FuturEduc

FuturEduc

Imaginer l’Ecole pour tous à l’ère numérique


Transami

logo FuturEduc

Veille de projets

éducatifs innovants

 


Transami est une association fondée par cinq doctorantes/enseignantes en 2013 et fermée en 2015 pour porter le projet Transapi d'école inclusive et innovante. La nécessité de ce projet est apparu face au constat que le temps moyen de décrochage d'un jeune est de 30 mois, soit 2,5 ans! Or rien n'existe en mixité sociale et scolaire pour les jeunes demandeurs d'école autrement.


Transami proposait des accompagnements aux différents profils, en offrant  un espace  de travail  sous forme d’ateliers, pour aider notamment  la révision d’un examen. Transami intervenait également en lycées pour des projets d'innovations préventifs. Tous les projets de l'association étaient évalués et faisaient l'objet de recherches.

Transapi propose une vision de l’école idéale, où le temps de travail se ferait dans un espace communautaire accessible à tous, avec le possibilité de travailler seul ou en collectivité. Cet espace se verrait géré par une interface où les élèves inscriraient la discipline qu’ils viennent travailler afin de former des groupes de travail.

Dans leur vision de l’école idéale, plusieurs modules d'apprentissage autrement et pluri-disciplinaires seraient proposés, comme par exemple l’atelier math-percussions où il serait possible d’apprendre les percussions en révisant l’arithmétique.

Ils proposent aux élèves souhaitant être solidaires et acteurs de leur apprentissage de créer leurs cours. Ils utilisent donc le MOOC (Massive Open Online Courses) pour compléter leurs ateliers, cet outil se nomme TransiMOOC. 200 jeunes ont notamment élaboré un programme de révision du brevet (intitulé “La révision du brevet des collèges en histoire-géographie) sur cinq semaines avec des formats variés, comme des jeux géographiques, des débats sur Twitter, des cartes mentales ou des vidéos.

Sources :
site web : http://transapi.fr/
blog : http://transapi.fr/blog/
https://twitter.com/transapi

En quoi ce projet est-il particulièrement innovant ?
L’innovation réside dans la rupture du dedans ou dehors de l'école: il ne s’agit plus de réserver un espace aux décrocheurs et un autre à l’apprentissage mais de repenser l’acte d’apprendre collectivement présentiellement et à distance. Ce programme innove également en proposant de convoquer le corps dans les apprentissages. Enfin, l’innovation se place aussi dans l’utilisation et la création par les élèves d’un MOOC, qui s’inscrit au sein d’un programme de formation, et qui n’est pas utilisé comme seul outil de formation (comme c’est le cas de Coursera) mais pour rendre les jeunes pleinement acteurs de leurs apprentissages. L’accompagnement se fait donc sous forme d’ateliers physiques mais aussi à distance. Leur MOOC permet également une alternative interactive aux annales sous forme de livre pour la révision des examens.

Qu’est-ce que le projet change dans l’expérience vécue des élèves ?
Grâce à la création de TransiMOOC, les élèves deviennent acteurs de leur savoir puisqu’ils sont eux-mêmes producteurs de contenu. L’utilisation de tiers-lieux pour apprendre collectivement est également une expérience nouvelle permettant aux jeunes de se réapproprier leurs apprentissages. D’autre part, Transpi met en place une démarche proactive visant à proposer d’autres manières d’apprendre pour que tous les jeunes (précoces, dyslexiques, etc.) trouvent celle qui leur convient.

Qu’est-ce que le projet change dans l’expérience vécue des enseignants ?

Les enseignants peuvent s’appuyer sur ces ateliers pour leurs élèves et proposer un enseignement qui mobilise d’autres aspects que le mental (le corps en particulier) et ils peuvent s’inspirer de projet comme TransiMOOC ou la game jam (documentés sur le site) pour passer en pédagogie active.

Les enseignants ayant participé à TransiMOOC ou au projet cinéma attestent dans l’ensemble que ce projet leur a permis de prendre plus de plaisir à leurs cours, d’avoir un autre rapport aux élèves et de se sentir, eux mêmes, plus en situation de réussite.

Qu’est-ce que le projet change dans l’expérience vécue d’autres acteurs (lesquels) ?

Transami s'appuyait sur des lieux physiques pour accueillir les élèves, dans des lieux publics ou privés (bibliothèques, cafés…). L’expérience a été menée en Ile de France et à Toulouse et va être reprise par d’autres structures dans d’autres villes. Les communes pourraient proposer des lieux accessibles à certaines heures pour ce type d’activité (le mercredi après midi par exemple pour offrir un lieu intéressant pour les jeunes qu’ils soient scolarisés ou non).

D’autre part, les systèmes éducatifs pourraient missionner des enseignants pour un accompagnement en tiers lieux et pour impulser du travail collectif.

Enfin, face à l’essor des MOOCs et des supports interactifs, les éditeurs pourraient proposer des manuels scolaires visant à rendre le support moins “passif”.

 

 


Vous devez vous identifier pour ajouter un commentaire.
Veuillez vous identifier, ou créer un compte.

Conception & réalisation : Facyla ~ Items International

Plateforme construite avec le framework opensource Elgg 1.8