DigiWork

DigiWork

Repenser la place de l'individu au travail dans une société numérique


image Fil de veille Digiwork

Articles connexes

Travail/Emploi : de la difficulté d’envisager un avenir radieux

Travail/Emploi : de la difficulté d’envisager un avenir radieux

“Nous sommes en train de créer un tout petit...
#Digiwork - La revue de veille du 18 juin

#Digiwork - La revue de veille du 18 juin

Dans ce quatrième tour de revue, vous...
Qu’entend-on par compétences numériques ?

Qu’entend-on par compétences numériques ?

Compétences digitales, compétences web,...
Digiwork sera à "Futur en Seine" au mois de juin

Digiwork sera à "Futur en Seine" au mois de juin

Dans le cadre du festival Futur en Seine 2013 (du...

Et vous, obéiriez-vous à un robot ?

Vous le savez déjà, au fur et à mesure des nouvelles innovations technologiques, votre emploi est de plus en plus menacé et risque donc de disparaître un jour. Les articles sur le sujet ne manquent pas et c’est même l’objet d’une controverse dans la quatrième édition de Questions Numériques (p.85) qui vient de paraître. Mais en plus de remplacer les hommes pour des tâches fastidieuses et automatisables, les robots deviennent plus autonomes, travaillent directement avec des personnes, et bientôt vont pouvoir apprendre les uns des autres, via des programmes comme RoboEarth. Ils pourront donc bien prochainement être mis en figure d’autorité et donner des ordres aux humains.

Partant de ces constats, le laboratoire de recherches sur les Interactions Homme-Machine de l’Université de Manitoba (Winnipeg, Canada) a mené une expérience intéressante, reprenant les concepts de l’expérience de Milgram sur la soumission à l’autorité et de l’expérience de Stanford, mais la figure d’autorité était représentée par un robot. La vidéo ci-dessous montre des extraits de l’expérimentation : au début, c’est un homme qui donne des ordres (cliquer sur des cibles mobiles, chanter, renommer des fichiers, …), ensuite c’est le robot.

Résultats (pdf) : 12 personnes sur 13 ont obéi aux ordres de l’homme, 6 sur 13 à ceux du robot, non sans argumenter dans les 2 cas, pour arrêter ces fastidieuses tâches. La vidéo finit en posant la question : Il s’agit seulement de renommer des fichiers, que se passerait-il s’il s’agissait de tâches moralement répréhensibles… La question a de quoi inquiéter, la musique de la vidéo y est peut être pour quelque chose.

Aurialie Jublin

Aurialie Jublin

Des chiffres et des lettres
A propos de moi

Titulaire d’un DESS Franco-russe de Management et après une 1e expérience de 2 ans dans une SSII franco-russe, je rejoins la Fing en août 2007. Responsable administrative et financière de...


Vous devez vous identifier pour ajouter un commentaire.
Veuillez vous identifier, ou créer un compte.

Conception & réalisation : Facyla ~ Items International

Plateforme construite avec le framework opensource Elgg 1.8