Blog de Sophie Mahéo

  • Présentation publique du cahier Questions Numériques “Think Small, Prendre au sérieux la puissance transformatrice de la petite échelle” le 14 septembre - 17h-19h

    image

    La numérisation a mis le monde dans notre poche : tout en prenant au sérieux le « big », ne doit-on pas considérer la puissance du « small » ?

    Cette édition du cycle de prospective Questions Numériques s’est proposée de prendre au sérieux la puissance transformatrice de la petite échelle et de la confronter aux grands défis collectifs – économiques, techniques, sociaux, environnementaux . Elle fournit plusieurs éléments de culture Think Small, ces premiers résultats seront exposés et débattus. Nous introduirons ensuite une 2e saison du cycle « Think Small , Se transformer à la petite échelle" en prenant appui sur des modèles du vivant.

    INSCRIPTION

    Programme

    • 17h : Introduction au "Think Small" et présensation du cahier d'enjeu Questions Numériques
    • 17h40 : Se transformer à la petite échelle, vraiment ?
    • 18h : Think Small, numérique et modèles du vivant
    • 19h : Cocktail networking

    Informations pratiques

    Lieu parisien à confirmer

    Questions Numériques "Think Small"

    Cette réflexion s’inscrit dans le cycle continu de prospective créative de la Fing  « Questions Numériques ». L'angle Think Small s'avère très fertile pour aborder autrement les transitions numériques. 

    À propos de Questions Numériques
    Quelles sont les émergences puissantes, les opportunités transformatrices, les questions difficiles, les ruptures et les basculements qui vont marquer les prochaines années ?
    Questions Numériques propose de prendre le temps d’anticiper ensemble, un cycle continu de prospective créative 
    En savoir plus et participer aux travaux du cycle Think Small

     

  • image

    image

    De septembre 2015 à octobre 2016, le projet FuturEduc a conduit une réflexion sur le futur de l’éducation placée sous le double signe du numérique et de l’imaginaire. Ce travail collectif animé par la Fing et Éducation & Territoires s’est appuyé sur trois groupes d’acteurs de l’éducation (directeurs d’établissement, professeurs, ingénieurs pédagogiques, chercheurs) en France, au Canada et en Suisse.

    La réflexion de FuturEduc s’est faite au niveau de l’établissement scolaire et non du système éducatif national lui-même. Les actions proposées n’impliquent donc pas une refonte globale de celui-ci. Lorsque nous parlons du « système école », il s’agit des éléments constitutifs de l’école (cursus, programme, temps, espace, professeurs, élèves…) et de son environnement (communautés, acteurs autour de l’établissement - collectivités territoriales, entreprises, acteurs associatifs…).

    Pourquoi le numérique ?

    Le numérique[1] n’est ni une solution à tous les problèmes auxquels l’institution éducative fait face, ni une menace existentielle. En revanche, il devient un outil essentiel dans la production de connaissances, l’accès à l’information, le travail et la communication. Cela en fait un bon point d’entrée à partir duquel penser le futur de l’éducation.

    Dans le travail de réflexion avec ces trois groupes d’acteurs de l’éducation, le numérique suscite des enthousiasmes, du plaisir, de l’envie, il ouvre et décloisonne, il incite au collectif, il fournit des outils pratiques. Il suscite également des inquiétudes chez certains d’entre eux, comme la disparition des professeurs. Il n’y a pas un seul numérique mais plusieurs. C’est ce potentiel que nous avons exploité et exploré.

    Pourquoi l’imaginaire ?

    L’avenir de l’éducation ne se décrète pas. L’école du futur ne résultera pas du brainstorming d’un groupe d’experts et pas davantage de l’imagination d’un pédagogue inspiré. En revanche, l’avenir de l’école peut s’imaginer de façon collective et le fruit de ce travail d’imagination peut s’incarner en projets et en actions concrètes.

    La réflexion collective au sein des trois groupes, nourrie par les apports d’une communauté élargie d’acteurs gravitant autour du champ de l’éducation, a ainsi permis de dégager des visions partagées et de dessiner des leviers de changement sur lesquels l’école à l’ère numérique pourrait se déployer.

    Des visions partagées

    Les trois groupes ont convergé vers trois visions partagées du futur de l’école :

    • "L’école engageante et ouverte" systématise la démarche de projet, comme entrée dans le savoir et la culture, permettant à l’élève de s’engager pour lui-même et au service d’un collectif, selon ses goûts, ses envies, ses capacités.
    • "L’école de l’autonomie" permet à la fois d’individualiser les apprentissages et d’impliquer les élèves aux projets de l’établissement. L’école fournit à chaque élève les instruments les plus sophistiqués de contrôle et de pilotage de ses apprentissages.
    • Dans "Le lycée à la mesure des élèves", les lycéens, assistés de leurs professeurs, décident ensemble de leurs parcours. Ils l’organisent avec des temps d’apprentissage présentiels, en ligne, des choix d’approfondissement et des savoirs à la demande. C’est la fin des diplômes au profit de badges.

    Des leviers de changement

    L’école dans son environnement

    Pour assurer la sérénité de l’apprentissage et pour limiter les déterminismes sociaux, l’école s’est largement coupée de son environnement - local, social, économique, écologique. Sans l’ouvrir à tous les vents, peut-on en abaisser les murs, en ouvrir les fenêtres ? Un apprentissage à base de projets par exemple, sera plus efficace (et exigeant) si ces projets ont un public et/ou un usage dans la vie réelle, ce qui suppose de collaborer avec des acteurs extérieurs à la classe. Dans l’établissement et alentour, il est également possible d’éprouver (ou d’acquérir par l’expérience, avant de les formaliser) la plupart des compétences et connaissances scolaires. Un tel décloisement relierait mieux les connaissances à leurs usages ; il permettrait plus aisément à différents types d’élèves de trouver les chemins vers la connaissance ; il aiderait les élèves à décrypter le fonctionnement de leur établissement comme de ce qui les environne, et à s’en penser comme acteurs. Nous suggérons donc de relier la classe à l’établissement, l’établissement à son environnement, les classes et les établissements entre eux...dans des configurations multiples, toutes au service de l’apprentissage.

    Les données

    Les données sont de plus en plus nombreuses, elles augmentent à un rythme sans précédent. Elles sont la matière première de la connaissance, de la décision, de l’administration et de la gestion, et éventuellement de la délibération collective (si l’on sait l’interpréter). Les données font l’objet de débats et de tensions, à propos de leur propriété et de leur accès, de la vie privée, du degré de confiance à leur accorder - ainsi qu’aux décisions dont elles forment le support, etc. L’école en tant qu’institution n’échappe ni à l’avalanche de données, ni à ces débats. Mais ceux-ci restent extérieurs à l’enseignement proprement dit. Nous pensons qu’il est nécessaire et possible de mettre fin à cette dissociation. Nous proposons de faire des données de l’institution elle-même (la gestion de l’établissement, les évaluations, le fonctionnement du système, etc.) des objets et des supports, d’une part de l’enseignement, et d’autre part de l’implication de tous (élèves compris) dans le fonctionnement de l’établissement.

    Individuel-collectif

    Le numérique est incontestablement un vecteur d’individualisation : apprendre à son rythme, ajuster ses parcours en empruntant des chemins divers, être son propre pilote, accompagné par ses professeurs. Le numérique est un vecteur de socialisation. Apprendre à travailler à plusieurs, coopérer au sein de groupes et entre groupes, en présence et à distance. Tout à la fois, le numérique sépare et relie. Nous suggérons de rendre cette tension productive. D’une part, en pensant l’individualisation, non pas comme une transformation de l’élève en consommateur d’éducation, mais comme un empowerment, une capacitation : rendre l’élève capable de formuler et de partager ses objectifs, d’évaluer les moyens de les atteindre, et d’agir au sein du collectif. D’autre part, en s’appuyant sur le numérique pour faciliter et encourager la collaboration et plus encore, l’investissement dans le collectif : la réalisation de projets, mais aussi l’implication dans la vie et la gestion de l’établissement.

    Des pistes d’action prioritaires

    Nous en avons déduit 9 pistes d’action très concrètes qui pourraient être engagées (pas toutes ensembles !) par un ou plusieurs établissements, une collectivité locale, etc. Tout en soumettant ces pistes et en invitant les acteurs de l’éducation à s’en saisir, nous ne pensons évidemment pas avoir défini à nous tout seuls l’avenir de l’éducation. Nous croyons avoir expérimenté une méthode originale et féconde pour y réfléchir, par-delà les idiosyncrasies de chaque système éducatif.

    Nous avons donc fait oeuvre utile si :

    • certaines des pistes que nous dégageons connaissaient un début de mise en oeuvre ;
    • d’autres groupes, dans nos pays et dans d’autres, mettaient en oeuvre (et amélioraient) la même méthodologie pour en tirer leurs propres conclusions.


     Sophie Fourquet-MahéoSophie Fourquet-Mahéo
     
    Serge POUTS-LAJUSSerge Pouts-Lajus
     Véronique RoutinVéronique Routin

     

    Le bilan de FuturEduc et la synthèse de celui-ci sont disponibles en ligne : reseau.fing.org/p/futureduc   / #futureduc
    image

     

    [1] Nous entendons ici le terme numérique au-delà de la technologie, nous nous intéressons globalement au phénomène technique (pour simplifier, l’informatique et les réseaux), cognitif (pour simplifier, la “data” comme support essentiel de la production d’informations, de connaissances et de décisions), social et culturel (formes de communication, de socialisation, d’expression, de travail...) et économique (au sens large, réunissant toutes les formes de coopération et d’échange).

  • La Fing vous proposent un workshop sur le potentiel de transformation à la petite échelle et l’articulation entre « petits » et grands acteurs le 30 janvier à 14h au Square, le nouveau lieu d'open innovation de Renault à Paris.

    L’État, les grandes entreprises, réseaux et écosystèmes propres à chaque situation se posent la question des rapports entre grande et petite échelle. Quelles dynamiques de transition activer à la petite échelle dans les transformations en cours et à venir ? Quelles articulations entre « petits » et grands acteurs ?

    Objectif : éclairer les chemins de changement et envisager des stratégies alternatives

    INSCRIPTION

    Programme

    • 14h: Accueil
    • 14h10 : Introduction et présentation de modèles et figures-types de la petite échelle
    • 14h40 : Échanges et débats “Promesses de la petite échelle et questions d’acteurs"
    • 16h - 18h : Sessions de production collaborative d’une micro histoire prospective 

    Informations pratiques

    Le worshop aura lieu au Square, 100 rue Amelot Paris, 75011 France (l'entrée se fait par le passage Saint-Pierre Amelot)

    Questions Numériques "Think Small"

    Cette réflexion s’inscrit dans le cycle de prospective Questions Numériques « Think Small » sur la puissance transformatrice de la petite échelle. Un angle qui s'avère très fertile pour aborder autrement les transitions numériques. La méthodologie de ce cycle s'appuie à la fois sur des micro-histoires qu'il s'agit de continuer ensemble, sur des modèles et figures-types de la petite échelle, sur des sources d'inspiration (littéraires et artistiques, mythologiques, issues des contes de fées, du vivant,...) et des appuis théoriques. Edition Questions Numériques Think Small de la Fing

    À propos de Questions Numériques
    Quelles sont les émergences puissantes, les opportunités transformatrices, les questions difficiles, les ruptures et les basculements qui vont marquer les prochaines années ?
    Questions Numériques propose de prendre le temps d’anticiper ensemble, un cycle continu de prospective créative 
    En savoir plus et participer aux travaux du cycle Think Small

     ​​
    Partenaires de Questions Numériques Think Small

     image 

  • L’ADEME et la Fing, avec le soutien de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, vous proposent un atelier d’échanges et de production collaborative de micro-histoires prospectives le 17 janvier de 13h30 à 17h30

    Participation citoyenne, innovations sociales, systèmes de production d'énergie décentralisée, autorénovation, financement participatif, crowdsourcing, microfinancement, auto-entrepreneuriat et start ups.... quels potentiels de transformation à la petite échelle, quelle articulation entre « petits » et grands acteurs ?

    Objectif : éclairer les chemins de changement et envisager des stratégies alternatives

    Inscription​

    Programme

    • 13h30 : Accueil Café
    • 13h40 : Introduction et présentation de modèles et figures-types de la petite échelle
    • 14h15 : Échanges et débats “Promesses de la petite échelle et questions d’acteurs"
    • 15h45 - 17h30 : Sessions de production collaboratives d’une micro histoire prospective

    Informations pratiques

    Le workshop aura lieu dans les locaux de l’ADEME Sophia, 500 route des Lucioles, Valbonne.

    Questions Numériques "Think Small"

    Cette réflexion s’inscrit dans le cycle de prospective Questions Numériques « Think Small » sur la puissance transformatrice de la petite échelle. Un angle qui s'avère très fertile pour aborder autrement les transitions numériques. La méthodologie de ce cycle s'appuie à la fois sur des micro-histoires qu'il s'agit de continuer ensemble, sur des modèles et figures-types de la petite échelle, sur des sources d'inspiration (littéraires et artistiques, mythologiques, issues des contes de fées, du vivant,...) et des appuis théoriques.

    À propos de Questions Numériques
    Quelles sont les émergences puissantes, les opportunités transformatrices, les questions difficiles, les ruptures et les basculements qui vont marquer les prochaines années ?
    Questions Numériques propose de prendre le temps d’anticiper ensemble, un cycle continu de prospective créative 
    En savoir plus et participer aux travaux du cycle Think Small

     image​​
    Partenaires de Questions Numériques Think Small

     image 

  • La Fing, la Métropole de Rennes et La French Tech Rennes St Malo vous proposent un workshop créatif le 15 décembre de 14h à 18h 2 rue de la Mabilais à Rennes.

    À l’heure des grands écosystèmes, quelle articulation entre « petits » et grands acteurs ? Les innovateurs doivent-ils tous devenir entrepreneurs et leurs entreprises doivent-elles forcément grandir ? Quels modèles permettent une "biodiversité" de l'innovation ?

    Objectif : éclairer les chemins de changement et envisager des stratégies alternatives

    Inscription​

    Programme

    • 14h : Accueil Café
    • 14h15-15h : Introduction et présentation de modèles et figures-types de la petite échelle
    • 15h - 17h : Sessions de production collaboratives d’une micro histoire prospective
    • 17h - 18h : Débat « Place et rôle des petits acteurs dans l’écosystème »

    Questions Numériques "Think Small"

    Cette réflexion s’inscrit dans le cycle de prospective Questions Numériques « Think Small » sur la puissance transformatrice de la petite échelle. Un angle qui s'avère très fertile pour aborder autrement les transitions numériques. La méthodologie de ce cycle s'appuie à la fois sur des micro-histoires qu'il s'agit de continuer ensemble, sur des modèles et figures-types de la petite échelle, sur des sources d'inspiration (littéraires et artistiques, mythologiques, issues des contes de fées, du vivant,...) et des appuis théoriques.

    À propos de Questions Numériques
    Quelles sont les émergences puissantes, les opportunités transformatrices, les questions difficiles, les ruptures et les basculements qui vont marquer les prochaines années ?
    Questions Numériques propose de prendre le temps d’anticiper ensemble, un cycle continu de prospective créative 
    En savoir plus et participer aux travaux du cycle Think Small

    image

    Partenaires de Questions Numériques Think Small

     

  • Lancé fin juin au Tank à Paris, le cycle Questions numériques « Think Small » s’est poursuivi le 20 octobre. Un rendez-vous créatif qui nous a permis d'engager la phase collaborative de ce cycle et d'aborder plusieurs thématiques (du côté de la ville, du travail, de l'apprentissage,...).

    Les Dunes (#lesDunes), le nouveau Campus de la société Générale à Val-de -Fontenay, nous ont accueillis sur son plateau (#lePlateau) dédié à l’innovation, une occasion de découvrir les lieux et profiter de leur dynamique collaborative.

    Malgré des transports en communs très perturbés, une cinquantaine de personnes ont pu participer à la réflexion sur le potentiel transformateur de la petite échelle et aux ateliers de prospectives.

    Aborder les transitions en étudiant la puissance de transformation du petit

    A côté des géants numériques, de la massification, de la centralisation numérique, y a-t-il une autre histoire à raconter, interroge Questions Numériques "Think Small ». Entre le petit et le grand, il n’y a pas que le passage l’échelle, d’autres dynamiques de transformation sont possibles.

    La méthodologie de ce cycle s'appuie à la fois sur des micro-histoires qu'il s'agit de continuer ensemble, sur des modèles et figures-types de la petite échelle, et sur des sources d'inspiration (littéraires et artistiques, mythologiques, issues des contes de fées, du vivant,...) et des appuis théoriques.

    18 commencements de micro histoires  ont donc été proposés aux participants (vote en ligne et en temps réel avec  l’appli youslide.io) pour n’en retenir que 6 à raconter. Des productions riches de la diversité de nos angles de vue et expériences, nous sommes en train d‘en uniformiser le format de restitution et vous les livrerons prochainement.

    Dans ces prémices d’histoire nous avons étudié la puissance de transformation du petit à l’oeuvre. Nous nous sommes appuyés pour cela sur une première tentative de classification qui comprend 29 figures-modèles. D’autres ont émergé des ateliers, comme Éclairer, Pulser, et nous sommes en train de les reprendre. 

    >>Tableau des dynamiques de transformation de la petite échelle <<

    Ce que des approches par la petite échelle peuvent apporter à nos stratégies

    En fin de journée nous nous sommes intéressés au promesses et limites de la petite échelle. Plusieurs partenaires de Think Small et quelques complices dans la salle ont présenté leurs questions d’acteurs en précisant pourquoi l’approche Think Small leur semblait pertinente pour leur organisation, qu’elle corresponde à telle problématique, situation, ou nouvelle façon de voir qu’on pourrait explorer, des questions de ressources humaines, de technologie, de stratégie, de développement, de modèles d’innovation.

    Bref aperçu

    SGMAP

    Pour l’administration, plusieurs enjeux relatifs à la petite échelle
    • De processus de décision à des niveaux décentralisés
    • Des services déconcentrés
    • Des unités opérationnelles agiles
    Beaucoup de dynamiques testées dans les différentes entités de l’administration (ex : start-up d’État)
     
    Questions : selon quels critères et quels environnements peut-on adopter une dynamique small pour transformer l’entreprise ?
     

    Chaudronnerie de Montreuil

    Accompagnement d’entrepreneurs en économie sociale
    Penser petit comme voir près, faire avec ce qui est près de soi
     
    Le près de soi amène la question du pluriel : voir près c’est aussi voir la pluralité de l’écosystème près de soi. Ce qui pose souvent question dans les dynamiques entrepreneuriales
     
    Remarque : dans le thing small il y a un rapport au risque radicalement différent, les décisions de prises de risques sont essentiels à l’évolution du small alors qu’ils sont gérés de façon tres protectionnistes dans les grands groupes et la petite échelle ne peut pas prendre de risque pouvant mettre à risque le big.
     

    Société générale

    Capacité de la grande entreprise à détruire toute idée « décalée »
    Programme de start -up internes pour développer des projets de ruptures
    Enjeu : trouver la petite chose sur laquelle on peut avoir des résultats tres vite, une formation faite pour penser globalement un sujet avant de commencer, or enjeu de découper des projets en petites entités
    Commentaires :
    - Questions de l’identité entre acteurs de petites tailles et grandes tailles
    - Chercher à penser petit dans les grandes organisations c’est dépasser la linéarité de penser du grand, penser petit c’est voir plus grand, penser petit ce n’est pas forcément voir la start up en tant qu’organisation agile mais se donner la capacité à penser comme si on était petit et voir grand
     

    LA FONDA, prospective pour les associations

    Eclairer la mutation de l’engagement
    Le niveau de l’association est par nature « small » fédérant l’engagement pour mener des transformations à échélle humaine. Quelle dynamique de communautés d’action face aux grandes questions sociétales. Echelle d’un projet partagé, y compris pour les questions complexes, quel mode de structuration dans le small pour préserver l’autonomie ?
     

    La Poste

    Les grandes entreprises envient l’agilité des petites. On recherche cette agilité auprès des startups par de la collaboration et à travers l’open innovation. Cela permet aussi de maîtriser de nouvelles technologies.
    En entreprise, se posent beaucoup de questions d’échelle : rétrécir ou se fractionner - logiques d’intrapreneur sur des projets. Se posent également des questions d’organisation et de réseau. On se structure en petites business units pour gagner en agilité.
     

    Orange

    • Question managériale sur l’agilité à gagner dans les équipes grâce à des équipes projet maitrisée, petites à même de développer rapidement

    Paradoxe de la taille : Les entreprises  veulent être grandes et dominantes mais avec tous les attributs du petit et de l’agile

    • Question technologique : données dispersées dans des datacenters immenses très consommatrices d’énergie, la smart dust, la capacité à produire la poussière intelligente pour agir de façon qui reste
    • Questions des usages :  les petits outils de travail qui permettent de travailler autrement
    • Question de la consommation : petits formats de consommation pour petits prix, offre base essentielle et éléments jadis inclus devenues optionnelles

    Think Small, le cycle continue !

    Trois prochains rendez-vous contributifs du cycle à noter : entre décembre et janvier en régions  Bretagne, Provence-Alpes-Côte-d’Azur et Île de France.

    Si vous souhaitez être tenu au courant ou recevoir une invitation, n’hésitez pas à nous le signaler par commentaire ou mail (questionsnumeriques@fing.org)

    Nos travaux se poursuivent en ligne, vous pouvez >> contribuer à la base de connaissance << et partager ressources et questions d'acteurs

    Extraits de nos premières explorations du côté des imaginaires, merci à Hélène Jeannin, Sophie Coiffier et Lucile Picon

    Panneaux exposition imaginaires Think Smallzoom sur panneau imaginaires think small

    Retrouvez le live de la journée en tweets en images :

  • QN Think Small

     

    Journée contributive nationale du cycle de prospective annuel de la Fing 
    le 20 octobre de 9h30 à 17h30 aux Dunes, le nouveau Campus de la Société Générale aux portes de Paris.

    INSCRIPTION

    L'angle de nos travaux, "Think Small, la puissance transformatrice de la petite échelle", s'avère très fertile pour aborder autrement les transitions numériques. La journée nous permettra d'en approfondir les dimensions technologiques, économiques, politiques, sociales, territoriales, d'en caractériser les figures marquantes et la portée stratégique.

    [+] Participez à la découverte et l’enrichissement des formes et des figures de la petites échelles
    [+] Contribuez à une réflexion collective ambitieuse, pour éclairer les chemins de changement et envisager des stratégies alternatives
    [+] Prenez part à un exercice original, contributif et créatif en réseau

    Inscrivez-vous sans plus tarder !

    Au programme :

    • 9h30 : Accueil Café

    • 10h-10h45: Introduction et présentation des objectifs de la journée

    • 10h45 - 12h30 : Sessions de production collaboratives d’une micro histoire prospective

    • Déjeuner sur place et parcours exploratoire au pays de la petite échelle

    • 14h - 15h45 : Sessions de production collective

    • 16h-17h30 : Débat animé par Jacques-François Marchandise "Think Small : promesses de la petite échelle", Industrie, territoires, organisations, société, technologies

     Informations pratiques

    Adresse : Société Générale, les Dunes, 6 allée des sablons, 94120 Fontenay sous Bois Fontenay-sous-Bois (RER A et RER E Station Val-de-Fontenay Sortie 4)

    Les résultats de ce travail collectif seront intégralement disponibles. Ils constitueront une première contribution au futur Cahier d’enjeux Questions Numériques Think Small qui sera publié au printemps 2017.

    À propos de Questions Numériques
    Quelles sont les émergences puissantes, les opportunités transformatrices, les questions difficiles, les ruptures et les basculements qui vont marquer les prochaines années ?
    Questions Numériques propose de prendre le temps d’anticiper ensemble, un cycle continu de prospective créative 
    En savoir plus et participer aux travaux du cycle Think Small

     

    image

  • Retour sur la journée de Séminaire Think Small au Tank qui a réuni une quarantaine de participants.
    Think Small est l’édition 2016-2017 du cycle de prospective Questions Numériques de la Fing.

    imageA rebours de l’injonction « faire toujours plus grand » la puissance transformatrice de la petite échelle a reçu un écho puissant de la part d’une grande diversité d’acteurs : sociologues, universitaires, informaticiens, économistes design, … Sur quoi peut-on avoir prise dans la complexité du monde ?

    Les questions de la très grande échelle sont en effet un peu intimidantes.

    Objectifs de la journée : se constituer une culture commune, à partir notamment des interventions de la matinée, et élaborer les questions sur lesquelles aller plus loin.

    Comment contribuer ?

    • Repérer des experts du sujet
    • Ressources déjà pertinentes sur notre sujet, y compris pré-numérique
    • Partage de pratiques
    • Elargir le cercle des contributeurs

    Cette démarche de prospective s’inscrit en prolongement des travaux de la Fing sur les transitions. Comment améliorer les parties d’un systèmes pour que le système se transforme ? Quel rôle pour la modularité dans le système. Ces questions ne sont pas administrées.

    A l’heure où les big data (très grands volumes de données) sont utilisées pour fonder la décision, prédire, on peut s'interroger, ainsi : 

    • Villes et grands systèmes complexes adaptatifs (smart cities). Mais qui contrôle et sait lire le tableau de bord du pilote de la smart city ? Les capteurs sont nombreux et produisent des données difficiles à traiter. On a vu apparaître la thématique du smart village.

    • Les Start up sont-elles vouées à grandir ? À devenir des licornes ?  Les grands cherchent les petits.

    • Le Welfare state se recentre sur la personne

    Des acteurs se questionnent : l’Etat, l’entreprise, les grands projets informatiques, des petits confrontés au plafond de verre, retour du minitel 2.0 (internet centralisé), agilité et complexité du big, si on va trop loin vers le small on va trop loin dans l’individualisme.

    Seth Godin remarque "Small is the new big".

    Think Small va donc s'intéresser à la puissance transformatrice de la petite échelle ! Rendez-vous au séminaire public du 20 octobre : ateliers de co-production à Paris

     

    4 éclairages sur la figure, la puissance du petit et son articulation avec le grand

  • Think Small, 6e édition du cycle Questions Numériques de la Fing, sera lancé le 27 juin au Tank, 22 bis rue des Taillandiers à Paris de 10h à 17h.

    Le numérique contribue à transformer les jeux d’acteurs en déstabilisant les géants et en faisant place à des innovateurs inconnus la veille; il bouleverse les chaînes de valeurs en distribuant des moyens d’expression et d'action à des millions d’individus; le potentiel démultiplicateur de l’informatique et des réseaux fait de plus en plus souvent levier pour des projets imaginés à petite échelle.

    Questions Numériques Think Small

     

    Face aux difficultés d'un monde plus complexe et moins administré, il semble souvent imaginable de concevoir des réponses décentralisées mais articulées entre elles.

    Si on connaît bien la puissance et les limites du « Big », pour ce nouveau cycle Questions Numériques, nous proposons de nous intéresser aux figures de la petite échelle pour poursuivre le travail engagé sur les transitions.

    Embarquez avec nous pour un travail autour de la puissance transformatrice de la petite échelle lors du séminaire contributif du 27 juin animé par Jacques-François Marchandise qui mêlera interventions expertes et sessions de production autour des questions d’acteurs.

     

    Inscription​

    Programme du Séminaire

    • 9h30 : Accueil café
    • 10h : Présentation du cycle
    • 10h45-13h : 5 regards d’experts sur la puissance transformatrice de la petite échelle
    • 14h-17h30 : Sessions de production collective autour des questions d’acteurs
      • Expériences de la petites échelle
      • Propriétés de la petite échelle
      • Articulation entre les échelles
      • Échelles et complexité

    En partenariat avec

     

  • La Fing et Éducation et Territoires organisent un atelier d'actions prioritaires à partir de 3 visions de l'école pour tous à l'ère numérique mercredi 25 mai 2016 de 14h à 17h30 à l'EdFab (nouveau nom de Educalab), Maison des sciences de l'Homme à Saint-Denis. Quelles actions de transformation engager dès aujourd'hui ? Quels chemins de transition du système éducatif emprunter ?

    Visions de l'école à l'ère numérique point de départ de l'atelier :

    • L’école engageante et ouverte : l’école propose de généraliser la démarche projet comme une nouvelle entrée du savoir où l’élève s’engage selon ses envies et ce qu’il apporte au collectif projet.
    • L’école de l’autonomie : L’autonomie, comprise comme la capacité à mettre ses compétences aux services d’un groupe et à prendre sa part dans le projet commun, est la valeur cardinale de cette école. Le système éducatif proposé fournit à chaque élève les instruments les plus sophistiqués de contrôle et de pilotage de ses apprentissages.
    • Le lycée à la mesure des élèves : les lycéens assistés de leurs professeurs, décident ensemble de leurs parcours, c’est la fin des diplômes. Ils organisent leur parcours avec des temps d’apprentissage en ligne, des choix d’approfondissement et des savoirs à la demande.

    Participer

    L'inscription est gratuite mais nécessaire pour accéder à l'atelier
    >> Inscription en ligne <<

    Le projet FuturEduc s’intéresse à l’école pour tous à l’ère numérique en 2035 : construire de nouveaux imaginaires collectifs et proposer des actions concrètes pour transformer l’école.

    Lancé en juin 2015, il réunit trois communautés locales en Suisse, au Canada et en France composées de chefs d’établissement, professeurs, ingénieurs pédagogiques, chercheurs. 
    reseau.fing.org/futureduc #futureduc

     

Conception & réalisation : Facyla ~ Items International

Plateforme construite avec le framework opensource Elgg 1.8

Feedback

Vous avez une remarque à faire, de nouvelles idées à proposer ou un bug à signaler ? Nous serions ravis d'avoir votre retour.
Humeur :  

A propos de :  

 

» Afficher les précédents feedbacks