Questions Numériques éditions antérieures

Questions Numériques éditions antérieures


>> Édition en cours <<
Questions numériques 2016-2017

THINK SMALL


La puissance transformatrice
de la petite échelle

 

Navigation

Une mobilité plus libre, plus diverse, plus riche, plus durable

-> A voir: compte-rendu de l'atelier de Paris (24/10/12)

 

Promesse initiale

Le numérique outillera les nouvelles mobilités et dé-mobilités en transformant les contraintes environnementales, économiques et énergétiques en opportunités.  
Les mobilités seront plus efficaces , plus humaines et plus durables grâce à des systèmes technologiques permettant de les optimiser.
Chacun pourra jongler entre les différents modes de transports comme il le souhaite.
On pourra faire le choix de sa mobilité, hybride ou virtuelle : vivre et travailler “à distance” sera possible grâce aux outils nomades comme à la multiplication de lieux intermédiaires de travail et de socialisation.

L’optimisation de l’organisation des systèmes de transports


“Des systèmes de gestion de la circulation intelligents peuvent améliorer les trajets quotidiens, fournir des informations plus fiables aux urbanistes, accroître la productivité des entreprises et améliorer la qualité de vie des citadins. Et ils peuvent réduire à la fois les embouteillages, la consommation de carburant et les émissions de CO2.

Sur une planète à l’urbanisation accélérée, la fluidité des déplacements et des transports est cruciale. Au 20e siècle, on a construit pour cela des autoroutes d’une région à une autre et d’un pays à l’autre. Au 21e siècle, les systèmes intelligents seront sans doute la marque du progrès.”

IBM


La gestion des déplacements reposera de plus en plus à la fois sur une demande et une offre complexe. La demande parce que ces déplacements s'organisent dans des temporalités différentes, désynchronisées et sur des destinations de plus en plus variées. L'offre parce qu'elle conjugue des modes de plus en plus nombreux. La place de marché qui organise la confrontation de ces demandes et de ces offres s'enrichit tous les jours. Cela peut se transformer en cauchemar.”
Bruno Marzloff, 2009

“En 2030, les bornes de recharge pour véhicule électrique branchables et véhicules à pile à combustible seront pratiquement omniprésentes : elles procureront une infrastructure distribuée pour recevoir de l’électricité du réseau principal et lui en envoyer. Nos enfants conduiront des véhicules silencieux, propres, intelligents et branchables à un réseau interactif qui sera horizontal, distribué et coopératif”

Jeremy Rifkin, La troisième révolution industrielle, 2012


Une mobilité virtuelle ou hybride


“La vie à distance va engendrer la liberté du choix. Elle va créer de nouveaux lieux, de nouveaux espaces et de nouvelles techniques. (...) La vie à distance va nous permettre de nous isoler sans rompre cependant avec le reste de la société. (...) L’espace de vie personnel [va] se modifier pour s’adapter à ces bouleversements : nous allons entrer dans l’ère de la domotique. (...) Le living-room va céder sa place à la “commedia room”, la pièce des communications et des médias [où] chacun pourra s’isoler pour télé-travailler, télé-acheter, télé-communiquer.”

Christian Loviton, La vie à distance, 1989

“La première étape est de créer un réseau d’espaces interconnectés de téléactivités. Ce sont des lieux où l’on va travailler dans des espaces flexibles, où l’on peut utiliser des salles de vidéoconférences de très haut de gamme, où l’on peut se former... mais à moins de quinze minutes de chez soi sans utiliser un transport individuel polluant. (...) Le fait de partager un lieu avec d’autres habitants d’un même quartier plutôt que des collègues de la même entreprise ne peut que resocialiser”

Gilles Berhault, Le développement durable 2.0, 2008

“Je pense aussi aux impacts que la dématérialisation des échanges, le télétravail sont susceptibles d’avoir sur l’abaissement de l’empreinte carbone et sur l’instauration de dynamiques de développement durable.”

Cécile Duflot, 2012



Ce qu’on attend du numérique au service de cette promesse :

  • L’optimisation des systèmes de transports existants grâce à des réponses techniques, tel le pilotage intelligent des systèmes

  • Faciliter l’intermodalité des transports, en donnant plus de choix et en brouillant la frontière transports individuels/ transports collectifs

  • Une mobilité plus durable, via l’articulation de transports “doux” et de transports électriques, ainsi que le développement de modes partagés

  • Se substituer à la mobilité physique : la possibilité de consommer, travailler, se socialiser, accéder à des loisirs... à distance

  • Le mise en place d’un réseau de nouveaux lieux de travail partagés, interconnectés, multifonctionnels et flexibles

  • La flexibilité des espaces et le déplacement des services et des ressources vers les gens, plutôt que l’inverse

  • L’enrichissement de l’expérience et du temps de la mobilité


Des solutions qui créent leurs propres problèmes


“La complexité des interactions requiert des moments de face à face, dont les avantages ne peuvent être complètement reproduits par les moyens numériques. (...) C’est pourquoi les interactions à distance ont complété, et complèteront toujours, les rencontres en face-à-face, mais ne s’y substitueront jamais de manière parfaite.”

Alain Rallet et André Torre, 2009


“La vitesse des transports et des transmissions instantanées réduit le monde à rien. Nous vivons une époque singulière, notre appréciation des échelles de temps et de distances est bouleversée et la terre est devenue trop petite pour le progrès.”

Paul Virillio, 2010

“La possibilité de se déplacer dans une série de champs  ouvre des potentialités  qui ne sont pas également accessibles à tous. La mobilité physique et virtuelle devient donc un élément de plus en plus important dans la formation des inégalités individuelles et sociales.”

François Ascher, 2004


“Les informations à connaître, les tendances à prévoir, les décisions à prendre pour pouvoir se déplacer, en respectant des objectifs (temps, coût, puis émissions) eux aussi de plus en plus complexes, vont croître à la limite de nos capacités. Cette complexité sera, une nouvelle fois, gérée par des machines. Nous l’accepterons comme nous avons accepté les machines précédentes, car les bénéfices engendrés seront supérieurs aux risques estimés. Nous aurons raison à condition de ne pas sous-estimer les risques. Ces derniers doivent être dès à présent être étudiés, compris et minimisés.”

Gabriel Plassat, 2010


Le nomadisme comme mode de vie?


“La mobilité est de plus en plus comprise en terme de création de liens, d’opportunités et de synergies, plutôt que de pur franchissement de distances, à vitesse plus ou moins grande. Ce que j’appelle «la reliance» devient la valeur nouvelle de la mobilité.

Il y aura, dans les années à venir, de plus en plus d’offres de service mobilité conçues pour maximiser la «reliance par kilomètre». Accompagnées d’arbitrages politiques qui pénaliseront progressivement les «kilomètres pauvres en reliance». Cela conduira à un accroissement de la mobilité, mesurée par la «reliance», sans croissance excessive du kilométrage. Il faudra de toute façon dans les années à venir à la fois accroître la mobilité et stabiliser, voire réduire, le nombre de kilomètres parcourus.”

Georges Amar, 2012

“Le néo-nomadisme exprime une transition qui peut être culturelle ou correspondre à un passage de limites - géographiques, physiologiques, académiques, urbaines. (...) Il dénote une transformation, psychologique, chimique, résultant d’une mobilité multiple, à la fois physique, numérique et mentale.

Le néo-nomadisme durable capitalise sur les avantages de la mobilité multiple et propose de réfléchir à l’obsolescence des choses pour monopoliser le moins d’énergie possible, au partage comme une solution économique et sociale et à une pratique néo-vernaculaire de la production des espaces.”

Yasmine Abbas, Le néo-nomadisme, 2011


Vous devez vous identifier pour ajouter un commentaire.
Veuillez vous identifier, ou créer un compte.

Conception & réalisation : Facyla ~ Items International

Plateforme construite avec le framework opensource Elgg 1.8