Questions Numériques éditions antérieures

Questions Numériques éditions antérieures


>> Édition en cours <<
Questions numériques 2016-2017

THINK SMALL


La puissance transformatrice
de la petite échelle

 

Navigation

La fabrication numérique personnelle

-> A voir: le compte-rendu de l'atelier de Paris (24/10/12)

 

Promesse initiale

Demain, chez soi ou dans des espaces ouverts de proximité, chacun pourra produire tous les objets dont il a besoin, envie, ou rêvé. La révolution internet se poursuit dans la conception et la production d’objets physiques.


image


“Comme c’est arrivé aux ordinateurs, les capacités des machines-outils deviendront accessibles à tous sous la forme de fabricateurs personnels. Les implications en seront probablement encore plus grandes, parce que c’est notre monde physique que nous personnaliserons, celui des atomes, plutôt que le monde numérique des bits.” Neil Gershenfeld, Fab: The coming revolution on your desktop, 2005

“Deux forces, l’une plutôt sociale, l’autre plutôt technologique, convergent pour transformer comment les objets, les services et les expériences - les “choses” de notre monde - seront conçus, fabriqués et distribués dans la décennie à venir. La culture émergente des “makers” et du do-it-yourself annulle sans complexe la garantie des objets qu’ils achètent pour les désosser, les transformer et les personnaliser. ce qu’ils ne peuvent pas acheter, ils le fabriquent. Dans le même temps, des technologies manufacturières flexibles font passer la fabrication d’un modèle de masse et centralisé, à des modes légers et ad hoc. Ces tendances s’appuient sur une économie communautaire - de nouvelles structures de marché qui se développent en ligne et qui incarnent un passage de la vente en magasin à la connexion des communautés.” IFTF, 2008

“A mesure que les technologies manufacturières sortent des usines et entrent dans les foyers, comme l’ont fait les ordinateurs personnels, des outils de fabrication ‘personnalisés’ permettront aux consommateurs, aux écoles et aux entreprises de travailler et de jouer autrement. Ces technologies seront à l’origine d’une ‘évolution industrielle’ qui associeront le meilleur des modes de production artisanaux et de masse, et qui pourraient bien inverser en partie la tendance à l’externalisation. Les technologies de fabrication personnelle ouvriront des marchés mondiaux pour une “longue traîne” d’objets personnalisés, dont les ventes permettront à de nombreux spécialistes, industriels de niche et cabinets de design de vivre confortablement. Des groupes défavorisés pourront concevoir et fabriquer leurs propres équipements médicaux, jeux, pièces de rechange et autres outils localement, à partir des ressources disponibles sur place. Dans l’enseignement, les outils de fabrication personnelle feront émerger une nouvelle génération d’innovateurs et stimuleront l’intérêt des élèves vis-à-vis de la science, de la technologie et des mathématiques.”Jeffrey Lipton, Factory@Home, 2010

“Des percées technologiques récentes facilitent le partage au point que tout un chacun peut aisément documenter et présenter ses projets Do-It-Yourself [DIY] à une large audience. Un ensemble émergent d’outils permette aux passionnés de critiquer, d’enrichir et de mettre au point collectivement leurs travaux, souvent en temps réel. (...) Cette accessibilité et cette décentralisation a permis l’apparition d'importantes communautés autour de l’information DIY, attirant à elles des individus curieux, passionnés et/ou fortement engagés dans des projets DIY.” Rise of the Expert Amateur, 2010




Ce qu’on attend du numérique au service de cette promesse

  • La démocratisation de l’accès aux outils de conception et de production
  • La possibilité d’échanger des plans, schémas et blueprints numériques dans des licences libres pour en faciliter leur diffusion, évolution, mashupage et réutilisation
  • La mise en relation des différentes entités de l’écosystème lié à la fabrication numérique et personnelle
  • La possibilité de produire chez soi avec les équipements adéquats, ou en ligne via des services de “cloud-manufacturing
  • Le développement d’une “longue traîne des objets”

 

Passer des bits aux atomes ? Pas si simple !


On n’atteindra pas aisément la qualité et l’efficience de la grande industrie !

“Je ne serai pas surpris de voir un jour les imprimantes 3D apprendre à mixer les substrats et les matériaux, mais les imprimantes ne sauront reproduire, par exemple, la fiabilité des composants électroniques produits en masse, même les plus simples, avant des décennies. Mais supposons qu’un jour, une machine de bureau puisse imprimer un iPhone. D’où viendraient les matières premières ? Des mêmes sources assez peu éco-compatibles qu’aujourd’hui. Le coût environnemental des objets ne changerait pas. Les atomes ne seront pas les nouveaux bits avant que nous ne sachions transmuter un type d’atome en un autre.” –  Joel Johnson, 2010

Tout ne se prête pas à la production personnelle !

“Les gens pourraient utiliser la fabrication de bureau pour produire des armes ou d’autres produits nuisibles. Comme n’importe quel outil, celui-ci pourrait être utilisé à mauvais escient. Combinée avec la facilité de transférer des fichiers via l’internet, cette capacité pourrait conduire à la prolifération d’appareils de destruction. (...) Le coût matière de la fabrication personnelle est très supérieur à celui de la fabrication de masse : il faudra que la valeur créée le justifie. Ça ne peut pas fonctionner pour des objets de tous les jours. Il faudra trouver des applications qui tirent parti de ses avantages particuliers. Cependant, l’absence de coûts de réglage, de gestion des entrepôts, de packaging et de logistique, pourrait compenser en partie le coût unitaire de fabrication. Et celui-ci pourrait diminuer à mesure que la technologie progresse.” –  Jason A. Morris, 2007


Trouver les bonnes “niches” pour la production à l’unité !

“Certes, l’impression 3D pourrait servir à créer en masse des copies de biens manufacturés, mais elle pourrait aussi produire des pièces de rechange pour des objets usés ou cassés. Plutôt que de courir l’internet à la recherche de telle fixation ou charnière à la forme bizarre, on pourrait tout simplement l’imprimer. Du coup, l’individu pourrait décider d’améliorer la pièce d’origine pour éviter qu’elle ne casse à l’avenir.” –  Michael Weinberg, 2010

On prototypera chez soi, on produira en Chine !

“Les outils de la production manufacturière, depuis l’assemblage électronique jusqu’à l’impression 3D, sont désormais accessibles aux individus, y compris à l’unité. Quiconque possède une idée et un peu d’expertise peut activer une chaîne de production en Chine en appuyant sur quelques touches de son ordinateur portable. Quelques jours plus tard, ils recevront un prototype à domicile et une fois celui-ci parfaitement au point, il suffira de quelques autres commandes pour en produire des centaines, des milliers ou plus encore.” Chris Anderson, 2010


Vous devez vous identifier pour ajouter un commentaire.
Veuillez vous identifier, ou créer un compte.

Conception & réalisation : Facyla ~ Items International

Plateforme construite avec le framework opensource Elgg 1.8