Questions Numériques éditions antérieures

Questions Numériques éditions antérieures


>> Édition en cours <<
Questions numériques 2016-2017

THINK SMALL


La puissance transformatrice
de la petite échelle

 

Navigation

Compte-rendu de l'atelier de Paris (24/10/12)

Dernière mise à jour le le 12 novembre 2012 par Margaux Pasquet

Le numérique au service d'une croissance verte et durable

1- PASSE, PRESENT : EVALUER LA PROMESSE

1.1- CE QU’EVOQUE LA PROMESSE

Expériences personnelles

    Développement de logiciels de veille sur les marchés financiers ; on brasse de l’argent, sans matière derrière, avec un indicateur d’achat et de revente. Mais est-ce que cela ne crée pas de la croissance?
    « La consommation collaborative, c’est le kif »

Personnalités emblématiques

> Penseurs, chercheurs, pionniers
    Jeremy Rifkin (L’âge de l’accès, La troisième révolution industrielle)
    Mohammad Yunus, prix nobel de la Paix 2005 : intégrer la dimension sociale dans la théorie économique / microcrédit
    Richard Stallman - Libre et croissance
    Michael Bauwens : vers une alternative au capitalisme actuel - le numérique crée plus de valeur d’usage que de valeur d’échange
    Edgar Morin – repenser la croissance et son contrôle en intégrant le développement de l’homme

> Entrepreneurs

    Thanh Nghiem (Des abeilles et des hommes : le libre catalyseur d’innovation sociale)
    Paul Hawken – Natural Capitalism : creating The next Industrial Revolution
    Gunter Pauli - Zero Emissions Research and initiatives : logique systémique, nécessité d’éviter les effets rebond en pensant global, tout en s’appuyant sur les écosystèmes locaux.

> Autres
    Pascal Canfin (actuel ministre du développement) : des marchés financiers plus transparents

Utopies, rêves... et cauchemars

    Généralisation de la symbiose industrielle - réutilisation des déchets des uns pour créer, produire, mettre en lisibilité l’ensemble des déchets produits
    Une économie circulaire, qui créerait quand même de la valeur
    Une vision holistique de la consommation

Produits, services, entreprises, technologies emblématiques

    Les logiciels libres, un impact positif en termes de durabilité mais un impact négatif sur la croissance économique ?
    Wikipédia : pas de création de valeur économique

>Numérique et collaboration
    Wikipédia, encyclopédie collaborative
    Des services de consommation collaborative grâce au numérique (AirBnb, couchsurfing, zilok, location de voitures P2P, la Ruche qui dit oui…)

> Numérique et économie de la fonctionnalité, des biens aux services :
    Renault Trucks : vers l’économie de la fonctionnalité, mise en commerce des km parcourus
    Autolib

> Des partenariats innovants :
    Citroën et Zilok
    Buzzcar et Vinci

> Entreprises et “greenwashing”
    Tout le Greenwashing porté par les gros acteurs, dont TF1
    Google, qui annonce de petits efforts (couleur de l’écran de recherche) et fait peu…

Projets emblématiques

    Le Repair Manifesto : une charte par des designers pour des designers, afin de concevoir des objets pouvant être réparés. Il s’agit de penser l’usage dans son intégralité, il y a un potentiel de croissance derrière.
    Les projets SmartCities des IBM, Cisco, Pegasus, qui oublient l’usager/habitant et ses pratiques, et proposent des réponses techniques et absolument pas sociales ou sociétales

Autres idées

La croissance durable n’est pas forcément engagée...
    Les marchés financiers ne s’engagent pas dans la durée
    Les circuits courts ne sont pas forcément durables (voir note de l’ADEME)
    « Croissance économique et conscience »
    Le durable, c’est aussi un équilibre, du bien être et du partage, un mieux vivre, bonheur, un modèle de société.

> Numérique et durable?
    2 aspects dans la promesse : est-ce qu’on peut minimiser l’impact sur l’environnement et est-ce que les comportements collaboratifs peuvent entrainer un nouveau modèle  économique ?
    La part d’ombre du numérique : consommation des serveurs, déchets informatiques, etc.
    Possibilité du développement durable comme nouveau modèle économique?

> Numérique et croissance ?

    Croissance : profit vs bien commun ?
    La grande question : le numérique crée-t-il plus de valeur qu’il n’en détruit ?
    « Quand on partage un bien physique on le divise, quand on partage un bien numérique on le multiplie »
    La valeur se déplace sur les services rendus
    La gestion des services est génératrice de data : la croissance va être liée  à ces data.

1.2- EVALUER LA PROMESSE

Ce qui a marché

    Une conscience des enjeux environnementaux qui va croissante
    Des innovations collaboratives, clés pour l’innovation verte de demain ; de plus en plus de partenariats sur le sujet du développement durable, et qui favorisent l’engagement de l’ensemble de la société, un meilleur accès et un meilleur partage de l’information
    Le logiciel libre, vecteur de l’innovation collaborative et nouveaux outils pour les jeunes entrepreneurs
    L’émergence de nouveaux usages plus « durables » : dématérialisation, télétravail, covoiturage, couchsurfing…
    Le développement massif des énergies renouvelables et le développement d’infrastructures type smartgrids
    Horizontalité croissante du monde grâce aux TIC

Ce qui n’a pas marché

    Pas de réduction des émissions de CO2, du rapport consommation énergétique/PIB, de la consommation de matières premières avec le passage au tout numérique
    Instrumentalisation du Green et investissement réel des entreprises en faveur du durable non fait (pas de remise en cause du modèle de croissance actuel)
    On vit toujours beaucoup dans l’avoir et non pas dans l’être (néo-libéralisme), peu de respect de « l’écologie spirituelle » de l’individu
    Le potentiel du numérique n’a pas tenu ses promesses sur l’idée d’une éducation
    Oubli des fins du numérique en lien avec le développement durable pour se concentrer sur les moyens

Ce qui nous a surpris

    Le numérique n’a que peu réfléchi sur ses possibles impacts
    Aujourd’hui, on se focalise sur l’aspect informationnel du numérique alors qu’il faudrait s’intéresser aux potentiels de collaboration qu’il ouvre
    La formulation de la promesse est surprenante : on ne sait pas encore vraiment ce que l’on veut, croissance et « verte » peuvent être antagonistes.
    Une focalisation sur l’aspect environnemental du développement durable au détriment de l’aspect humain et social

Ce que nous avons appris

    Nous sommes bien dans un monde fini, aux ressources naturelles limitées.
    L’émergence rapide d’une conscience planétaire / des éléments pour parier sur la dé-hiérarchisation du monde à venir
    La promesse est ambiguë, car elle contient en fait deux aspects, deux promesses : le numérique au service de la croissance et le numérique au service du développement durable.

BILAN:

Une promesse tardive et encore fragile, à la formulation très top-down, qui n’exploite pas tout le potentiel du numérique, qui met peut-être trop l’accent sur l’écologie (avec une connotation très monde occidental, le durable devant être entendu pas seulement sur le plan environnemental).

2- PRODUIRE UNE PROMESSE POUR L’AVENIR

2.1- QU’EST-CE QUI SERA DIFFERENT DEMAIN ? QUELS CHANGEMENTS DEVONS-NOUS PRENDRE EN COMPTE AVANT DE FORMULER UNE PROMESSE ?

 

Ce qui va changer

> Technologie
    Avènement de l’open data
    Le Big Data répond à ses promesses
    La montée des plate-formes
    Le développement du web énergétique

> Sociétal
    Vers le « c » to « b » et le « c » to « c »
    Une nouvelle profondeur de l’information en mode temps réel, et des environnements enrichis
    L’arrivée de la production collaborative, open-source
    Une responsabilité croissante vis à vis de l’information et de la communication

> Economique
    La faillite des Etats
    La montée en puissance de l’économie de la fonctionnalité
    Le développement des monnaies complémentaires / des monnaies P2P type BitCoin

> Environnemental / écosystémique
    De nouvelles catastrophes : financières, écologiques, etc. qui amènent à une prise de conscience
    Possibilités de guerres nouvelles liées au climat et à la gestion de l’eau

Ce qui deviendra possible

> Technologie
    Des outils d’évaluation et d’organisation pour vraiment faire face aux problèmes environnementaux
    De nouvelles techno « green » : les objets communicants / le stockage de l’électricité

> Economique et environnemental

    Des modèles économiques qui prennent réellement en compte la variable « développement durable »
    Une production énergétique décentralisée
    La généralisation de décisions et de comportements de RSE dans les entreprises (par auto-engagement de ces acteurs qui finissent par créer des labels, des standards)

> Sociétal

    Le rassemblement d’une masse critique active mondiale
    Le tri sélectif de l’information, pour tous
    De nouvelles formes de sociabilité augmentées
    La démocratie participative délibérative : l’intégration des contre-pouvoirs

Ce qui ne sera plus possible, ou plus désirable

> Sociétal
    L’individualité et l’intimité ne sera plus possible
    Le statut social associé à la propriété
    Les « petits-chefs », les sachants, le modèle top-down

> Technologie

    Des modèles énergétiques centralisés, qui sont producteurs de gaspillage que les TIC peuvent éliminer

> Economique

    Les investissements des banques, assurances, marchés financiers dans des projets contraires aux exigences de développement durable
    La surconsommation

> Environnemental
    L’accès illimité aux ressources
    Que les supports du numériques consomment toujours autant d’énergie

2.2- INCARNATION DE LA PROMESSE

LES 2 PERSONNAS

Concrètement, comment cette Promesse déroule-t-elle ses effets pour ceux auxquels elle est censée bénéficier

PERSONNA 1

Bruno, Maire d’une petite ville   
Un maire jeune (30 ans) et dynamique d’une petite ville de Haute-Savoie   
1. Dans le cadre du respect de la loi sur l’ouverture des données publiques, Bruno fait mettre à disposition des citoyens des informations et les problématiques de la ville ; ce sont des outils qui permettent d’être pleinement citoyens et acteurs de la ville. En convoquant l’intérêt commun, la ville s’assure que les exigences du « durable » soient respectées.   
2. Les citoyens peuvent voter pour un projet qu’ils souhaitent voir réaliser (on n’est pas dans le NIMBY mais le BIMBY), et si le projet recueille assez de voix, la ville lui consacre un budget. Ce jour-là, c’est un projet portant sur l’autonomie en énergie de la station de ski locale qui est choisi pour être développé.   
3. Le projet est développé au sein de l’Agora Numérique, qui est un espace de collaboration entre les acteurs et habitants de la ville et est ainsi un vrai laboratoire de projet. Finalement, la ville va installer des éoliennes sur l’arrête des montagne, qui sont très exposées au vent.
4. Ces éoliennes augmentent la valeur ajoutée de la station / elles sont la base du coût de fonctionnement de la station.   
5. Leur conception a été faite en open source, via la mise en place d’une unité de fabrication locale. Elles peuvent ainsi être dupliquées ailleurs, par une autre collectivité, un entrepreneur, etc.   
6. La conception des éoliennes et leur maintenance signifie la création d’emplois locaux, qui peuvent fournir leur expertise ailleurs… Tout est documenté, sourcé afin que d’autres s’en emparent ailleurs. La ville de Bruno devient un exemple que tous ceux qui souhaitent peuvent suivre.


Mots clés éventuels :
Agora numérique, Open data, Optimisation des ressources, Production énergétique

PERSONNA 2

Edouard De France   
35 ans-Habitant de grande banlieue-Vit en concubinage, 2 enfants, un chien-Passionné de nature, mange bio occasionnellement-Un profil assez digital (passionné de jeux vidéo)-Charge professionnelle assez importante, pression par les dirigeants
1. Edouard s’est levé de bon pied ce matin. C’est sa journée de la semaine en entreprise (le reste du temps, il télétravaille).   
2. La veille, il a réservé un trajet sur çaroule.com, avec Christine, pour partager les 50km qui le séparent de Paris. Il a choisi Christine car elle aussi est impliquée pour l’organisation transnationale pour la construction d’éoliennes le long des chemins de fer.   
3. Edouard jette un œil discret sur le compteur de surplus d’énergie (situé sur sa montre) produite la veille ; en un clic il accepte la proposition de rachat de Kirsten au Danemark.
4. En sortant de la maison, le mode « économie d’énergie » de la maison s’active automatiquement (grâce à l’internet des objets).   
5. Christine arrive à l’heure prévue, Edouard entre dans la voiture, le siège s’ajuste automatiquement à ses mensurations grâce à l’API de la voiture qui communique avec son smartphone. Cela lui permet d’utiliser l’espace restant du véhicule pour stocker sa sacoche de travail ainsi que les 2 objets qu’il va prêter pour la journée à des personnes qui ont exprimé leurs besoins sur “jeprêtejeloue.com”   

Mots clés éventuels :
Surplus énergétique, Partage, Internet des objets, Innovation écologique et sociale

2.3- LA NOUVELLE PROMESSE

Quels sont les 6-7 mots-clés qui doivent apparaître dans une promesse ambitieuse, tournée vers le futur, mais également crédible ?

Bien commun, Création de valeur, Co-croissance, Résilience, Innovation écologique et frugale, Consommateur- Producteur, Agora numérique, Frugalité, Sobriété

Les bénéfices

Modèle de société
Durabilité
Bien Commun
Création de valeur

La promesse

> La phrase retenue
“Le numérique, bien commun au service d’une co-croissance résiliente”


> Phrases alternatives
“Le numérique, bien commun au service d’une croissance collaborative et résiliente”
“Le numérique, bien commun au service d’une croissance collaborative et frugale”

Autres mots-clés

Croissance contributive/Coopérative/Collaborative, Autonomie, Empreinte sociale écologique, Economie d’énergie, Capacité d’organisation collective, Surplus, Production énergétique, Valorisation de l’immatériel, Ressources locales, Relocalisation de la production, Proximité, Consom’acteur, Durabilité, Bâtiment à énergie positive, Internet des objets, Open data, Profiling, Optimisation des ressources matérielles, Autonomie électrique, Information, équilibre

2.4- LES ACTIONS : TENIR LA PROMESSE

LES ACTIONS-CLÉS

1. Engager une démarche de consultation citoyenne pour trouver de nouveaux indicateurs liés à la croissance durable
2. Modéliser les résultats des entreprises en matière de durable pour apprendre en interne et pouvoir partager avec d’autres
3. Développer des outils d’accessibilité au numérique pour tous, type traduction automatique en ligne, afin de favoriser l’innovation et la collaboration
4. Création d’une agora en ligne, lieu de la démocratie collaborative permettant de co-construire des projets.
5. Pousser les laboratoires de recherche technologiques à développer une culture transversale, à organiser une veille au-delà de la technologie autour des idées et des thèmes de la croissance résiliente

 

Ce qu’ils devraient faire : un ministre, un PDG, un Directeur de recherche

> Le/la ministre

Obstacles
    Cadre de référence actuel (passer du top down au bottom-up)
    Démocratie représentative qui va chercher à garder ses prérogatives
    Culture de la compétition
    Marketing et culture courtermiste   

Actions-clés
    Développer une culture de la transversalité orga
    Création d’agora en ligne, lieu de la démo collabo
    Valorisation sociale du partage et de la collaboration, au travers d’exemples, etc.
    Trouver des indicateurs liés à la croissance durable plus qualitatifs, sur le long terme

> Le/la PDG

Obstacles
    ROI : retour sur investissement
    Mobilisation des équipes et finances
    Réticence au changement des actionnaires et autres parties prenantes
    Résistance en termes de management
    Lisibilité in et out   

Actions-clés

    Partage d’expérience au niveau du territoire – porteurs de projets, acteurs territoriaux, concurrents
    Modélisation des résultats pour avoir une forme d’apprentissage
    Mécénat, participation en mode référent sur d’autres projets ailleurs…

> Le/la directeur/trice de recherche

Obstacles
    Intérêt privé / propriété intellectuelle
    Accès au numérique
    Obstacle de la langue
    Complexité des outils numériques    

Actions-clés
    Comment rémunérer / PI ? Imaginer une possibilité de rémunération partielle – se rémunérer en termes de conseil et d’expertise sur le     modèle des innovations du libre
    Efforts en matière de popularisation des outils numériques – techno accessible pour tous, des outils pour la traduction automatique en     ligne
    Organiser une veille scientifique autour des idées et des thèmes  de la croissance résiliente et les intégrer en permanence  - sortir de     la techno.

Les engagements individuels

« Je m’engage à maintenir mon cap »
« Je m’engage à mettre en commun la croissance »
« Je m’engage à prendre en compte les alternatives « vertes » permises par de nombreux services en ligne au lieu de céder à la faciliter »
« Je m’engage à contribuer sur une plate-forme de crowdfunding pour des projets « durables » »
« Je m’engage à vivre mon temps autrement pour contribuer, autant que possible via les réseaux numériques, à l’émergence d’une société de la co-croissance résiliente, donc sobre et désirable » - Engagement n°1 du pacte civique.
« Je désire ardemment passer de l’activisme à l’action »


Vous devez vous identifier pour ajouter un commentaire.
Veuillez vous identifier, ou créer un compte.

Conception & réalisation : Facyla ~ Items International

Plateforme construite avec le framework opensource Elgg 1.8