DigiWork

DigiWork

Repenser la place de l'individu au travail dans une société numérique


DigiWork

La crise actuelle du travail touche autant les individus que les entreprises, dont les attentes respectives sont en tension. Le numérique est l'une des causes de cette crise (permettant de nouvelles formes de taylorisme, de surveillance, de procédurisation, d'infobésité, de débordement du professionnel sur le personnel), mais il fait aussi partie des solutions (permettant une souplesse d'organisation, une mobilité, des réseaux élargis, de nouvelles dynamiques collectives).

Et si on changeait de point de vue ? Au lieu de partir des organisations, partons des individus, dans leur relation aux collectifs de travail et aux organisations, et tirons toutes les conséquences de cette figure de "l'individu autonome" non pas telle que le marché la définit, mais telle que les individus la souhaitent.

L'expédition explorera les aspirations des individus dans leur travail quotidien et dans la construction de leur itinéraire, ainsi que les aspirations des entreprises. Elle fera émerger de la confrontation de ces deux imaginaires des sujets de controverses et des territoires de convergence : soit des réponses nouvelles et des pistes pour l'action.

Responsables


  • Télécharger en PDF

Speaker #Lift14Fr : pourquoi venir écouter Carlos Verkaeren @VerkaerenCarlos le 21 oct. à Marseille

                                image

 

En économie, l'innovation est l'un des moyens d'acquérir un avantage compétitif sur ces concurrents, en répondant mieux aux besoins du marché ou en en créant de nouveaux. Pour Carlos Verkaeren, président du groupe Poult, 2e fabricant français de biscuits, l’innovation est un important facteur de croissance (comme pour toute entreprise, bien sûr, qui rêve du produit qui deviendra la nouvelle poule aux œufs d’or).  Mais depuis 2006, l’innovation managériale, par la mise en place d’un management participatif, est devenu son "avantage concurrentiel ultime".

La recette de la réussite du groupe est simple : on part sur une base classique d’holacratie ou de lean management (davantage de responsabilités, d’autonomie et de liberté pour l’ensemble des salariés, moins de niveaux hiérarchiques, de contrôle et de reporting, exit les rémunérations variables et les comités de direction) et on y rajoute les ingrédients permettant une vraie implication des salariés : attribution collaborative des ressources financières, mise en place d’une académie (pour partager et apprendre des techniques), d’une formation (pour aider les salariés à développer de nouveaux business), d’un incubateur interne (pour développer de nouvelles idées), d’un Start-up Programme (pour s’ouvrir à l’extérieur), … il y en a pour tous les goûts !

Pour ceux qui pensent que cela ne peut être transposé dans leur organisation, véritable mille-feuille bureaucratique, Carlos Verkaeren devrait pouvoir vous convaincre du contraire lors de son intervention à Lift with Fing le 21 octobre à Marseille, mais aussi vous donner des biscuits pour les ateliers Questions numériques du lendemain, sur les transitions dans le monde du travail. "Le management par la confiance va-t-il supplanter le rapport de subordination et les formes de contrôle" pourra, en effet, être une des transitions traitées le 22 octobre. L'ensemble du programme est consultable ici.


Vous devez vous identifier pour ajouter un commentaire. Veuillez vous connecter, ou créer un compte.




  • Télécharger en PDF

Speaker #Lift14Fr : pourquoi venir écouter Henry Stewart le 21 oct. à Marseille

 

                                image

Tout le monde connait l’hymne musical de Pharrell Williams, Happy, qui s’était notamment fait connaître grâce à une vidéo où l’on pouvait le voir danser avec des anonymes et des célébrités pendant 24h. Pharrell Williams nous proposait de célébrer la joie, Henry Stewart, fondateur de l’entreprise de formation Happy, nous  propose de faire de son organisation un lieu où il fait bon travailler. Et il sait de quoi il parle, Happy fait partie des 20 entreprises britanniques où il est agréable de travailler.

"Imaginez un lieu de travail où les gens sont pleins d’énergie et motivés par le fait d’être responsable du travail qu'ils font. Imaginez qu'on leur fasse confiance et qu’on leur donne la liberté, à l'intérieur de lignes directrices claires, de décider comment atteindre leurs résultats. Imaginez qu'ils soient capables d’obtenir l'équilibre de vie qu'ils souhaitent. Imaginez qu’ils soient évalués selon le travail qu'ils font, plutôt que le nombre d'heures qu'ils passent à leur bureau." 

Ces quelques phrases qui présentent le Happy Manifesto pourraient être des paroles d’une chanson, tellement elles font rêver ! Surtout en comparaison du site http://www.travailler-mieux.gouv.fr/ le site du gouvernement français pour "Travailler Mieux", axé sur … la santé et la sécurité au travail… On ne connaît pas le nombre de suicides qui sont d’origine professionnelle en France (il n’y a aucun recensement), mais le malaise des travailleurs (dépression, burn-out, …) fait souvent  l’objet d’articles (voir par exemple le dernier numéro des Grands Dossiers des Sciences Humaines).

Devant une telle situation, il ne fait donc aucun doute que l’intervention d’Henry Stewart  sera stimulante. C’est donc le moment de faire comprendre à son patron combien il est important qu’il aille à Lift with Fing pour mettre en place toutes les conditions pour avoir une Happy entreprise !


Vous devez vous identifier pour ajouter un commentaire. Veuillez vous connecter, ou créer un compte.




Speaker #Lift14Fr : pourquoi venir écouter Jeremy Myerson du @HHCDesign ?

                                    image

 

Etes-vous plutôt Anchor (une « Ancre ») ou Connector (un « Connecteur ») ? Gatherer (un « Rassembleur ») ou Navigator (un « Navigateur ») ? Vos bureaux sont-ils une expérience marketing, un hub de connaissances et de compétences, un lieu d’interactions sociales ou un espace de travail distribué ?

 

Les bureaux façonnent la vie de millions de personnes. La manière dont nous les planifions, les concevons et les équipons dit beaucoup de choses sur la culture des organisations, l’état d’esprit de la direction, ... Mais trouver le juste équilibre entre efficacité et bien-être des salariés est assez insaisissable. C’est pourtant ce que cherche à faire Jeremy Myerson, directeur du Helen Hamlyn Centre for Design, via ses travaux de recherches, ses observations, des entretiens de terrain, … Il a ainsi défini quatre figures types du comportement au bureau (citées au début de l’article), nécessitant des configurations des espaces de travail différentes. Selon l’activité et les besoins (créer des environnements apprenants, des communautés créatives, une expérience sensorielle, des conditions de travail réduisant le turn-over, …), les lieux de travail se déclineront donc différemment.

 

A Lift with Fing, Jeremy Myerson nous présentera ses derniers travaux et nous pourrons alors peut être répondre aux questions du 1e paragraphe ! N’hésitez plus à venir à Marseille les 21 et 22 octobre, en vous inscrivant via ce lien http://liftconference.com/lift-france-14/tickets_fr.


Vous devez vous identifier pour ajouter un commentaire. Veuillez vous connecter, ou créer un compte.




  • Télécharger en PDF

Speaker #Lift14Fr : pourquoi venir écouter Ben Waber le 21 oct. à Marseille ?

                                      image

 

Quand dans une même phrase je rencontre les mots "données comportementales", "performance", "mesurer", "analyser", "optimiser", … je ne peux m’empêcher de penser au roman de science-fiction Nous autres de l’auteur russe Evgueni Zamiatine, écrit en 1920 (donc bien avant Le Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley et 1984 de George Orwell). L’État, décrit dans cette contre-utopie, organise et contrôle de façon mathématique les moindres aspects de l’existence de ses citoyens (travail, sexualité, temps de loisir, ...). Le narrateur D-503 profite de son Heure Personnelle pour écrire des notes sur le fonctionnement de l’Etat unique, dans le but de laisser un témoignage sur la perfection de la vie édifiée par le Bienfaiteur. Mais comme dans toute machine bien huilée, un grain de sable vient perturber la vie de l’ingénieur : une femme I-330, membre d’un groupe de résistants, voulant remettre de la fantaisie, de l’imagination et de l’inconnu dans l’ordonnancement parfait de ce monde.

 

Bien sûr, l’analogie entre le monde de Nous autres et les recherches de Ben Waber, co-fondateur de Sociometric Solutions est fortement exagérée. Ce doctorant du MIT Media Lab, passé par Harvard et spécialisé dans les "dynamiques humaines", cherche à augmenter la réalité sociale des lieux de travail en modifiant la configuration des espaces et en optimisant les relations entre les employés. Pour cela il analyse les données récoltées par les capteurs des badges des employés, qui mesurent leurs mouvements, le ton de leur voix, leurs interactions avec les autres, …

Des entreprises qui ont fait appel à Sociometric Solutions ont ainsi pu constater que ceux qui déjeunaient à des tables pour 12 étaient plus productifs que ceux qui mangeaient à des tables de 4, ou que des salles de réunions prévues pour 10 étaient utilisées en majorité par des groupes de 3 à 4 personnes… Une fois cela connue, il devient alors plus facile de modifier l’aménagement des locaux et d’améliorer les conditions de travail pour augmenter la productivité de son équipe. Et un point important à préciser : aucune donnée sur un employé en particulier n’est transmise, afin de garantir que le système ne serve pas simplement à de la surveillance.

 

Pour en savoir plus sur les recherches de Ben Waber et sur les solutions pour améliorer les espaces de travail et la collaboration entre les salariés, il ne vous reste plus qu’à vous inscrire à Lift with Fing 2014 en allant à cette adresse : http://liftconference.com/lift-france-14/tickets_fr

                                                                                            ***

Et en extra, je ne résiste pas à vous mettre un extrait de Nous autres, dans lequel le héros D-503 décrit notre époque :

"Ce qui m’a toujours paru le plus invraisemblable est ceci : comment le gouvernement d’alors, tout primitif qu’il ait été, a-t-il pu permettre aux gens de vivre sans une règle analogue à nos Tables, sans promenades obligatoires, sans avoir fixé d’heures exactes pour les repos ! On se levait et on se couchait quand l’envie vous en prenait, et quelques historiens prétendent même que les rues étaient éclairées toute la nuit et que toute la nuit on y circulait. (…) N’est-il pas absurde que le gouvernement d’alors, puisqu’il avait le toupet de s’appeler ainsi, ait pu laisser la vie sexuelle sans contrôle ? N’importe qui, quand ça lui prenait... C’était une vie absolument a-scientifique et bestiale. Les gens produisaient des enfants à l’aveuglette, comme des animaux. N’est-il pas extraordinaire que, pratiquant le jardinage, l’élevage des volailles, la pisciculture (nous savons de source sûre qu’ils connaissaient ces sciences), ils n’aient pas su s’élever logiquement jusqu’à la dernière marche de cet escalier : la puériculture."

 


Vous devez vous identifier pour ajouter un commentaire. Veuillez vous connecter, ou créer un compte.




  • Télécharger en PDF

Speaker #Lift14Fr : pourquoi venir écouter Jordi Serrano ?

 

                                           image

 

Depuis la crise économique de 2008, l’Espagne est le pays européen qui a connu la hausse la plus importante de son chômage, passant de 8,3% de la population active en 2007 à 25,1% en 2012. La situation des jeunes est encore pire, le taux d’activité des 15-24 ans est passé de 42,9% à 20%, l’école devenant une filière d’attente. En tant qu’ancien DRH d’une société de conseil espagnole d’envergure internationale et co-fondateur d’une place de marché du travail indépendant, Jordi Serrano a pu assister aux changements qui se sont opérés dans le monde du travail et l’impact sur les carrières professionnels et les conditions de travail.  

 

De ses expériences, deux projets en sont ressortis : l’écriture d’un ouvrage intitulé Le déclin de l’emploi, donnant les clés des nouvelles règles du monde du travail; et la constitution d’un réseau d’experts, Future4Work. Leur but : créer un avenir meilleur pour le monde du travail, en aidant les organisations et les particuliers à assimiler les nouvelles tendances et en mettant en place les transformations nécessaires.

 

A la conférence Lift with Fing 2014, Jordi Serrano nous donnera donc sa vision de l’avenir du travail et tentera de nous dire comment y survivre… en espérant que ce soit plus simple que de survivre à une attaque de zombies ! Par contre, pour vous inscrire, rien de plus simple, c’est par ici : http://liftconference.com/lift-france-14/tickets_fr


Vous devez vous identifier pour ajouter un commentaire. Veuillez vous connecter, ou créer un compte.



Conception & réalisation : Facyla ~ Items International

Plateforme construite avec le framework opensource Elgg 1.8

Feedback

Vous avez une remarque à faire, de nouvelles idées à proposer ou un bug à signaler ? Nous serions ravis d'avoir votre retour.
Humeur :  

A propos de :  

 

» Afficher les précédents feedbacks