MesInfos

MesInfos

Une expérimentation de la Fing autour du partage et de la ré-utilisation des données personnelles


En ce moment sur "MesInfos"

> Le projet continue, venez le suivre sur le site Mesinfos !

 image 

Blog de MesInfos

  •  

    Le partage des données entre les individus et les organisations n'a de sens que si les individus sont en capacité de faire tout un tas de choses à partir de ces données. 

    Pour cela, des outils seront nécessaires. D'où l'hypothèse de l'émergence d'un nouveau marché de services sans lequel le sujet du partage des données personnelles restera sans doute confiné à un petit nombre d'individus passionnés, activistes et/ou bricoleurs. 

    Outre les fonctions de tri, visualisation, sécurisation, partage, etc. que proposent déjà certains acteurs (coffres forts électroniques, fournisseurs d'identité…), qui me proposera, demain, de croiser ces données personnelles avec des données publiques qui me concernent (transports de mon quartier, commerces à proximité, services publics,…) ? Lesquels m'aideront à mieux gérer mon budget, à évaluer l'impact d'une dépense supplémentaire sur le budget prévisionnel de mon foyer pour l'année à venir ? Comment pourrais-je consommer plus vert, ou plus "éthique" ? De quelle manière pourrais-je me mettre en relation avec d'autres individus aux centres d'intérêt proches des miens, pour lancer des "appels d'offre" aux entreprises ?

    Certains de ces services existent déjà.

    Pensons à la bibliothèque d'applications Singly qui me permettent de visualiser mes statistiques de géolocalisation sur Foursquare, de cartographier les checks-in de mes proches ou encore, de rassembler et visualiser toutes les photos de ses "amis" postés sur FlickR.

    Pensons aussi aux projets de Portfolio, à partir desquels il est possible de générer autant de CVs adaptés aux exigences d'un employeur potentiel, à partir du vivier de données constitué par mes soins, ceux des établissements que j'ai fréquenté ou des gens avec qui j'ai travaillé tout au long de ma vie.

    Le 8 novembre dernier, lors du 1er atelier "MesInfos" (voir la synthèse), 40 personnes ont joué le jeu d'imaginer les services dont nous, usagers, pourrions avoir besoin dans notre vie quotidienne. 

    En voici quelques exemples pour nous mettre en appétit.

    Mais aussi, en gardant en tête que le projet "MesInfos" a aussi pour émerger de stimuler l'écosystème d'entrepreneurs, inventeurs, bidouilleurs, designers qui pourraient vouloir construire ce nouveau marché de services à valeur ajoutée, fondés sur l'agrégation des données personnelles récupérées par les individus. 

     

    Des services pour mieux se connaître soi-même

     

    Gérer son budget

    >> L’idée : scénariser des dépenses futures à partir d’une meilleure connaissance des consommations de son foyer, 

    Le principe : les dépenses du foyer sont détaillées et classées par poste (crédit, santé, alimentation, énergie...) et budgétées (historique, en cours, prévision). L’usager dispose d’une représentation temporelle sur ces dernières années. Une représentation “projetable” permet à l’usager d’évaluer l’impact d’une nouvelle dépense sur son budget : “si j’achète un appartement, quels impacts sur mes impôts, mes autres crédits, etc. ?”

    Gisements de données : dépenses “quotidiennes” du foyer (énergie / crédits / santé / transports / Achats...) 

     

    >> L’idée : connaître ses ressources financières disponibles pour les 3 à 12 prochains mois

    Le principe : le service catégorise les ressources et dépenses constatées ou engagées (certaines / prévisibles / supposées) pour fournir une prévision de trésorerie à différents horizons temporels.

    Gisements de données : relevés bancaires / historique des factures / tickets de caisse…

     

    >> L’idée : un “coach” de mes dépenses de santé

    Le principe : grâce à ce service, l’usager a la possibilité :

    1- de disposer d’une synthèse et d’une représentation de ses dépenses de santé

    2- de connaître l’état de ses paiements et remboursements en cours

    3- de bénéficier de conseils pour baisser ses coûts. 

    Gisements de données : dépenses de santé (via les relevés bancaires) / relevés de remboursement de la sécurité sociale et des mutuelles

     

    "Personal analytics"

    >> L’idée : une carte personnelle d’auto-consommation

    Le principe : croiser les données bancaires et les données de mobilité, pour savoir où j’utilise le plus mon mobile et ma carte bancaires

    Gisements de données : Données TelCo (appels entrants/sortants, consommation de data...) / données bancaires

     

    “Mes” consommations

    >> L’idée : un simulateur de consommation électrique en temps réel pour faire son bilan carbone et des économies d’énergie

    Motivations : consommer “plus vert”

    Le principe : un service gratuit (en contrepartie de la mise à disposition de ses données personnelles) permet des comparaisons de consommation avec son voisinage et des alertes en cas de phénomènes exceptionnels. Une plateforme de sourcing pour le choix d’un fournisseur d'électricité et de gaz.

    Gisements de données : consommation électrique en temps réel / déclaration des habitudes de consommation

     

    Scoring

    L’idée : connaître les critères de tarification qui me sont appliqués 

    Motivations : transparence, se situer

    Le principe : détailler (et justifier) au client le tarif qui lui a été appliqué et la manière dont le prix de son billet/produit/abonnement etc. a été fixé ; également, il s’agit de l’orienter vers une solution plus optimale pour lui : lieu, date, statut, moment de l’achat...

    Gisements de données : tarifs / critères de fixation des prix

     

    >> L’idée : l’ “auto-fichier positif” pour calculer et améliorer son contre-score et augmenter ses chances d’accès au crédit

    Motivations : se situer, (mieux) consommer

    Le principe : Le service fonctionne en 4 étapes :

    1- l’utilisateur, via le prestataire de service, récupère ses scores auprès de différents organismes

    2- le prestataire de service, par communication de données brutes anonymisées, obtient d’autres scores de la part d’autres établissements

    3- le prestataire donne des conseils au client pour qu’il améliore son score, ce dernier s’engageant à lui communiquer des informations fiables permettant de faire évoluer son score

    4- les clients des prestataires ajoutent des informations confidentielles sur la politique des scores actuels (santé, alimentation,...) et le prestataire consolide ses informations pour un score plus adapté

    Gisements de données : scoring client / scoring estimé des concurrents / critères de calcul du score

     

    Mieux consommer


    … à plusieurs

     

    >> L’idée : se regrouper entre pairs pour effectuer des achats groupés

    Motivations : mieux consommer, ré-équilibrer la relation avec les entreprises

    Le principe : proposer aux consommateurs ayant des profils de consommation similaires de se coordonner pour négocier leurs achats auprès des enseignes et marques partenaires, via le recoupement et la comparaison de données. Ces rapprochements de profil peuvent aussi s’effectuer à partir des données géolocalisées à l’échelle d’un territoire pour effectuer des achats groupés territorialisés, de manière coopérative.

    Gisements de données : énergie / réseaux des antennes relais / Mobilité / Communication / sport / stationnement / Centres d’intérêt / Fréquentation des enseignes / Données de géolocalisation…

     

    Tout au long de la chaîne

    >> L’idée : accompagner la vie d’un produit

    Motivations : mieux consommer “tout au long de la chaîne”

    Le principe : établir un lien entre un produit acheté et une gamme de produits et services complémentaires (accessoires, cotation du produit sur eBay en vue d’une éventuelle revente, informations géolocalisées...)

    Gisements de données : Données TelCo / Historique des achats

     

    Consommer plus "vert"

    >> L’idée : diminuer son bilan carbone à partir de sa consommation d’énergie

    Le principe : le service permet de faire son bilan carbone en temps réel et propose des choix pour émettre moins de CO2 ainsi que des idées pour “compenser”.

    Gisements de données : données annuelles de ses déplacements / données de consommation énergétique / données de consommation…

     

    e-Portfolio

    >> L’idée : faire progresser des étudiants

    Le principe : des propositions de cours adaptés au niveau des groupes d’étudiants ou bien d’achat d’ouvrages adaptés

    Gisements de données : évaluations et notes scolaires

     

    Mieux gérer ses relations

     

    Mettre à jours ses données auprès de n prestataires

    >> L’idée : attester des qualités d’un individu sans en dévoiler les preuves

    Motivations : personnaliser sans s'identifier

    Le principe : Le “tiers VRM” atteste du statut du contrat de travail (CDD, CDI, …) et du montant du salaire brut. L’interlocuteur de l’usager qui demande ces preuves a les renseignements qu’il demande sans savoir le nom de l’employeur, ni le montant du salaire réel.

    Gisements de données : potentiellement toutes

     

    >> L’idée : limiter la saisie systématique de ses données personnelles lors d’une nouvelle relation

    Motivations : commodité

    Le principe : le prestataire qui demande des informations personnelles sur un usager va chercher l’information dont il a besoin parmi celles que l’individu accepte de fournir pour cette prestation précise.

    Gisements de données : potentiellement toutes, particulièrement des données d’identification.

     

    >> L’idée : faire connaître à tous mes interlocuteurs un changement de ma situation

    Motivations : commodité

    Le principe : 

    1- Transmettre en une fois une mise à jour de ses données à tous les interlocuteurs auxquels l'individu a préalablement accepté de transmettre ces informations

    2- Si ces changements ont des incidences (déménagement, mariage, changement de situation professionnelle), recevoir des propositions d'action et les accepter ou les refuser

    Gisements de données : toutes

     

    >> L’idée : location sous contrôle de ses données personnelles

    Le principe : location des données pour des utilisations non-contractuelles (études, statistiques…) des informations personnelles

    Gisements de données : données socio-démographiques

     

    >> L’idée : un comparateur personnalisé de cartes de fidélité 

    Motivations : commodité, mieux consommer

    Le principe : toutes les cartes de fidélité sont dématérialisées et centralisées. Il est possible de  faire des comparaisons chez les différents commerçants chez qui j’ai des cartes en fonction d’un besoin défini et convertir des points de fidélisation en achats. Le service permet également  de comprendre les liens existants entre les compagnies et de consulter l’historique de ses utilisations précédentes. 

    Gisements de données : historiques d’achat / historiques de relation avec les entreprises

     

    >> L’idée : le tableau de bord de ses fournisseurs

    Motivations : commodité

    Le principe : disposer d’un tableau de bord de l’activité de ses fournisseurs : consulter ses principales dépenses, les alertes de dates importantes et pouvoir entrer facilement en relation avec ses fournisseurs.

    Gisements de données : données d'achats, factures

     

  • La Fing rassemblait le 8 Novembre dernier entreprises, start-ups, acteurs publics, chercheurs, designers, juristes, pour un premier séminaire MesInfos.

    Cette journée était l'occasion d'enrichir le projet de la Fing en travaillant sur plusieurs questions, notamment celle des motivations ; celles des organisations, mais aussi celles des individus. La voix des « Données personnelles partagées » répond en effet à un problème de gestion des données et de relations solides dont tous sont conscients, et qui nécessite un changement d'approche. Le fait que certains projets et initiatives, faisant écho à cette question des données personnelles, existent déja, fait de MesInfos un projet véritablement d'actualité.

    Ainsi, du côté des organisations, confiance et fidélité, marketing moins "divinatoire", meilleure qualité des données, nouveaux services, sont des motivations clairement évoquées pour aller dans ce sens.
    Du côté des individus, mieux se connaître, mieux consommer, mieux gérer ses relations, se faciliter la vie semblent être des points faisant consensus. Petit retour sur ces premiers éléments mis en avant par les participants.

     

    Les motivations des organisations...


    Améliorer la qualité des données... 

    Les organisations sont actuellement confrontées à un problème de gestion de données. Elles en possèdent énormément, mais ne les utilisent pas toutes. D'ailleurs, elles n'ont pas toujours conscience du périmètre de ces données... périmètre dont le client est encore moins conscient. 

    La qualité des données fait parfois défaut ; certaines sont obsolètes, voire fausses. Une des premières hypothèses formulées au cours du séminaire est que la restitution des données au client (qui ainsi, les maîtriserait) permettrait d'améliorer la qualité des données possédées par les entreprises, les clients consentant à les actualiser ou même à les enrichir.


    Sortir les données des silos, pour un marketing moins divinatoire

    A l'heure actuelle, chaque fournisseur ne voit le consommateur que sous l'angle de la relation qu'il a avec lui, les données se trouvant au sein de « silos ». Seul l'individu (s'il a accès à l'information) peut prétendre disposer d'une vue « à 360° » de sa situation, de ses préférences et ses actions. C'est ainsi lui seul, qui peut choisir d'en partager les éléments avec les entreprises, et remettre en cohérence l'analyse qu'elles font de ses données, souvent sans tenir compte des logiques des autres. Les entreprises pourraient ainsi en connaître beaucoup plus sur leurs clients...


    Recréer une relation de confiance

    Les acteurs présents sont d'accords sur le fait que le marketing « descendant » et industrialisé, passant par le CRM, endommage la confiance et la fidélité. On rejoint sur ce point le VRM, qui se base sur la conviction que « des clients libres ont plus de valeur que les clients captifs » ; c'est seulement dans cette condition de liberté que peut se recréer une relation de confiance et de fidélité, et que les clients pourront choisir d'en dire plus sur eux-mêmes et sur leurs demandes aux organisations.

    De leur côté, les clients sont plus actifs et interactifs ; de nouvelles relations se développent, passant du "B2C" (ou "B2B2C") aux "C2C", "C2B", et des formes hybrides. Et ces nouveaux comportements et nouvelles relations heurtent le modèle de marketing de beaucoup d'entreprises, qui doivent évoluer.


    Pouvoir se positionner sur de nouveaux marchés

    Pour les entreprises, le partage des données personnelles signifie aussi l'opportunité de nouveaux marchés de « services personnels de données ». Si elles peuvent choisir de s'en tenir à la restitution, elles peuvent également s'envisager comme des médiateurs qui vont gérer l'accès aux données personnelles de la part des individus, comme des applications qui voudront s'en servir, ou même fournir elles-mêmes de nombreux services à l'adresse des individus. Bien sûr, ces nouveaux marchés peuvent aussi être profitables à de nouveaux acteurs qui feraient leur apparition.

    Enfin, le partage des données personnelles est l'occasion d'encourager l'extension de la dématérialisation, générant ainsi des économie importantes pour tous les acteurs engagés.

     

    … et celles des individus


    "Connais-toi toi-même"

    Certaines motivations évoquées du côté des individus sont directement liées à celles des entreprises.
    Récupérant ses données personnelles, l'individu a cette connaissance à 360° de sa situation ; mieux se connaître est ainsi une motivation essentielle pour récupérer ses données personnelles. Et en se connaissant mieux, les individus sont plus à même de changer leurs comportements de consommation : consommer plus vert, mieux gérer son budget, ses relations, etc. C'est ici que peuvent s'établir des passerelles avec le Quantified-Self (présenté par Denis Harscouat en première partie du séminaire, voir à ce sujet le compte-rendu complet de la journée).


    Se simplifier la vie (à condition que la gestion soit simple...)

    Avec les différents projets autour de la restitution des données personnelles, le pari est fait que les consommateurs seront intéressés par la récupération de leurs données, et leur réutilisation. Mais ce pari ne pourra se concrétiser que si la gestion des données est rendue à la fois simple, sûre et ludique ; et si de nombreux outils et services émergent pour produire du sens et des capacités d'action à partir de ces données. A cette condition, la restitution des données personnelles, dont le consommateur peut tirer une valeur personnelle, devient très prometteuse ; il pourrait ainsi décider de faire usage de son « droit d'accès et de rectification », s'engageant ainsi pleinement dans l'actualisation/ l'enrichissement de ses données personnelles possédées par les entreprises. Egalement dans ce dialogue, une relation de confiance est aussi tout à fait profitable aux individus...
    Le cercle serait ainsi vertueux, et profitable tant pour les individus que pour les entreprises.

     

    Cette question des motivations des différentes parties sera creusée tout au long de la phase de préfiguration du projet MesInfos, qui durera jusqu'en septembre prochain.

     


     

  • Pour Doc Searls, concepteur et ardent promoteur du Vendor Relationship Management, "un client libre est un meilleur client"...

     

Conception & réalisation : Facyla ~ Items International

Plateforme construite avec le framework opensource Elgg 1.8