FuturEduc

FuturEduc

Imaginer l’Ecole pour tous à l’ère numérique


Labo des histoires

logo FuturEduc

Veille de projets

éducatifs innovants

 


Le Labo des histoires est une association fondée en 2011, par Philippe Robinet, éditeur, dédiée à l’écriture sous toutes ses formes et aux jeunes âgés de 9 à 25 ans. Ils proposent des ateliers d’écriture gratuits (le soir et le week-end) avec la participation d’auteurs, permettant toute forme d’écriture : journalisme, poésie, chanson, bande dessinée, témoignage, dialogue, scénarios de films, etc. Le Labo des histoires vise à englober tout le champ de l’écrit, des formes traditionnelles jusqu’aux nouveaux médias. L’association a reçu le label “La France s’engage”.


Le but est de créer un espace d’échange et de transmission pour l’écriture, mettant en relation des jeunes et des auteurs. Ils défendent que l’apprentissage et le goût de la lecture peuvent passer par l’écriture. Ils proposent différents types d’ateliers.

Parmi les ateliers thématiques, un atelier consiste à rédiger des articles et à rédiger un journal. Le Labo des histoires à initié le Labovore, qui est un webzine pour les jeunes, et qui a pour but de favoriser la pratique des médias. Encadré par un rédacteur en chef, (avec Thierry Keller rédacteur en chef du magazine Usbek & Rica pour leur premier numéro), les jeunes sont répartis dans différents pôles : rédaction, mise en page, correction, illustration, et rédigent des articles toutes les semaines. Le Labo des histoires souhaite accompagner les jeunes dans leur rapport à l’information. Ils organisent aussi des ateliers d’écriture créative inspiré de l’OuLiPo ou encore selon des thématiques.

Les ateliers spontanés ont pour but de libérer les jeunes de tout blocage ou autocensure. Sous forme de jeux comportant certaines contraintes, ils s’essaient à des écrits allant de 2 à 20 minutes (comme piocher un mot au hasard, réaliser un cadavre exquis littéraire, etc.). Ces ateliers spontanés s’adressent aussi à des jeunes éloignés du milieu scolaire.

Ils proposent aussi des ateliers collectifs pour le milieu scolaire ou le centre de loisir, pour déployer leur imaginaire et produire des textes individuels à partir d’une base commune.

En dehors des ateliers, le Labo des histoires intervient dans les espaces publics et en milieu hospitalier. Ils participent notamment à Lire en Short - La grande fête du livre pour la jeunesse (lancé par Fleur Pellerin le 17 juillet), où ils ont animé un atelier de correspondances numériques (envoi de cartes postales en ligne entre plusieurs lieux).

Sources :
http://labodeshistoires.com/lbh/
http://labodeshistoires.com/lbh/le-labovore/

En quoi ce projet est-il particulièrement innovant ?
Le Labo des histoires innove d’une part en proposant des ateliers où des professionnels du milieu de l’écriture interviennent, donnant une place et une importance à tous les jeunes. D’autre part, ces ateliers peuvent accompagner les cours de français en parallèle durant le temps extra-scolaire et contribuer au développement de la créativité, leurs ateliers se veulent en effet les plus ouverts possible afin de rompre avec la notion de contrainte et afin de permettre une appropriation des mots et des faits d’actualités.

Qu’est-ce que le projet change dans l’expérience vécue des élèves ?
Le Labo des histoires invite à la pratique de l’écriture et de la lecture, sous leur forme traditionnelle (format papier) ou numérique hors du cadre scolaire. Les ateliers d’écriture peuvent venir en complément du cours de français. Le fonctionnement collectif permet aux jeunes de travailler en équipe et/ou de leur apprendre à considérer l’avis de l’autre. L’écriture d’articles de journal leur permet notamment de s’approprier les faits d’actualités et d’aiguiser leur regard critique.

Qu’est-ce que le projet change dans l’expérience vécue des enseignants ?
Les enseignants peuvent s’inspirer du système mis en place par le Labo des histoires afin de libérer les jeunes de leurs difficultés (notamment le complexe de l’orthographe). La motivation passe aussi par la rencontre avec des professionnels du milieu de l’écriture, qui pourrait être intégrée dans les enseignements scolaires pour ancrer et contextualiser des savoirs.

Qu’est-ce que le projet change dans l’expérience vécue d’autres acteurs (lesquels) ?
Les systèmes éducatifs peuvent intégrer des interventions de professionnels et veiller à la mise en place de partenariats dans différents secteurs. Les communes et les établissements scolaires peuvent inclure les ateliers du Labo des histoires dans les activités périscolaires.

 

 


Vous devez vous identifier pour ajouter un commentaire.
Veuillez vous identifier, ou créer un compte.

Conception & réalisation : Facyla ~ Items International

Plateforme construite avec le framework opensource Elgg 1.8