• Accueil
  • Préface de Divina Frau Meigs

Préface de Divina Frau Meigs

FuturEduc, imaginer l'école pour tous à l'ère numérique

Point de vue de Divina Frau Meigs

On se réjouit à lire ce bilan d’expédition et les 9 propositions de terrain qui en sont ramenées ! L’opération s’est révélée fructueuse, féconde, fertilisante même! Par jeu, je vais filer les métaphores perlées dans FuturEduc, pour sortir de l’opposition qui place le numérique entre deux images polarisantes, le surf et la mine.

FuturEduc propose un autre imaginaire, multipolaire, celui de l’exploration, de la carte et du chemin sur le bord duquel poussent des arbres (de la connaissance) ! On y trouve des sources (ouvertes) et des grains à semer et à partager (les données). Préoccupée de diversité, je parle souvent de terroirs numériques, mais cette école-ouvroir proposée ici fait surgir l’image d’un « donnoir » (contraction de donnée et de terroir/ouvroir), pour évoquer ce lieu collectif où convergent les espaces réels et virtuels par le biais de données qui se laissent voir, un peu comme les metaverse ou univers parallèles des jeux vidéos. L’essentiel est de ré-enchanter le numérique dont la biophilie me frappe toujours, car, bien compris, il fait retrouver le goût de tout ce qui est vivant, —y inclus la saveur des savoirs.

Pour moi qui vient de l’éducation aux médias et à l’information et qui prône la translittératie (la convergence orchestrée entre éducation aux médias, aux documents et aux datas), la compatibilité entre les approches me frappe, que ce soit par le projet, par les modes de faire, par les pédagogies transverses… Ce que les datas font aux médias —et réciproquement— me semble une véritable invitation au voyage. Le proche et le lointain, l’ici et l’ailleurs sont à portée de click, avec les MOOC notamment et leurs approches en mode bricolage (DIY) et partage (SWO).

Je suis séduite par l’approche systémique, distribuée, qui met la compétence « data » en lien avec la compétence « collaboration », et les associe toutes deux à la proximité, à l’apprentissage en présence et à distance… J’exhorte souvent à une pédagogie de la participation, car la collaboration ne se décrète pas et ne s’improvise pas mais se prépare. FuturEduc ne sous-estime pas les besoins en accompagnement (coach, tuteurs, aides extérieures, compagnonnage, supports numériques...). Du coup l’école devient comme une ruche avec toutes sortes d’intervenants qui mettent ensemble leurs compétences distribuées et le changement devient pensable.

La méthode adoptée correspond au numérique, ouverte aux deux bouts, dans le sens où les solutions doivent pouvoir se brancher à l’existant, pour aider l’école à faire des petits pas vers sa rénovation sans que celle-ci ne soit vécue comme un saut trop en hauteur pour être atteignable. Dans la mise en œuvre, les explorateurs de FuturEduc ont pensé à signaler les pistes à prendre et les écueils à éviter. Celle qui me semble essentielle —et pour laquelle il faudra sans doute repartir en quête—, c’est la piste de la formation des enseignants. Parmi les métiers d’avenir il y a le leur … mais tellement augmenté que cela en donne presque le vertige. Ils sont en effet les chevilles ouvrières, dans l’école-ouvroir. Mais il ne faut pas les laisser sans GPS face aux sources, aux chemins et aux arbres des données. Or l’exploration des passerelles entre l’enseignement supérieur et le secondaire fait souvent l’effet d’un pont au dessus de l’abime tant les liens sont distendus.

Passer par le truchement des éditeurs et par le biais de résidences d’éditeurs scolaires apparaît du coup comme une main tendue, pour créer des ressources et partager des pratiques, avec les élèves, acteurs à part entière du processus. Cela pourrait susciter leur enthousiasme et développer leur esprit critique pour décoder les datas. Dans ce renversement de la chaine de production, d’édition et de publication de l’information qu’est fondamentalement le numérique, tout élève est un média en puissance et lui donner la maîtrise de cette chaine, avec l’accompagnement des professionnels, relève de la véritable émancipation prônée par FuturEduc. En route !

Divina Frau-Meigs, France

 
Professeur, Université Sorbonne Nouvelle
Sociologue des médias
Chaire UNESCO « savoir devenir dans le développement numérique durable »
Présidente, Savoir*Devenir
Site web