Connecteur recherche

Connecteur recherche

Favoriser les échanges entre chercheurs et praticiens.


En ce moment

Si vous avez des envies / des besoins, l'appel à connexion est ouvert.

Groupes connexes

Inria & Fing
- Ensci
- Atelier commun
- Culture, médias et numérique
- e inclusion et pratique d'empowerment
- Entreprise numérique
- Mobilité espace

Synthèse collaborative de la session "L'avenir du travail"

>> Télécharger la synthèse (.pdf) de l'atelier "L'avenir du travail"

>> Voir la synthèse des autres ateliers du "Connecteur Recherche"

>> A propos du Connecteur Recherche

NB : cette page est en "mode wiki", c'est à dire qu'il est possible à toute personne disposant d'un compte sur ce site ("Se créer un compte" en haut à droite) sur ce site d'y apporter des modification, des commentaires ou d'y poster vos propres notes !

 

En introduction à l'atelier "L’avenir du travail"

 L'Europe fait face à une double crise de l'emploi et du travail : tension croissante entre travail et capital, perte de sens, délitement des communautés de travail, dénouement du lien entre travail et qualité de vie, désengagement… En facilitant un management de plus en plus quantitatif et éloigné des réalités, en automatisant à outrance, le numérique est dans une large mesure à la source de cette crise. Pour de nombreux individus, il constitue aussi un remède en facilitant un travail plus souple, plus mobile, plus autonome, et en reliant plus aisément les différentes dimensions de leur vie. Pour la plupart des individus comme des entreprises, cependant, la tension entre ces deux dimensions du numérique  (automatisation, rationalisation, contrôle et hiérarchisation d'un côté, souplesse, agilité, empowerment individuel, mobilisation collective de l'autre),  prend une forme conflictuelle ou au mieux, totalement désorganisée. 

Quels champs de recherche faut-il explorer pour appréhender ces évolutions en cours ? 

Le numérique pourrait-il participer à renouer le lien entre objectifs individuels, organisationnels et collectifs ? Existe-t-il des pistes de recherche prenant en compte la capacité des individus, par le numérique, à mieux maîtriser leurs projets professionnels, ou des collectifs informels à exercer des formes nouvelles d'influence ? 

Intervenants 

Philippe Hagmann, Responsable du pôle Vie au travail, à la direction des ressources humaines - EDF

Anne-France Kogan, Maître de conférence en sciences de gestion, Ecole des Mines de Nantes

Daniel Ratier, de la Direction Générale du Travail, co-auteur du rapport "L'impact des TIC sur les conditions de travail" 

Laurent Mahieu, secrétaire général adjoint à la CFDT Cadres

Etienne Maclouf, Maître de conférence, Sciences de gestion, Panthéon Assas

 

 

Pistes pour la Recherche

 

Refaire du travail un objet d’étude

Les approches politiques du travail développées ces dix dernières années ont mis essentiellement l’accent sur les temps de travail (« travailler moins d’un côté et partager le temps de travail » avec les RTT / « travailler plus pour gagner plus » de l’autre). Ces débats ont masqué, à tout niveau (politique, syndical, recherche), les autres évolutions des pratiques de travail, à commencer par la flexibilité croissante du temps de travail . 

Le sujet du travail souffre finalement de ne pas avoir été suffisamment un objet d’étude, de débat, alors même que ses évolutions sont profondes, introduit P. Hagman.

L’évolution des pratiques de travail depuis la révolution industrielle

Si l’on observe les pratiques de travail depuis la révolution industrielle, les évolutions sont gigantesques. A commencer - une fois de plus ! - par le temps de travail qui a considérablement diminué, en raison de l’apport des technologies à la productivité (multiplication de la force de travail, automatisation, etc.). Les études de Jean Viard montrent ainsi que l’on travaillait en début du 20e siècle XX heures de notre vie éveillée. Dans les années 50 XX heures, et aujourd’hui 17H de notre temps de vie éveillé est passé au travail.

L’impact - contradictoire - des TIC

Aujourd’hui les TIC sont un facteur d’évolution très fort. Cela représente comme une 2e révolution industrielle. Les TIC agissent dans les organisations à la fois comme un révélateur des fonctionnements et un accélérateur des process. En particulier on assiste à une « intensification du travail avec la complicité des TIC » ; à l’accroissement des coopérations horizontales, induisant une plus grande proximité relationnelle. Ce qui modifie, in fine, les lignes managériales, ainsi que les espaces de travail

L’influence des TIC sur les « rôles au travail » est directe mais en même temps paradoxale : 

 

  • d’un côté des salariés contrôlés, « monitorés », et pour qui la cadence de travail devient infernale, les pratiques de travail destructrices de l’individualité ; 
  • de l’autre des salariés plus autonomes, libres d’organiser leur temps de travail, mais celui-ci n’a plus de visibilité : les pratiques de débordements se multiplient, le temps n’est plus comptabilisé. 

 

D’où une souffrance au travail nouvelle, qui s’exprime non pas tant physiquement que mentalement. Ce sont les « risques psycho-sociaux », et qui en appellent précisément à une nouvelle forme de régulation des pratiques de travail (cf. conclusion du rapport CAS / DGT).

 

Les autres facteurs d’évolution

Les TIC ne sont pas les seuls facteurs de transformation du travail. P. Hagmann en pointe 3 autres : 

- d’ordre économique : concurrence accrue / accélération des rythmes

- d’ordre législatif : multiplication des normes (sécurité, égalité, environnement) et des pratiques de reporting, (aux résultats très contradictoires).  / Flexibilité croissante des temps de travail / Complexifications du travail, des tâches, qui entrainent des tensions, etc.

- d’ordre sociologique : la féminisation du travail / Montée de la parentalité / Allongement de la vie au travail (espérance de vie en bonne santé) et montée en compétences des travailleurs ;

Pour se réapproprier le travail - les pistes de recherche a approfondir

Il faut se réapproprier le « travail » et que les individus au travail arrivent à redonner du sens à leurs pratiques 

Il faut imaginer des scénarios organisationnels rendant les relations de travail plus efficientes.

Ce qui pose problème : 

Interpénétration des temps de travail et temps de vie personnelle

=> analyses des pratiques de « débordement » : c’est-à-dire les pratiques de travail au domicile, dans les transports, sur les lieux de vacances, etc.

La problématique autonomie du travailleur par les TIC : 

o d’un côté avec l’autonomie et la liberté d’organisation individuelle, le temps de travail n’est plus forcément « visible » car il ne se déroule plus forcément sur le lieu de travail.

=> pb de la valorisation du travail accompli. 

o D’un autre côté une autonomie qui est soumise à un contrôle permanent, à du reporting, à de la réactivité, à l’immédiateté, etc. 

Les modes d’apprentissage, de formation en continu (peu de pratiques réelles), et en particulier par les pairs / les collègues (peu pensés).

Ce qui n’est pas connu, observé

Analyse comparée des cultures du travail / Identité: Les rapports au travail semblent très marqués culturellement. En France identification très forte à son travail, recherche d’épanouissement, de relations sociales, etc. En Angleterre, en Espagne : un rapport au travail plus distant. Les suicides en « entreprises » sont impensables en Allemagne, en Espagne, etc.

=> développer des analyses comparées. 

Evolution des rôles au travail : Les « rôles » au travail évoluent (salariés plus renseignés, plus engagés, plus influents sur l’organisation), ce qui influe directement sur les espaces de travail – physiques – et les espaces de communications formelle – informelle. 

Les pratiques de réappropriation, de détournement, de contournement des règles, des outils, du management, etc. Les pratiques de Hacking du plus soft au plus sauvage / violent (sabotage, etc). 

Les nouveaux collectifs de travail : la formation de relation interpersonnelle, la composition de réseaux de collaboration non officiels mais effectifs. 


Ce qui est en question / est à anticiper

La fin du contrat de travail ? Le contrat de travail est aujourd’hui défini par le rapport au temps et à l’espace de travail. Va-t-on vers une disparition du contrat de travail ? 

La fin du travail, et la légitimation de « l’activité ». Il semblerait qu’on assiste à une bipolarisation : d’un côté des tâches automatisées, prédéfinies, des process à exécuter (d’où une « perte de sens »), de l’autre le travail à inventer. 

=> Vers la fin du travail (au sens d’une tâche avec un début et une fin), et vers la légitimation de « l’activité » ? 

Les nouvelles sanctuarisations : plutôt que de tenter de définir le travail, définir ce qui n’en est pas, ou doit être protégé : le droit au repos, le droit à s’occuper des siens, etc.

Idées de projets de recherche-action :

Accompagner des équipes syndicales dans leurs actions. Observer le dialogue entre salariés et délégués syndicaux 

 

 

Ressources

 

Rapport CFDT – Cadres « Impact des TIC sur le travail des cadres »

Jean-Pierre Dupuy, Ordres et désordres

Rapport Centre d’analyse stratégique / Direction générale du travail « Impact des TIC sur les conditions de travail»

Jacques Ellul, La technique ou l’enjeu du siècle, Le système technicien, Le Bluff technologique 

Orwell (tactiques raisonnées)

Hannah Arendt, Condition de l’Homme moderne

Emmanuel Dockès, Professeur à l’université Lyon 2, directeur de l’Institut d’études du travail de Lyon, ERDS/Cercrid : 2 articles « Un accord donnant, donnant, donnant, donnant... », « Perte du sens, et effritement du droit du travail » CERAS

Etienne Maclouf, « Espace de travail et management », Revue de gestion des ressources humaines n°81 2011

 

>> Télécharger la synthèse (.pdf) de l'atelier "L'avenir du travail"

>> Voir la synthèse des autres ateliers du "Connecteur Recherche"

>> A propos du Connecteur Recherche

 


Vous devez vous identifier pour ajouter un commentaire.
Veuillez vous identifier, ou créer un compte.

Conception & réalisation : Facyla ~ Items International

Plateforme construite avec le framework opensource Elgg 1.8