petit groupe de personnes, plutôt qu'un sondage trop rapide sur un échantillon large de population ; privilégier la granularité sur l'exhaustivité, c'est faire attention à la personne avant les chiffres qui les représentent froidement.

La 27e région, représentée à ce chantier sur leur programme "Territoires en résidence", partageait son retour d'expérience sur une approche locale et interdisciplinaire de création de valeur croisée ; une façon pour les "experts" de s'emparer de leur sujet d'étude, et de confronter leur vision avec une réalité directement sensible, une façon de ne pas non plus laisser la description des besoins uniquement aux personnes les ressentant, le manque d'expertise risquant de favoriser un conformisme et un clientélisme accru au système actuel.

Tout vient du terrain, il faut trouver les moyens pour une remontée bottom-up, terrain, par exemple de jeunes avec de appareils photos, vidéos au brésil qui remontent leur problèmatiques, des personnes au Canada qui réalisent des café sociaux que les problèmatiques de la famille.

Outils pour gérer cette connaissance, une fois produite

LIENS va avoir besoin, pour capturer, préserver puis retranscrire cette connaissance, d'outils numériques adaptés. Quels sont-ils ? Il semble encore trop tôt pour le dire, cependant il a été fortement souligné que ce point ne devait pas être sous-estimé, notamment en ce qui concerne l'indexation de ces contenus pour une recherche pertinente, sous peine de voir ce contenu enseveli sous une foule d'autres informations parasites, ce qui viendrait ruiner tout le long travail de remontée des besoins sociaux alors effectué sur le terrain.

Plutôt que de mettre en place un outil lourd et couteux, difficile à maintenir et techniquement perfectionné (donc risqué), l'idée de privilégier une veille souple de l'évolution des besoins remontés, et leur classification progressive, puis de procéder à une série d'expérimentations territoriales a été longuement discutée. Attention de ne pas tomber dans le piège du tout technologique, sous forme d'usine à gaz ; privilégier une approche par les usages, centré sur le bénéficiaire final.

Deux solutions sont envisagées, qui devraient se complémenter :

- Un réseau social d'acteurs qui nourrissent une base de connaissance. Pour favoriser les dialogues entre parties prenantes (qui permettent l'enrichissement mutuel), contextualiser, faire circuler la connaissance (agréger et transmettre), expérimenter des solutions en même temps que la remontée des problèmes, et accroitre l'appropriation des problématiques remontées par des porteurs de projets à identifier, pour garantir la réussite de ces solutions socialement innovantes.

- A un moment, une encyclopédie ouverte, de type wiki social, qui pose tous ces besoins et qui soit une référence.

Propriété intellectuelle et valorisation de la connaissance

Comment favoriser la motivation des acteurs

Qui tire parti des connaissances produites, comment et à quelles fins ? Cette connaissance des problématiques sociales, issues de besoins et d'usages remontés du terrain, a une valeur. Cette valeur, bien que mise en forme par des praticiens et des "experts", provient en matière brute des sachants, qui les vivent au quotidien. Si le but de LIENS est d'utiliser cette connaissance pour l'intérêt général du plus grand nombre, alors cette connaissance doit être la plus libre possible, et donc la moins verrouillée par une politique serrée de propriété intellectuelle. Ou plutôt, cette propriété intellectuelle devrait explicitement être définie comme la plus large possible, ce qui n'empêche pas ceux qui y ont contribué ou qui l'ont produite, d'être reconnus officiellement comme tel.

Enfin, pour valoriser cette connaissance, encore faudrait-il s'entendre sur une définition commune de la valeur, dans ces cas. Et ça, c'est loin d'être gagné, car la valeur est au coeur des débats les plus animés de l'économie sociale et du monde associatif. L'intérêt de LIENS réside peut-être là-dedans également : expérimenter une approche partagée de la notion de valeur de la connaissance sur ces sujets, et surtout partagée par les gens qui vivent ces problématiques. Un défi de plus, mais un espoir de taille !

Question à creuser sur cette production de connaissance

- Quelles connaissance on souhaite mutualiser dans cette base
- Quels résultats on attend d'une telle base ?
- Quels critères et connaissances pour cette base ?
- Quelle doit être la durée de vie de cette information ?
- Comment qualifier la pertinence de sa source ?
- Comment construire l'interface pour passer de la recherche et l'action,
- Comment agir une fois la base crée ?

Plus d'informations sur l'article de Damien Roussat : www.transformes.fr


Vous devez vous identifier pour ajouter un commentaire.
Veuillez vous identifier, ou créer un compte.

Conception & réalisation : Facyla ~ Items International

Plateforme construite avec le framework opensource Elgg 1.8