Questions Numériques éditions antérieures

Questions Numériques éditions antérieures


>> Édition en cours <<
Questions numériques 2016-2017

THINK SMALL


La puissance transformatrice
de la petite échelle

 

Navigation

Copwatching : la surveillance des forces de l’ordre est-elle souhaitable ?

Titre (Le sujet de la controverse)

 Le copwatching : une mise à l'épreuve du concept de sous-veillance

 

Description (Les principales positions, les enjeux)  "L’intitulé de notre sujet est « Le Copwatching, une mise à l’épreuve du concept de sousveillance ». Le terme de sousveillance est un détournement du mot “surveillance”, qui implique l’idée d’une « veille ascendante », ou veille « par le bas ». La sousveillance correspond à deux notions : la surveillance de ses pairs, via l’espionnage et la délation (tout le monde surveille, pas seulement la police, habituellement investie de cette mission) et la surveillance des surveillants (« watching the watchers »).

En France, il existe un organisme chargé de la surveillance des forces de polices : l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN). Cet organisme est aussi, depuis la réforme de 1999, chargé de la surveillance de la Police Municipale. L’efficacité de cet organisme est aujourd’hui remis en cause par des citoyens. Cette remise en cause se manifeste par une mise à l’épreuve concrète de la notion de sousveillance, au travers du phénomène de Copwatching.

Le créateur du principe de sousveillance est Steve Mann, professeur à l’université de Toronto. La sousveillance est donc la surveillance de ceux qui nous surveillent. Les TICs (téléphones portables, Internet, etc) prennent une part importante dans ce phénomène. En effet les nouvelles technologies permettent de montrer les faits et gestes de ceux qui nous surveillent. Ce phénomène est apparu aux Etats-Unis, avec le mouvement des Droits Civiques et les Black Panthers (groupe révolutionnaire afro-américain formé en Californie) en 1966. En 1991, le film amateur du passage à tabac de Rodney King, un noir américain, à Los Angeles par des policiers blancs, donne une réelle ampleur à ce phénomène. Cette vidéo sera utilisée lors du procès et deux policiers seront condamnés à 30 mois de prison. C’est le point de départ d’un phénomène qui s’étendra ensuite à toute l’Amérique du Nord ainsi qu’à l’Europe (en France et en Angleterre principalement).

Mais la surveillance des forces de l’ordre est-elle souhaitable ? De nombreuses questions se posent quant à la légitimé de la démarche des Copwatchers. En effet les acteurs de ce phénomène filment les faits et gestes des policiers et notamment les comportements considérés comme abusifs lors de certaines interventions, mais ils mettent aussi en ligne un certain nombre d’informations personnelles concernant les policiers. De nombreuses questions juridiques sont donc en jeu.

Nous nous sommes plus précisément concentrés, pour notre analyse, à l’affaire qui concerne le site actif CopWatch Nord-Ile de France.

«Le site CopWatch [...] met en lumière –on line--- les pratiques déroutantes, brutales, humiliantes et donc illégales des policiers » (L’Humanité, « La dangereuse obéissance», 8 février 2012)"

Acteurs (Les personnes ou organisations qui en parlent)
  •  la CNIL
  • Copwatch
  • les fournisseurs d'accès internet
  • les hackers
  • Ministère de l'intérieur
  • Syndicats policiers

Plus d'infos dans l'onglet "acteurs" du site de la cartographie de controverse.

Dates clés (Les tournants : Publication d'un papier, promulgation d'une loi, début d'une polémique)  Ligne de temps sur le site de la carto
Références (Les articles de presse, papiers de recherche, discours, analyses...)
Cartographie de la controverse (si elle a déjà été traitée par des étudiants)

Sujet traité par des étudiants de Télécom Paris Tech en 2012

 http://ethique-tic.fr/2012/sousveillance/SiteWeb.html


Vous devez vous identifier pour ajouter un commentaire.
Veuillez vous identifier, ou créer un compte.

Conception & réalisation : Facyla ~ Items International

Plateforme construite avec le framework opensource Elgg 1.8