Questions Numériques

Questions Numériques

RESET - Quel numérique voulons-nous ? (édition 2018-2019)


Blog de Questions Numériques

  • Depuis le 09 Oct 2015 à 09:00
    Jusqu'au 09 Oct 2015 à 17:00

    Lien vers une ressource en ligne : http://www.roumics.com/les-rou. ( Français)

    Contribution au défi AgirLocal

    >> INSCRIPTION À L'ATELIER

    Penser et amener la transition dans l’action publique

    Atelier 14h-17h 
    Comment l’acteur public peut-il accompagner, impulser les initiatives de transition ? 
    A l’aide du jeu développé par la FING, l’atelier propose une approche inspirante et ludique d’aborder les questions liées à l’action publique dans la transition. 

     

    JPEG










     

     

    Nous prenons notamment appui sur les initiatives lommoises, inscrites dans le projet « Lomme en Transition » : alimentation, énergie, solidarité : comment accélérer le développement ? quels freins ? quels facteurs de réussite ? quelle place pour le numérique ? quelle place pour l’acteur public ?

    L'atelier sera animé par Catalyst et la FingIl s'appuiera sur le défi AgirLocal

     




    Article importé: http://www.transitions2.net/catalogue/view/527/atelier-roumics-territoire-action-publique-et-transition
    Par: Sophie Maheo
    Publié: October 6, 2015, 3:51 pm

  • Depuis le 15 Oct 2015 à 00:00
    Jusqu'au 15 Oct 2015 à 00:00

    Lien vers une ressource en ligne : http://challengeinnovation.fr/. ( Français)

    100 chercheurs, designers, artistes, entrepreneurs, acteurs publics, … relèvent le défi d’un numérique "écologique by design"

    "La transition écologique est notre horizon, notre objectif mais 30 ans de déceptions nous obligent à admettre qu’elle sait mieux décrire son but, que son chemin.
    La transition numérique est notre quotidien, notre levier... mais c’est une force sans but, qui transforme tout ce qu’elle touche, sans trop savoir en quoi.

    L’une a le but, l’autre le chemin.Et si l’on reliait enfin les deux grandes transitions contemporaines ?”

    (Extrait du manifeste Transitions²)

    Le numérique et l'informatique (comme métier, fonction, filière, ensemble de techniques…) sont le plus souvent montrée du doigt comme une partie du problème : ils optimisent, accélèrent, complexifient des processus mondialisés qui se soucient souvent peu des cycles courts tout en produisant leur propre empreinte écologique.

    Et si le numérique était aussi une partie de la solution ?
    Quels outils de mesure, quels leviers, quelles méthodes pourraient-ils être mis au service d’un numérique qui contribuerait de manière décisive à la transition écologique ?

    Le 15 octobre à l’Ecole Supérieure d’Arts d’Aix-en-Provence, une centaine d’innovateurs, chercheurs, entreprises, acteurs publics, designers… relèvent le défi d'un numérique écologique by design.

    >> S'INSCRIRE A L'EVENEMENT

    Substitution, dématérialisation radicale, transformation de modèles économiques et sociaux, recyclage…
    Autant de pistes radicales, systémiques que nous vous proposons d'explorer, ensemble lors de cet atelier créatif.

    L'enjeu : élaborer, ensemble, des pistes d’action et des scénarios prospectifs inédits.

     

    Infos pratiques

    Transitions² : « Vers un numérique écologique by design »
    Jeudi 15 octobre 2015, 9h - 17h30, suivi de l'inauguration de l’exposition Nouveaux Regards au Pavillon de Vendôme
    Ecole supérieure d’Arts d’Aix-en-Provence, 1 Rue Emile Tavan, 13100 Aix-en-Provence (au Centre-ville d'Aix)

    >> S'INSCRIRE A L'EVENEMENT

    Cette journée s'inscrit dans le cadre de nouvel évènement AMI-Fest les 15 et 16 octobre 2015, conçu par AMPM Innov et la FING, avec le soutien de la Communauté du Pays d’Aix et de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et en partenariat avec l'Ecole supérieure d’Arts d’Aix-en-Provence.

     

    A propos de Questions Numériques

    A l’intersection des innovations techniques, des mutations économiques et des transformations sociales, quelles sont les “Questions numériques” qui marqueront les années à venir ?

    Les ateliers de prospective Questions Numériques proposent d'explorer ensemble les transformations systémiques qui s'engagent.

    En 2015-2016, "Questions numériques" s'incarne par le programme Transitions² lancé en juin 2015 par la Fing , les Petits Débrouillards, Oui Share, Coalition Climat 21, Place to B, Terra Eco.




    Article importé: http://www.transitions2.net/catalogue/view/517/ami-fest-un-numerique-ecologique-by-design-le-15-octobre-a-aix-en-provence
    Par: Renaud Francou
    Publié: October 2, 2015, 10:09 am

  • Depuis le 24 Sep 2015 à 15:00
    Jusqu'au 24 Sep 2015 à 19:00


    Vers une informatique « écologique by design », la conférence fOSSa d’Inria s’intéressera au 1er défi abordé par le projet Transitions2

    Vers une informatique « écologique by design », la Conférence fOSSa d’Inria, s’intéressera au premier défi abordés par le projet Transitions2 :

    • Worskhop :  En quoi le numérique peut faire levier massif sur la transition écologique »  : quelles sont les contributions possibles de l’informatique - technologie, secteur et fonction - à des effets de leviers massifs pour la transition écologique ?
    • Keynote : Transitions2, placer la transition numérique au service de la transition écologique, Daniel Kaplan
    • Table-ronde : L'informatique, levier de la transition écologique ou du green washing ?
    • Avec notamment Christine Morin (Inria), Matthieu Clavier (Nantes métropole), Jacques-François Marchandise (Fing)

    Toutes les informations sur #fOSSa2015, Free Open Source Software for Academia
    Inscription nécessaire

    fOSSa est une étape du défi
     </div>




    Article importé: http://www.transitions2.net/catalogue/view/427/transitions%C2%B2-a-fossa2015
    Par: Sophie Maheo
    Publié: September 3, 2015, 12:53 am

  • 1er atelier de travail « Transitions 2 » 

    10 juillet 2015, Salle de la Netscouade, 8 passage Brulon [interphone Fing]
     
    Présents
     
    Renaud francou
    Sophie Barré
    Aymeric Raoult
    Cathy Dubois
    Henri Galland
    Sophie Nicolas
    Juliette Dubois
    Brigitte Berger
    Jacques Noël
    Anne Chanon
    Sophie Bouteiller
    Hubert Guillaud
    Thierry Marcou
    Laura Le Du
    Julia Charrie
    Guillaume Plouin
    Tamer El Aidy
    Marie Banatre
    Mootoosamy, Edwin
    Hugo Ponce
    Sophie Mahéo
    Daniel Kaplan
    Denis Pansu
    JF Marchandise
     
     

    1- Rappel de la démarche Transitions2 : enjeux, déroulé, grandes étapes

     
    Transitions2 ("au carré") est un projet récent lancé à Futur en Seine.
    Il n'est pas lancé que par la Fing, mais par plusieurs partenaires : Coalition climat21, ouishare, POC21, Place to B, Les petits débrouillars, Terra eco.
     
    Transitions au carré, d'où ça vient ?
    Le précédent Cahier de prospective de la Fing autour de la démarche "Questions Numériques" s'est intéressé à la transformation des systèmes complexe (http://reseau.fing.org/qntransitions). Nous avions aussi publié un jeu qui invite à devenir acteur de ses propres transitions.
     
    Parmi les grandes transitions contemporaines, les 2 qui nous intéressent ont un lien et une difficulté :
       > La transition écologique ne se définit quasiment que comme un objectif ("rester nombreux sur cette terre") mais elle peine à raconter le chemin pour l'atteindre, en tout ca à l'échelle macro (les initiatives individuelles, elles, sont légion)
        > La transition numérique est une force de transformation d'à peu près tout, une force brute qui change tout et qui sait raconter des chemins de transformation ; mais elle ne sait pas vers quel but elle tend...
        
        La plupart des acteurs engagés dans les questions environnementales et énergétiques n'ont pas forcément une vision du numérique et une  vraie difficulté à en appréhender la complexité.
        
        L'Intuition de Transitions2 est de rapprocher ces deux transitions. Cette disjonction fait du mal, il faut travailler à la réduire, recréer du lien entre pensée numérique et écologique
        Pourtant, la disjonction entre ces transitions et les communautés qui les portent, n'a pas toujours été ; ainsi, Transitions2 s'inspire du  "Whole Earth Catalog" de 1968, qui s'adressait aux américains voulant revenir vivre à la nature
     > objectif de Transitions2
     
    Concrètement, le projet cherchera à outiller, aider, connecter... des initiatives et projets autour du lien entre transitions écologique et numérique, via notamment une plateforme en ligne pour référencer le plus grand nombre possibles de personnes et groupes, projest, connaissances, imaginaires sur le lien entre transitions écologique et numérique.
     
    En parallèle, Transitions2 s'intéressera à des sujets à cartographier, parmi lesquels :
    • (avec le Cigref, notamment) pour une informatique "écologique by design" : en quoi la fonction et le métier informatique de l'entreprise pourrait devenir un véhicule actif, un outil directeur, de la transformation écologique de toute l'entreprise [sujet défini]
    • agenda 21, quel en serait la couche numérique ? [en discussion]
    • alimentation, comment est-ce qu'on peut passer du slow food à la slow city ? [en discussion]
    • l'économie circulaire pour "les petits" (donc pas les grands industriels), le "bazar" de l'économie réelle[en discussion]

     

    Question ; 
    L'héritage Whole Earth Catalogue : peut amener une vision un peu naïve de recensement de "solutions" alors qu'il s'agit de quelque chose de bien plus systèmique, de mise en débat etc. 
    >> Attention : le catalogue n'est plus le produit final, c'est la ressource. Transitions2 propose justement de mettre en débat, d'explorer les controverses... 
     
    Quelques RDV de Transitions2 : 
        
    - en Aout, avec POC21 : sortir du prototype [ POC 21 = L'approche Open Source peut-elle apporter des réponses intéressantes à la crise climatique ? Comment les industrialiser ? Sélection d'une douzaine de projets, accélération pendant 5 semaines, exposition et catalogue des objets Open Source.
        - fOSSa : du 23 au 25 septembre, avec le 24 sept centré sur le lien numérique/écologique (Nantes, pendant la Digital Week qui peut donner lieu à d'autres initiatives) https://fossa.inria.fr/
        - 15 et 16 octobre à Aix
        - Roumics : 9 et 10 octobre à Lille http://www.roumics.com (programme pas encore publié)
        - Le temps des communs, du 5 au 18 octobre http://vecam.org/Le-temps-des-communs-du-5-au-18-octobre
     
    Autres événements : 
    du 15 au 17 septembre, Frejus : le numérique 3D au service de territoires intelligents.
    19, 20 et 21 novembre ; Ouishare Fest à Barcelone 
     
     

    2- Ce qui fait le lien entre Transition Numérique et Transition écologique aujourd’hui

     
    À quel exemple concret et ambitieux pensez-vous qui fait le lien entre Transition écologique et Transition numérique ?
    Ce peut être un projet, une histoire, une personne, une utopie, une méthode…"
     
    En quoi ces initiatives ont un potentiel transformateur qui peut d’une manière ou d’une autre permettre de réaliser la transition écologique ?
     
    Mesurer autrement
    • Moteurs de calculs numériques pour créer des simulations (par exemple dans le bâtiment, pour savoir si je dois faire des travaux, mais pourquoi pas pour les véhicules)
    • Instrumentation : porter un diagnostic sur mon appartement, savoir si mon frigo consomme plus ou moins. 
    • Plateformes d'informations géographique : diagnostic + science participative. 
    • Hercules (faire un inventaire européen des paysages patrimoniaux culturels d'Europe : plateforme numérique coll où chaque site/projet qui a pour initiative de protéger le paysage est recensé : but : trouver des méthodes pour embrasser cette compléxité)  
    • Copernicus : Global Monitoring for Environment and Security
    • La modélisation 3D pour décrire un environnement, un territoire. Ex : mesure des arbres par photos satellite. 
    • La donnée comme un jeu plutôt qu'une contrainte
    • La modélisation 3D du territoire au service de la qualité du cadre de vie : inventaire, simulation, gestion, communication-sensibilisation…
     
    Mobilités-Démobilités
    • Télétravail => réduction des déplacements ? Création de Hub géographique ? créer les conditions de la démobilité?
    • La voiture connectée et autonome, pour optimiser les transports et réduire les gaz à effets de serre
     
    La voie du partage, la frugalité
    • Uber, taxi, co-voiturage : optimiser mes émissions
    • Et si les acteurs publics remplaçaient Uber, proposaient une application aussi utile ?
     
    Repenser les réseaux : distribution, décentralisation
    • La décentralisation des politiques énérgétiques
    • Jérémie Rifkin et la 3e Révolution industrielle
        
        La puissance de la foule (Crowdsourcing, P2P, activisme)
    • Avec son smartphone, partager un constat sur la biodiversité
    • Santé environnementale
    • De nouvelles formes d'activisme : Julien Bayou (jeudi noir)
    • Le numérique permet d'être au courant de ce qui se passe à côté de chez nous :  ex : Le marché citoyen. 
     
    "Smart trucs"
    •     Les solutions où le numérique « prend la main » pour réduire l’empreinte carbone de systèmes : smart, voiture intelligente
     
    Articulation des temps
    • Explorer les nouvelles représentations du temps (ex : des logiciels d’agenda différents)
     
    Geoingenierie
    • Remédiation technologiques (plus d'abeilles ? On va utiliser les drones) 
    • Géoingéniérie. 
     
    "Ecology by design"
    • Généralisation des systèmes de mesure pour les entreprises. Penser environnement dès le début, éco-conception des produits et des logiciels qu'on développe. (voir Sophia Antipolis (Denis) 
     
    Produire autrement, recycler, accroitre la performance
    • Impression 3D à partir de débris de catastrophes
    • forêt amazonie : vieux téléphones pour faire de la foret intelligente. Rain Forest Connection : https://rfcx.org/
    • Le numérique peut contribuer à gérer des situations 100% énergies renouvelables. 
    • Agriculture et numérique. Outillage ? 
     
    Le numérique au service de l'humanitaire
    • MSF travaille avec des start-ups qui construisent des drones à envoyer en zone épidémie.
    • Les travaux d'openstreetmap en Haiti notamment ou CartONG.
    • Le numérique, opportunité dans la prise en charge des grandes crises (catastrophes naturelles, épidémies…) Ex : http://www.ushahidi.com/
     
     

    3- Controverses et tensions

     
    “Selon vous, quels sont les sujets sur lesquels on se "tapera" dessus dans les 5 ans à venir ?
    Pourquoi ? Sur quoi devrait-on du coup travailler ?"
     
    Le numérique en question
    • Montée de la méfiance envers le numérique ("le numérique, c'est la solution")
    • Quelles technologies ? quelles priorités ? Le numérique peut-il rendre viable d'autres mix énergétique ? 
    • La "lutte des luttes" : le numérique focalise sur ce qu'on sait mesurer)
    • Totalitarisme des solutions
    • Le numérique qui optimise et transforme va t-il rendre possible la fin du nucléaire ?
    • Quelle est l’empreinte écologique des Fab Labs ?
    • Les big data vont-elles fagocyter et dicter les solutions ?
    • La data : comment/qu'est-ce qu'on mesure, comment on qualifie les problèmes, asymétries de construction des problèmes
    • Les humains ont-ils encore leur place dans les décisions ?
     
    Autour des rapports de force mondiaux
    • Le numérique et l'aliénation nord/sud : quels choix de developpement pour les pays pauvres ? Soumis au modèle dominant (ex : exploitation énergies fossiles) ? 
    • Une concurrence accrue entre les solutions à l’échelle d’un quartier, d’une ville, globale… chacune dans son coin : comment réaliser l’articulation de ces différentes échelles ?
    • Peu d'harmonisation européenne ou mondiale, chaque pays fait ce qu'il veut... Quels modèles communs ? 
    • De nouveaux risques de totalitarisme (la guerre des ressources)
    • Monopole des plateformes (uber, coivoiturage etc) 
    • R&D : vers des confrontations de modèles
    • « Les Monsanto de la connaissance » : de nouvelles inclusions ?
     
    Clivages sociaux et sociétaux
    • Conflits de génération : les générations précédentes n’ont rien vu venir ou n’ont rien voulu savoir
    • Des clivages sociaux : l’écologie comme le numérique sont très normatifs, et engendrent de nouveaux clivages
    • Les formes légères de participation ouvertes par le numérique (ex : pétitions en ligne) signent-ils la fin de la participation citoyenne ?
    • Questionner le rôle des experts sur les bonnes mesures, les bons capteurs, quelles implications pour la définition des problèmes, des priorités. Il ne faut pas de susbstitution mais une complémentarité. 
     
     

    4- Appel à ressources

    "Quel(le)s-sont selon vous les personnes qu’il faut absolument contacter et embarquer par n’importe quel moyen, quel papier il faut avoir lu, quelle video il faut avoir vue...
     
    • Marjorie Musy, Chercheur au CERMA, Directrice adjointe de l'IRSTV
    • Françoise Berthoud, écologue, ingénieure de recherche en informatique au Laboratoire de Physique et Modélisation des Milieux Condensés (LPMMC) au CNRS, et co-fondatrice du collectif Ecoinfo. http://ecoinfo.cnrs.fr/
    Elle a publié un livre collectif : Les impacts écologiques des technologies de l’information et de la communication - EDP Sciences auteurs : Philippe BALIN - Françoise BERTHOUD - Amélie BOHAS - Carole CHABUILLET - Jean-Daniel DUBOIS - Eric DREZET - Cédric GOSSART - Marianne PARRY
    • Ville de Paris, service numérique et développement durable (est un service transverse) Fabienne Giboudeaux
    • Emmanuelle Delsol journaliste
     
    A venir : le planning des ateliers de l'automne !!
     
  • Le 16 avril dernier, en présentant l'édition 2015 de notre cycle de prospective "Questions Numériques", nous annoncions une suite centrée, en particulier, autour du lien entre transition numérique et transition écologique. C'est désormais chose faite avec le projet Transitions², "transition au carré".

    image

    "La transition écologique sait raconter son but, mais échoue à dessiner son chemin. La transition numérique, c'est le contraire. Chacune a besoin de l'autre !"

    Librement inspirée du Whole Earth Catalog de la fin des années 1960, Transitions² réunira, autour d'une plateforme numérique, les acteurs, projets, outils, méthodes, connaissances et imaginaires qui font le lien entre numérique et écologie. Cette plateforme servira à sont tour à inspirer et soutenir des défis ambitieux, des actions, des décisions.

    Le projet s'engage maintenant, en collaboration avec la Coalition Climat 21, Terra Eco, Ouishare, Poc21, Place to B et les Petits Débrouillards. Première destination, la COP21 fin novembre, pour démontrer la puissance du dispositif et le lancer de manière internationale.

    Nous vous invitons à prendre part à Transitions². Nous vous en communiquerons prochainement un agenda plus précis. Dans l'immédiat, vous pouvez :

    • Prendre connaissance de l'"appel" Transitions² et vous manifester en remplissant le petit formulaire qui le conclut
    • Relayer l'appel auprès de vos connaissances (#transitions2)
    • Nous faire part des personnes, projets et actions emblématiques du croisement entre écologie et numérique

    Nous sommes très fiers de nous engager dans ce projet sur un sujet aussi décisif. Nous espérons que vous serez nombreux à nous y rejoindre !

  • Des transitions à accompagner, jeu et enjeux

    Est-il possible d’intervenir sur la transformation des grands systèmes, de les orienter, d’en devenir acteurs ou auteurs, plutôt que de les subir ?

    Soyez ceux par lesquels le changement arrive ! Le cycle Questions Numériques Transitions 2014-2015 a produit une boite à outils pour accompagner vos transitions :  le cahier d'enjeux "Questions Numériques" Transitions, le jeu de la transition et un site pour comprendre, approfondir, jouer et transformer : reseau.fing.org/qntransitions

    150 personnes ont participé à la présentation officielle de cette publication le 16 avril au Tank 

    Présentation officielle de Questions Numériques Transitions

     from videosfing on Vimeo

    Plusieurs plateaux avaient introduit la journée :

    Avant trois débats-discussions dont les videos seront bientôt publiées.

    Le cahier d'enjeux est disponible au téléchargement depuis le site Transitions

    Relire les échanges de la journée 

  • Invitation à l'événement de lancement du cahier "Transitions" > Inscription

    Au terme de dix mois de rencontres et ateliers, en 2014 et 2015, une riche matière sur la thématique du cycle 2015, les transitions, a été accumulée. Elle nous a permis d'observer les forces de changements, et  d'étudier particulièrement le rôle du numérique dans les transformations. Nous en avons tiré un outil pour penser et engager des changements des systèmes : un cahier d'enjeux et de prospective et un jeu.

    Nous remercions

    Nous vous vous invitions le 16 avril, au Tank, au lancement public du cahier (et du jeu) Questions Numériques Transitions. Des transitions dont vous pourriez être le héros...

    transition et vous

    Nous avons tous le mot de “transition” à la bouche. Mais transition de quoi, vers où, comment ? Est-il possible d’intervenir sur la transformation des grands systèmes, de les orienter, d’en devenir acteurs ou auteurs, plutôt que de les subir ?

    Découvrez le résultat de notre travail collectif en ligne et à travers une série de workshops à Marseille, Montréal, Paris, Rennes et Saclay : des outils stratégiques, cahier de prospective et jeu..

    Au programme

    14h30-16h : Plateaux ateliers en parallèle

    • Transitions du travail et des organisations
    • Introduction au “jeu des transitions”
    • Découvrir le prochain cycle Transitions, le temps de l'action (début fin avril 2015)

    16h-16h30 : Présentation du Cahier Questions Numériques “Transitions”

    16h30-18h30 : Débats

    • Des territoires, devenus numériques ? Philippe Durance, Cnam / Stéphane Cordobès, CGET
    • Éducation, le grand chambardement ? Stéphanie de Vanssay / Benjamin Patrice MAGNARD
    • Quels leviers numériques font transitions ? Nozha Boujeema, Inria / Anne-Sophie Boisard Cigref

    L’après-midi sera suivie d’un cocktail

    > Inscription

     

     

    * Cap Digital, Cnam, Commission Nationale du débat public, France Stratégie, Innovation Factory, Inria Rennes – Bretagne Atlantique, Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région Île-de-France, La Boate, Pavillon de l’Arsenal, Société des Arts Technologiques de Montréal, Proto 204, Villa Méditerranée

  • imageRetour sur la journée de réflexion prospective "Transitions, territoires et numérique" organisée par la Fing avec le soutien du Commissariat général à l'égalité des territoires (CGET), le 11 février 2015.

    Les mutations des fonctions du territoire

    Une cinquantaine de participants, acteurs territoriaux, experts et praticiens du numérique et des questions territoriales, chercheurs, prospectivistes, ont assisté à des présentations-débats sur les mutations des fonctions du territoire le matin. Si le numérique n’est pas central dans la prospective territoriale, force est de constater la puissance des leviers numériques dans l’action territoriale. Comment mettre cette "puissance" au service de projets souhaitables ? 

    Internet, un coup de pied dans la fourmilière de la lecture spatiale des inégalités sociales ?

    Margot Beauchamps, coordinatrice du Groupement d’intérêt scientifique Marsouin

    Si le rôle de l’espace dans le maintient et la perpétuation des inégalités est une vieille question de la géographie, qu’est ce que le numérique peut changer dans cette dimension spatiale des inégalités sociales ?
    Quelles conséquences en termes d’accès aux ressources sociales pour un territoire ? L’environnement politique et social dans lequel évoluent les individus a des conséquences sur la manière dont internet va renforcer, ou non, ces inégalités. Des enjeux à saisir en terme de politique publique.

    PrésentationInternet, un coup de pied dans la fourmilière de la lecture spatiale des inégalités sociales ? 

    Campus d’avenir : concevoir des espaces de formation à l’heure du numérique

    Florence Kohler chargée de mission DGESIP - Mission expertise conseil auprès des établissements, Ministère de l'Education nationale, de l’ESR

    Le ministère sort un guide en mars 2015 sur la conception des espaces de formation à l’heure du numérique.
    Le futur des campus se construit à partir de l’ancien. L’enjeu de demain n’est en effet pas de construire des mètres carrés supplémentaires, mais plutôt de penser une réhabilitation des bâtiments existants avec de nouveaux défis à intégrer :
    transition énergétiques, numérique, nouvelles pédagogiques tenant compte des espace formels comme informels d’enseignements.
     
    Un des objectifs est de renforcer les liens entre les campus et les territoires. Le numérique va participer à cette transformation en liant, notamment, citoyens, étudiants, enseignants, entreprises autour de projets.

    Présentation Campus d’avenir : concevoir des espaces de formation à l’heure du numérique

    Transitions numériques, les production numériques du territoires

    Marc Laget, Responsable aménagement numérique des territoires, CGET

    La question du développement numérique du territoire est d’abord celle de la question de l’accès aux ressources, donc des équipements télécom. On dit que le numérique est là et apporte des transformations, mais cela suppose qu’il est là partout et identique. Ce qui n’est pas évident, ni aujourd’hui, ni demain.
    Pour connecter les usagers, il s’agit donc aussi de travailler des médiations numériques possibles (accompagnement aux usages dans des lieux ou plateformes de services au public).
    Objectif : le territoire devient un écosystème intelligent (« territoires intelligents »). Il produit alors des innovations qui produisent elles-mêmes des dynamiques attractives : sur des aspects collectifs (produire capacité de voter) comme individuels (permettre à un cycliste de ne pas avoir de feu sur sa route).
    En terme de gouvernance, un territoire produit des commissions consultatives, des stratégie de cohérence régionale et du développement numérique, des preuves de concepts, des plateformes de services, des mutualisations de ressource.
    Parler de "ville intelligente" plutôt que de "territoire intelligent", interroge justement la gouvernance. Ce débat est en quelque sorte imposé par les grands opérateurs de service qui s’intéressent à la logique de l’offre plutôt qu'à celle des usages. 

    Présentation Transitions numériques, les production numériques du territoires

    Retour d'expérience gouvernance, ouverture, usager au centre, transitions dans les pratiques et effets potentiels

    Sophie Houzet, directrice du Pôle Numérique. Chercheur dans le développement numérique, territoires et collectivités.

    Comment accompagner un territoire dans la transformation de la société avec le numérique ?
    Acculturation aux nouvelles pratiques, aux enjeux, mais aussi expérimentation, dans une approche originale : en mettant systématiquement au centre l’usager, en regardant ce qu’on peut ouvrir et comment le faire, et comment créer de la valeur.

    La notion de plateforme et le paradigme d’ouverture sont utilisés comme structurant avec des choses qui n’ont rien de numérique sur le territoire, en posant la question de la commande publique, des data, de la place de l’usager vu comme un objet, un sujet etc...

    Présentation Retour d'expérience Transitions dans les pratiques et effets potentiels / Thèse de Sophie Houzet : Développement numérique, territoires et collectivités : vers un modèle ouvert

    La 27e région, Laboratoire de transformation publique

    Stéphane Vincent, co-fondateur et délégué général de la 27e Région

    Qu’est-ce qui fait qu’une politique publique produit un impact, rencontre des usages ? Comment conduire et réinventer l'action publique locale ?
    Une des seules façons d’interroger ces questions est de repartir du terrain et de travailler avec les usagers du lieu, ce que propose le programme "Territoires en résidences"  de la 27e Région.
    Aperçu des résidences les plus liées aux territoire

    Présentation La 27e région, labo de transformation publique/  Blog de Territoires en résidences

     

    Session d'intelligence collective "Transitions, territoires et numérique"

    L'après-midi, deux ateliers de prospective collaborative et créative visaient à tirer parti des échanges de la matinée pour se projeter sur des horizons souhaitables et commencer à décrire des chemins de transition. Le premier a imaginé 2030 "Nous sommes en octobre 2030, comment sommes-nous arrivés là ?". Le deuxième a construit 2030 "Nous sommes un groupe d'acteurs et nous mettons en chemin avec nos moyens";

    Retrouvez et enrichissez les productions de l'atelier :

    Retrouvez la matière préparatoire de la journée :

  •  
    QN transitions

     

     

    Dans le cadre de son cycle de prospective "Questions Numériques", la Fing organisera avec le soutien du Commissariat Général à l’Égalité des Territoires (CGET), une journée de prospective le 11 février prochain (9h30-18h) à l'IAU (accès par le 24 rue Antoine Bourdelle), Paris.

    Participez à une démarche de prospective collaborative

    L'importance du numérique pour le développement des territoires est connue et a fait l'objet, au cours de la décennie passée, d’efforts notables (aménagement numérique du territoire) dans les domaines des infrastructures et des services numériques, ainsi que de travaux théoriques et prospectifs. La CGET et la FING ont choisi de conduire, début 2015, une démarche de prospective collaborative, portant sur la prise en compte du numérique dans les transformations territoriales dont ce workshop est une première étape..

    Déroulement

    9h30 -12h30

    Café d’accueil

    Débat / retours d'expériences sur les transformations à l'œuvre dans les différentes fonctions du territoire (habiter, former et se former, enseigner et apprendre, transporter et se déplacer, consommer et produire, travailler, soigner et se soigner, etc.), mais aussi sur les formes de gouvernance, de sociabilité, les pratiques culturelles…

    Ce temps de travail prendra en compte la diversité des types d'espaces et de territoires, l'ouverture des jeux d'acteurs, la diversité des leviers numériques et les incidences en termes d’inégalités territoriales.

    Déjeuner libre

    14h-17h15

    Session d'intelligence collective et de prospective créative. Cet atelier tirera parti des échanges de la matinée pour se projeter sur des horizons souhaitables et commencer à décrire des chemins de transition.

    En ouvrant le champ des possibles, ce travail a vocation à nourrir les stratégies d'acteurs publics et territoriaux, en requalifiant les enjeux et proposant de nouvelles marges de manœuvre. L'atelier nourrira la publication commune "Questions Numériques 2015", à paraître début mars 2015.

    Télécharger le livret du participant :

    Livret du participant Transitions, territoires et numérique (ouvrir Livret participant transitions territoires numérique (2).pdf, 1.07 M)

     

    Inscription

    Les inscriptions sont closes

    Organisé par Jacques-François Marchandise, Sophie Mahéo, Thierry Marcou (Fing), avec le concours de Stéphane Cordobès, Marc Laget, Florian Muzard (CGET). Parmi les intervenants et participants : Margot Beauchamps (Telecom Bretagne), Florence Kohler (Campus 21e siècle DGESIP/DGRI), Sophie Houzet (Pôle numérique Drôme Ardèche), Stéphane Vincent (27e Région), Pierre-Jean Lorens (Région Nord Pas de Calais), Marc Dumont (Université Lille 1),…

     image

  •  
    QN_logo_atelier.png

    6 février 2015

    >>S'inscrire<<

    La Fing et ITEMS International imaginent ensemble une rencontre mettant en lumière des technologies à potentiel disruptif, présentées par des chercheurs, entrepreneurs, innovateurs impliqués dans leur développement, le 6 février, à partir de 14h, à Cap Digital 14 Rue Alexandre Parodi, Paris. 

    Technologies et ruptures ?

    Certaines avancées significatives contribuent à rendre imaginable ce qui était impensable hier, à faire sauter des limites, à résoudre des problèmes insolubles. 

    D’autres technologies, hier réservées à un petit nombre d’acteurs, deviennent moins coûteuses, se démocratisent, ou encore se combinent entre elles, produisant des effets surprenants.

    Pitchs de techno et débats

    L'après-midi s'organisera autour de 3 sessions de présentations de technologies, mises sous tension chacune par un mini débat :

    • Big data et capteurs connectés
    • Energie
    • Biologie synthétique et matériaux/nanotechs 

    Cette rencontre s'inscrit dans le cadre du cycle "Questions Numériques" sur les Transitions, et permettra de nourrir la publication commune à paraître fin mars 2015.

    Inscription

    Les inscriptions sont gratuites mais nécessaires : enregistrez-vous maintenant

    banniere_qn_items_2014.png

     

    Programme

    13h30 :   Accueil

    14h :   Introduction

    La rencontre sera introduite par Daniel Kaplan et Jacques-François Marchandise (Fondation Internet Nouvelle Génération) et Hervé Rannou (ITEMS International et Cityzen Data).

    L'après-midi se déroulera sur un mode interactif avec la salle.

    14h15 :   Capteurs et Big Data

    Présentations suivies d'un débat animé par Daniel Kaplan, avec la participation de :

    • Serge Abiteboul, Inria
    • Jean-Hugues Lauret, EISTI
    • Hervé Rannou, Cityzen Data
    • Olivier Blondeau, Capteurs Citoyens

    15h15 :   Energie

    Présentations suivies d'un débat animé par Hervé Rannou, avec la participation de :

    • Eric Vidalenc, ADEME
    • Grégory Lamotte, ComWatt
    • Ludovic Coutant, ITEMS International

    16h15 :   Biologie synthétique et matériaux

    Présentations suivies d'un débat animé par Daniel Kaplan, avec la participation de :

    • Rémi Sussan, journaliste spécialisé NTIC
    • Vidéo : Gaël Langevin, InMoov

    17h00 :   Conclusion

    17h15 - 18h :   Discussion avec la salle et networking

     

    Comment s'y rendre?

    Adresse : 14 rue Alexandre Parodi, 75010 Paris

    Plan : https://goo.gl/maps/vw7aE

    Métros : M7 Louis Blanc, ou M2/M5 Jaurès et Stalingrad

     

  •   
    QN_logo_atelier.png

    10 décembre 2014 14h-18h30

    >>Inscription<<

     

    Rendez-vous pour un atelier de prospective créative " Numérique et chemins des transitions"  le 10 décembre de 14h à 18h à l'Innovation Factory (Web School Factory), 59 rue Nationale, Paris.

    Transitions 

    Le cycle 2014-2015 de Questions Numériques, "Transitions", se fixe pour objectif de faire le lien entre micro et macro, entre l'échelle des pratiques et celle des systèmes. Les « Transitions » peuvent nous permettre de creuser ce qui se passerait si le numérique outillait des changements lourds (désirés ou non) ou échouait à le faire. Ainsi, nous aider dans un nouveau processus de prospective très fertile. Enrichir nos compréhensions, éclairer nos marges de manœuvre. Outiller nos décisions et nos stratégies en nous aidant à anticiper. Nous ne sommes pas certains qu'il y ait "une" transition numérique, nous sommes en revanche certains de l'importance du numérique dans plusieurs transitions à l'œuvre.

    Nous étudions cet automne, au travers d'une dizaine d'ateliers, plusieurs domaines dans lesquels les systèmes "anciens" semblent bousculés par le numérique et dans lesquels de nouveaux modèles seraient susceptibles d'émerger (ville, travail, éducation, démocratie, action publique, secteur spatial, territoires). Nous mobilisons des apports d'expertises et des méthodes d'intelligence collective pour identifier ce qui conduit à ces transitions, pour qualifier des horizons souhaitables et pour repérer les chemins de transition. Nous repérons ainsi comment le numérique agit : en optimisant, en fluidifiant, en ouvrant, en décentralisant,...

    Session Numérique et chemins de transition

    La session du 10 décembre décloisonnera les thématiques pour approfondir 4 à 5 figures principales que nous rencontrons dans plusieurs des domaines travaillés. Il s'agit à la fois de partager l'état de nos travaux et de mettre à contribution experts et participants, qui vont nous aider à en qualifier les dynamiques (chemins doux ou brutaux), la temporalité, les jeux d'acteurs, les conditions de réussite ou d'échec, les champs d'application. 

    Cet atelier participatif réunira une soixantaine de participants.

    Le dispositif d’animation et de production permettra de nourrir la publication commune "Questions Numériques 2015", à paraître début mars 2015.

    Places limitées, inscription en ligne nécessaire

    >> S'enregistrer maintenant <<

    image

  • Nous sommes à mi-chemin de notre série d’ateliers Questions numériques consacrée aux "transitions", après avoir exploré les transitions du travail et des organisations à Lift Marseille, défriché les transitions de l’éducation et de la démocratie à Montréal, creusé la question de l’ »open » à Fossa (Rennes). Nous avons devant nous cinq ateliers très stimulants en décembre, pour lesquels nous avons besoin de votre contribution : inscrivez-vous !
     
    Nous allons, ce 2 décembre, poursuivre le travail engagé en septembre sur les transitions urbaines. Après avoir exploré le paysage actuel, ce sera le temps de la prospective et des chemins de transition des modèles urbains.
     
    Nous commençons y y voir plus clair sur les « chemins de transition » que le numérique outille, et leur diversité : smart, agile, open, disruptif, distributif, etc. Appliqués à des systèmes anciens, ils produisent des effets contrastés, qu’il s’agira de comprendre tous ensemble lors d’une session transversale d’ateliers collaboratifs le 10 décembre après-midi.
     
    Les technologies jouent souvent un grand rôle dans les transitions : des limites sont dépassées, des seuils sont abaissés : la rencontre du 17 décembre matin nous permettra de débattre à la lumière de quelques-unes de ces technologies. Elle aura lieu au CNES, qui accueillera le 17 décembre après-midi une session dédiée aux transitions du secteur spatial.
     
    Le 18 décembre, nous finirons l’année en beauté à la CNDP (Commission nationale du débat public) par une journée « démocratie et action publique » : le matin, éclairages sur les chemins de transition numériques de la démocratie; l’après-midi, session d’ateliers collaboratifs consacrés à la transformation du rôle de l’acteur public dans les systèmes en transition.
     
    Le début 2015 nous permettra de conclure cette phase contributive, en explorant notamment les bouleversements des modèles territoriaux.
     
    Vos apports sont très riches, la qualité et le nombre des contributeurs y sont pour beaucoup : cette année à nouveau, l'intelligence collective nous aide à mieux comprendre ce que nos expertises respectives, souvent cloisonnées, ne suffisent pas à éclairer.
    Les comptes-rendus des premières sessions sont publiés pour certains, en cours de publication pour d’autres. N’hésitez pas à contribuer en ligne, en les commentant et en contribuant au wiki des transitions.
    Merci de votre participation à cet effort de réflexion collective qui commence à porter ses fruits !
  •  
    QN_logo_atelier.png

    18 décembre 2014 9h30-18h

    >>Inscription<<

    Le SGMAP, France Stratégie, la CNDP, et la Fing vous donnent rendez-vous pour un atelier de prospective "transition, action publique et démocratie" le 18 décembre de 9h30 à 18h à Paris à la CNDP 244 Boulevard Saint-Germain.

    Déroulement

    Matinée - 9h-12h30 :

    Conférence-débat posant la question d'une démocratie en transition avec l'aide du numérique
    Il s'agira, sur les questions "démocratie et numérique", de questionner les transformations systémiques auxquelles le numérique pourrait contribuer (ou non), en confrontant des acteurs institutionnels et associatifs, des chercheurs et experts.

    Après-midi - 14h-18h :

    Session d'intelligence collective et de prospective créative, animée par la Fing avec le SGMAP sur des questions de transformation de l'action publique, et de la place de l'acteur public, qui voit la fin des systèmes "administrés" et la montée de modèles libéralisés, déréglementés, mais pas forcément démocratisés.

    Inscription

    Cliquez ci-dessous pour vous inscrire selon votre choix :

    Retrouvez tous les ateliers Questions Numériques "transitions" >> ateliers de coproduction

     

    image

     

     

     

  • La deuxième journée de la rencontre Lift à Marseille (21-­22 octobre, thème RE:working work) était consacrée aux transitions liées au bouleversement des organisations du travail (hiérarchie, appartenance, espace, temps).

    Ce deuxième atelier de prospective du cycle Questions Numériques "Transitions" a réuni 80 participants à la Villa imageMéditerranée. Au rendez-vous diversité, expertise et créativité.

    Si le vent fort, qui soufflait ce jour là, a écourté la réflexion, nous avons néanmoins pu échanger et enrichir notre vision des souhaitables. Beaucoup de matière apportée, grâce à la méthodologie co préparée avec Nod-a. Nous vous la restituerons au fur et à mesure dans ce blog. Voici déjà les échanges en temps réels et article de La Tribune , tweets & images mêlés ;-)

     

  • Atelier participatif "les chemins des transitions urbaines"
     
    QN_logo_atelier.png

    2 décembre 2014 14h-18h30

    >>Inscription<<

     

    Courant septembre, la Fing et l’Ademe organisaient au Pavillon de l’Arsenal le premier atelier "Transitions urbaines". Le 2 décembre, se tiendra le second atelier du cycle, qui se focalisera sur les horizons et chemins des transitions urbaines. << INSCRIPTION >> 

    La ville concentre sur son territoire de multiples figures de la transition : des plus souvent citées (transition écologique et énergétique), aux moins médiatisées (transitions numérique, économique, sociale, urbaine, agricole, démographique, politique, cognitive… ). Comment ces différentes figures de la transition cohabitent-elles et entrent-elles en tension(s) ? Quels différents chemins s’ouvrent à la ville de demain ? Quels sont les freins aux changements sans cesse annoncés ?

    Le 16 septembre, la Fing et l'Ademe organisaient au Pavillon de l'Arsenal le premier atelier "Transitions urbaines", en présence de nombreux contributeurs. L'occasion de croiser les regards sur le sujet des transitions urbaines, la ville concentrant sur sont territoire de multiples figures de la transition : pourquoi la situation ne peut-elle plus durer telle qu'elle est aujourd'hui ? Que voit-on émerger, quelles tendances nouvelles, quels signaux faibles ? Quels sont les différents modèles "sur étagère" mis à l'épreuve ?

    >> Retrouvez le compte-rendu du premier atelier "Transitions urbaines"

    2 décembre - Atelier Chemins des “Transitions urbaines”
    La Fing et l’Ademe vous donnent rendez-vous le 2 décembre 2014 de 14h à 18h30 dans les locaux de Cofonca (6, rue Jean Jaurès, à Puteaux) pour le second atelier sur les transitions urbaines.

    Quels futurs désirables pour demain et quels sont les modèles urbains à imaginer pour demain ? Comment les acteurs urbains pourront-ils s'y engager ? Quels sont les chemins à construire et à emprunter ? Alors que le premier atelier s'intéressait au paysage actuel, celui-ci se focalisera sur ces éléments des transitions.

    Cet après-midi réunira un public mixte d’experts et d’acteurs du numérique, du développement durable et de l’écologie, de l’architecture et de l’urbanisme, de la politique, du design, des transports publics, des déchets, de la construction, de l’innovation.

    << INSCRIPTION >> 

     

  •  
    QN_logo_atelier.png

    20 novembre 2014 15h-18h

    >>Inscription<<

     

    Dans le cadre de son cycle de prospective Questions Numériques « Transitions » et de la 6e édition de la free Open Source Software academia (fOSSa), la Fing co organisera le 20 novembre prochain (15h-18h) un atelier à Rennes, en collaboration avec Inria, La Cantine Numérique rennaise et le fablab de Rennes.

    Quel est le rôle de "l’ouverture" comme chemin de transformation des systèmes ?

     Nous nous intéresserons à l’open, au coeur des thématiques de fOSSa 2014, comme dynamique de transition à challenger :

    • son action sur les champs dans lesquels elle à l’oeuvre
    • les conditions nécessaires pour que d’autres champs profitent de cette mise en mouvement 
    • les modèles « sur étagères » de l’open, notamment la figure du bazar

    Inscription en ligne

    Gratuite mais nécessaire, en cliquant sur >>Inscription<<

    L’atelier aura lieu au centre Inria Rennes - Bretagne - Altlantique


    Les résultats de l’atelier nourriront la publication commune "Questions Numériques 2015", à paraître début mars 2015

    banniere_cdp_fossa_2014.png

     

  • QN_logo_atelier.png

    Dans le cadre de son cycle de prospective "Questions Numériques", la Fing co-organisera le 12 novembre prochain (8h30-12h30) deux ateliers à Montréal, en collaboration avec le Cefrio, La Conférence régionale des élus(CRÉ) de Montréal, L'Île du Savoir et l'Institut du Nouveau Monde.

    Sous l'angle des "Transitions", qui colore l'ensemble du cycle de cette année, les ateliers aborderont deux thématiques :

    • L'éducation, et en particulier les transformations des métiers et des compétences à l'ère numérique
    • Les modèles démocratiques à l'épreuve des réseaux et du numérique

    Ces ateliers se dérouleront dans les locaux de la Société des arts technologiques (SAT). D'une durée d'une demi-journée, ils convieront leurs participants à écrire les principaux épisodes d'une "histoire", celle d'une transition : qu'est-ce qui force le système à changer ? Quelles sont les destinations souhaitables ? En quoi s'incarnent-elles concrètement ? Et par quels épisodes peut-on se rendre de l'état présent à l'état futur ? 

    Les résultats des ateliers nourriront la publication commune "Questions Numériques 2015", à paraître début mars 2015.

     

    Informations pratiques :

    Lieu : Société des arts technologiques au 1201 Boulevard Saint-Laurent, Montréal Horaire : le 12 novembre de 8h30 à 12h30

     

    Ateliers sur inscription :

    Contacts à Montréal :

    • Questions Numériques et éducation : hmathieu [at] credemontreal.qc.ca
    • Questions Numériques et démocratie : miriam.fahmy [at] nm.qc.ca 

     

    banniere_partenaires_associes_qn_montreal.png

  • QN_logo_atelier.png

    Le cycle Questions Numériques profite de la thématique de Lift with Fing pour explorer les transitions dans les champs du travail et des organisations le 22 octobre 2014 à Marseille.

    Prenant appui sur les éclairages croisés de haut niveau de la veille (conférences, Lift Expérience, projets du Carrefour des Possibles), les participants se livreront à un exercice de prospective créative.

    Le management par la confiance va-t-il supplanter le rapport de subordination ou augmenter les formes de contrôle par la traçabilité ? L'éclatement de l'unité du temps et de lieu marque-t-il la fin des organisations ou le règne de l'entreprise étendue ? L'essoufflement de la société salariale dessine-t-il l'avènement d'un modèle "tous entrepreneurs/tous intermittents" ou en appelle-t-il à un salariat à vie ? Emploi, travail, activité : quelle différence demain? 

    Aujourd’hui plusieurs modèles d’organisation du travail existent, ou sont expérimentés, ou a minima ont été théorisés : le salariat (dominant dans les pays de l’OCDE), la flexi-sécurité à la “danoise”, l’intermittence “à la française”, le revenu de base en Alaska, les systèmes coopératifs, l’économie duale, etc. Il en existe d’autres encore.

    Ces “modèles sur étagères” constituent une base de travail  - source d’inspiration, de critiques, de controverse - pour imaginer des modèles alternatifs, et les chemins pour y parvenir. Après un état des lieux et des modèles en critique nous nous intéresserons au rôle et interactions du numérique avec ces transformations, pour décrire les horizons possibles, voire souhaitables, et dessiner des chemins pour réussir ces transitions. 

    RDV à 9h30 à la Villa Méditerranée, qui accueille, l'atelier dès 9h30. N'hésitez pas à parcourir dès à présent le livret du participant (en lien ci-dessous) et à commenter les modèles proposés.

     Livret participant atelier transitions du travail et des organisations (ouvrir Livret participant atelier QN Lift with Fing-1.pdf, 492.13 K)

     

  • Le dernier temps de l’atelier « Transitions urbaines 1 » du 16 septembre visait à faire émerger les premières "briques" d'horizons possibles pour ces transitions urbaines.

    Que sait-on aujourd'hui de ces futurs, de ces horizons possibles ?  Quels en sont les "ingrédients" ? Et de quels futurs souhaitables parle-t-on?

    Quels horizons pour les transitions urbaines ?

    Parmi les horizons possibles (mais aussi souhaitables) des transitions urbaines, trois grandes orientations se détachent : les territoires urbains de demain seront nécessairement plus soucieux de l’environnement, mais ils seront aussi plus à l’écoute des besoins des habitants et de leurs usages…. « Un territoire écologiquement viable comptaible avec les usages des sociétés et des populations » résume une formulation issue de la journée de travail. Ces territoires urbains seront aussi plus attentifs à la créativité et à l’innovation… qui contribueront à les transformer, les adapter, à éviter qu’ils ne deviennent des « territoires obsolescents ».

    L’enjeu environnemental

    Les transitions urbaines amèneraient les territoires à devenir plus durables sur le plan environnemental : les émissions de CO2 seront certes divisées par quatre par rapport à 2015, le gaspillage diminuera, les déchets produits devront être considérés aussi comme des ressources pour le territoire, mais au-delà de ces visions segmentées, quel horizon global cela dessine-t-il pour la ville ? Les transports doux vont probablement continuer à se développer, les ressources (pétrole, énergie, ressources naturelles…) seront plus rares. De nouveaux indicateurs devront être inventés, un outillage pour les comportements plus durables, les acteurs territoriaux devront réfléchir et travailler ensemble pour favoriser les dynamiques d’écologie industrielle et d’économie circulaire, les sols devront être dépollués… et d’autres briques seront à construire.

    Une ville pour et par les habitants

    D’autres horizons urbains sont évoqués par les participants, dessinant une ville moins normative, plus à l’écoute de ceux qui l’habitent et y vivent. Une ville privilégiant la diversité des modes de vie, proposant services et espaces accordés aux besoins et usages de chacun. La ville de demain semble nécessairement plus accueillante, bienveillante et confortable, en matière de temporalités et d’espaces : les logements et les bâtiments concilieront confort et sobriété énergétique, la ville accueillera des moments conviviaux, favorisant le lien social (fête des voisins, etc.).

    Bien sûr, l'on constate que ces horizons sont guidés à ce stade par l’imaginaire et le désir. La ville sera certes bienveillante, mais à condition que les espaces publics soient de qualité et designés pour favoriser l’appropriation et la pluralité des usages, qui tienne compte des singularités de chacun…
    Mais encore, c’est une ville plus égalitaire, réduisant de façon considérable les ségrégations sociales, spatiales et raciales. On y circule librement puisque pour certains participants, cette ville abolit les barrières, symboliques et réelles ; elle permet ainsi à ses habitants les plus pauvres de rester dans le centre, en cessant de les repousser encore et toujours plus loin, la question de l’emploi et de l’insertion y devient également un sujet urbain à proprement parler… Et les habitants seront moteurs et au coeur des choix de transition sur l’énergie, l’habitat, la consommation, la mobilité, etc.

    Créativité et innovation citoyennes

    Troisième « ingrédient clé » de ces horizons urbains, que l’on retrouve plusieurs propositions, la place accordée à l’innovation et à la créativité, en sortant des cadres aujourd’hui institués. Les citadins se sont appropriés un certain nombre d’outils et de pratiques (numériques ou non), participant de façon croissante à la ville ; le numérique n’est pas uniquement au service de l’optimisation, mais permet de mieux déceler et connaître les problèmes, les inégalités,… pour mieux les traiter. Les pratiques P2P prennent davantage d’importance sur les territoires urbains, dans des formes marchandes ou non marchandes (biens communs, SELs renouvelés). Dans plusieurs horizons urbains, la créativité citoyenne est en permanence stimulée (démarches bottom-up, zones d’expérimentation, éducation et sensibilisation) afin que la ville se renouvelle et se réinvente sans cesse. Les citoyens y ont un véritable "droit à l’expérimentation » consacré, pouvant ainsi contribuer à répondre aux grands défis urbains, aux côtés (et même avec) les autres acteurs urbains.


    Plusieurs horizons s’affrontent dans ces premiers échanges, qui dessinent aussi plusieurs villes possibles : une ville « anti-fragile », qui sait s’adapter aux chocs, low-tech, plutôt bottom-up, voire décentralisée et autosuffisante, semble s’opposer à la ville « smart », efficace, qui optimise gestion des flux, gaspillage,… grâce à l’utilisation des nouvelles technologies, parfois perçue comme trop normative. Et si justement, ces horizons n’étaient pas à opposer, mais pouvaient cohabiter, s’enrichir mutuellement ?
    Le rôle du numérique est essentiel dans la plupart des horizons, justement parce que ses usages ne se limitent pas à l’optimisation, la régulation,… création de lien, opportunités de décentralisation, mise en réseau, innovation technologique, sociale ou sociétale, production de data permettant d’outiller les choix...

    Tout l’enjeu du prochain atelier « Transitions urbaines » sera de parvenir à agencer ces premières briques afin de faire émerger des horizons cohérents et désirables, et de dessiner des chemins pour se rapprocher de ces horizons urbains.

    >> Retrouvez table par table le compte-rendu de cet atelier d'ici quelques jours.
    >> Retrouvez les autres productions de cet atelier ("ce qui ne peut plus durer", modèles sur étagères, etc.)

  • Pourquoi faut-il parler de "transitions urbaines" ?

    Retour sur le premier atelier du cycle Questions Numériques 2015 : regards croisés ADEME/Fing sur les transitions urbaines qui a eu lieu le 16 septembre dernier au Pavillon de l'Arsenal à Paris

    Le premier échange de la journée questionnait la pertinence de parler de “transitions urbaines” dans un exercice prospectif comme celui de Questions Numériques. D’un point de vue partagé, le bouleversement général du jeu d’acteur sur les territoires urbains implique un changement de regard. La montée en puissance de gros acteurs numérique (des Pure players… qui ne le sont plus) dans le champ urbain, légitimée par le discours sur la Smart City, va redistribuer certaines cartes. Le discours plus ou moins disruptif de ces néo-acteurs urbains impacte aujourd’hui à la fois la gestion et la distribution de ressources comme l’eau ou l’énergie, le secteur du logement ou des transports avec l’émergence d’acteurs d’une économie basée sur la multitude.

    Des acteurs urbains disruptés, des méthodes d’action bousculées

    Le développement ininterrompu des territoires urbains induit une complexité toujours plus importante de ces derniers. Les modes de vie et les populations évoluent et mutent, notamment du fait de l’importance croissante du numérique dans nos vies, impactant la façon dont on se déplace, dont on travaille, dont on consomme ... Les aires urbaines qui les accueillent doivent anticiper et accompagner ces changements pour ne pas les subir trop violemment. Pour les participants, il y a urgence à apporter de nouvelles solutions car des problèmes encore pas résolus (étalement urbain, crise du logement, grande pauvreté, nourrir qualitativement la population urbaine, etc.) symbole d’un modèle urbain en crise vont s’intensifier à moyen terme. Les problématiques urbaines se révèlent aujourd’hui imbriquées les unes avec les autres et nécessitent un changement de grille de lecture et d’action,  nécessairement plus transversale et collective. Les méthodes d’hier ne permettent plus de résoudre des problèmes toujours plus complexes. Surtout, la crise budgétaire qui touche la plupart des acteurs territoriaux, couplée avec la baisse des dotations de l’État annoncent une période où les acteurs publics ne pourront plus agir seul et devront s’appuyer sur de nouveaux outils et de nouveaux acteurs pour administrer leur territoire en maintenant un niveau satisfaisant de services et pour répondre aux différents défis urbains des décennies à venir.

    Un changement d’échelle et de focale nécessaire pour répondre aux grands défis urbains

    Devant l’urgence à agir et l’inefficacité observé des états nations à répondre à certains problèmes majeurs, en premier lieu le réchauffement climatique, l’échelle des territoires, en particulier métropolitaine, semble aujourd’hui être celle qui peut apporter une réponse efficace. La perte du pouvoir des gouvernements oblige les villes à prendre de nouvelles responsabilités et les territoires urbains deviennent des échelles cohérentes d’intervention face aux grands défis de demain, qu’ils soient territorialisés ou plus globaux. La ville semble aujourd’hui représenter un nouvel espace des possibles et cristallise des énergies et des espaces d’expérimentation et d’innovation, représentant d’un point de vue de la transition autant le problème que la solution. Les espaces urbains dessinent en effet un avenir qui fluctue entre fragilité et résilience.

    Des territoires urbains en transition

    Néanmoins cette montée en puissance du rôle des territoires nous oblige à parler de transitions urbaines au pluriel car les métropoles mondiales ne prennent pas toute le même chemin et n’ont pas toute le même horizon de transition. Le futur des territoires urbains sera donc forcément pluriel et cela n’est pas sans poser la question de l’inégalité d’action face aux défis urbains majeurs et à la capacité des territoires de rentrer ou non en transition. Cette diversité importante des territoires aujourd’hui en crise et confrontés à la difficulté de leurs propres mutations ne se réduit cependant pas aux seules métropoles ou aires urbaines. Villages, petites villes en déclin, territoires à l’abandon sont aussi à regarder de près lorsque l’on parle de transition. À l’heure où les villes s’étalent toujours plus, où les comportements urbains gagnent la plupart des campagnes à travers le monde, et que la frontière entre ville et campagne s’efface, peut-être est-il plus judicieux pour nous de parler de “transitions territoriales” plutôt que de “transitions urbaines” au cours de notre travail prospectif.

     

    Retrouvez le reste des productions de l'atelier Questions Numériques zoom urbain ici.

  • QN_logo_atelier.png

    La Fing et l’Ademe vous donnent rendez-vous le 16 septembre 2014 de 10h à 16h au Pavillon de l’Arsenal, 21 Bd Sully de Morland à Paris, pour le premier atelier du cycle de prospective Questions Numériques "Transitions".

    Regards croisés “Transitions urbaines”

    La ville concentre sur son territoire de multiples figures de la transition : des plus souvent citées (transition écologique et énergétique), aux moins médiatisées (transitions numérique, économique, sociale, urbaine, agricole, démographique, politique, cognitive… ). Comment ces différentes figures de la transition cohabitent-elles et entrent-elles en tension(s) ? Quels différents chemins s’ouvrent à la ville de demain ? Quels sont les freins aux changements sans cesse annoncés ?

    Le cycle Questions Numériques "Transitions" de la Fing s'est engagé lors du Festival futur en Seine en juin. L’atelier du 16 septembre réunira, quant à lui, un public mixte d’experts et d’acteurs du numérique, du développement durable et de l’écologie, de l’architecture et de l’urbanisme, de la politique, du design, des transports publics, des déchets, de la construction, de l’innovation.

    Programme

    Accueil à partir de 9h30

    Matinée (10h-12h) :Interventions d’experts illustrant les transitions et les tensions à l’oeuvre.

    • Sarah Marquet (ADEME) et Thierry Marcou (Fing) : transitions et tension 
    • Jean Haëntjens - Economiste et Urbaniste, auteur de “La Ville frugale” et “Les villes au secours de l’Etat”
    • Rémi Sussan - Ecrivain et journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies de l'information à Internet Actu
    • Ghost City Lab - laboratoire de recherche et d'expérimentation autour du concept d'obsolescence des territoires

    Midi (12h-13h30) : Déjeuner & temps d’échange autour des interventions de la matinée, identification et cartographie des transitions à l’oeuvre et Networking.

    Après-midi (13h30-16h) : Ateliers - Travail en groupes pour identifier et cartographier les transitions urbaines en cours, scénariser les tensions qui les accompagnent.

     A noter : il s'agit du premier atelier Questions Numériques sur la thématique urbaine, il sera suivi d'un second à l'automne

  • image

    Le potentiel transformateur du numérique est l’objet de controverses : pour certains, il n’est qu’un outil, qui amplifie des dynamiques qui lui sont extérieures. Celles de la mondialisation, de la complexité, de la démographie, et beaucoup d’autres. Souvent, au contraire, on parle de révolution numérique, avec sa cohorte de superlatifs, les plus inquiets comme les plus enthousiastes : les fab labs bouleversent l’industrie, les mooc chamboulent l’éducation, les blogs revitalisent la démocratie.

    Et pourtant, en travaillant sur ses « promesses », nous avons parfois eu l’impression que le numérique change tout mais ne change rien, qu’il voit émerger de nouvelles pratiques à la base sans transformer les systèmes, qu’il vit durablement dans le grand écart entre un ancien monde vu comme archaïque et des émergences dispersées.


    Nous choisissons, pour le 5e cycle annuel Questions numériques, d’explorer les « transitions numériques ». 
    Cette notion est fragile et récente. Elle n’est pas très pertinente si on l’envisage comme un synonyme, un mot de plus pour parler de révolution numérique. Il s’agit plutôt de prendre au sérieux la question des transformations systémiques, des changements de modèle, qui sont attribués au numérique par de nombreux auteurs : qu’est-ce qui change à grande échelle ? Comment caractériser les réelles bascules ? Et vers quels horizons souhaitables, à quelles fins, puisque les auteurs qui semblent le savoir envisagent des perspectives bien différentes ? 

    Les « Transitions » peuvent nous permettre de creuser ce qui se passerait si le numérique outillait des changements lourds (désirés ou non) ou échouait à le faire. Ainsi, nous aider dans un nouveau processus de prospective très fertile. Enrichir nos compréhensions, éclairer nos marges de manoeuvre. Outiller nos décisions et nos stratégies en nous aidant à anticiper.

    Parler transition, c’est le plus souvent parler de « la » transition écologique - ou énergétique. Le terme est aussi employé dans les champs politique et public (transition démocratique), économique et industriel, démographique,… A chaque fois, il s’agit de transitions lourdes, déclenchées par des facteurs puissants. Nous ne savons pas encore comment le numérique interagit avec elles, si ses capacités transformatrices (qu’il s’agit de qualifier plus précisément) peuvent y jouer un rôle.

    Instruire cette question n’est pas une mince affaire : nous avons besoin de renforts de toutes natures, des experts avertis ou leurs productions, des acteurs très divers, connaisseurs de leurs champs ou porteurs de leurs questionnements. De l’imagination, aussi, pour se projeter un peu plus loin, sortir des rails. De l’histoire enfin, pour comprendre les transitions du passé.

    Ça commence. L’AG annuelle de la Fing, le 28 mai, puis la conférence-débat de lancement, le 12 juin à Futur en Seine, ont permis de confronter la question abstraite des transitions aux questionnements et témoignages de nombreux acteurs. Nous engageons une phase de coproduction en ligne. Merci d’avance à ceux qui souhaiteront y contribuer.

  • "Imaginer un monde en transitions", retour sur une première introduction au nouveau cycle Questions Numériques sur les Transitions, pendant le festival Futur en Seine 2014.

    Transition démographique, économique, politique… Transition écologique, énergétique… Transition numérique… C’est la même chose ? Ça n’a rien à voir ? Ça s’oppose ? On les subit ? Les anticipe ? Les accélère ?

    Tania Lasisz (Cheffe de la mission Développement de l'administration numérique - SGMAP), Claude Kirchner (Délégué général à la recherche et au transfert pour l'innovation - Inria), Murielle Lafaye (Chargée de Prospective, Stratégie et Relations avec les Ministères - CNES), Hugues Aubin (Chargé de mission développement - Rennes Métropôle) ont apporté leur éclairage sur les transformations systémiques qui s’engagent, les modèles qui changent, les mouvements des acteurs.

    Un débat animé par Jacques-François Marchandise et Daniel Kaplan sur un mode dynamique : les participants réagissant aux interventions à l'aide de cartes actions. Tous les débats et les questions ont enrichi en direct une fresque retraçant les transitions observées et les changements majeurs en cours, des exemples ou facteurs clés, des tags un peu impertinents.

    La fresque des transitions

      Infographie v3.png

    Le débat en tweets et en images 

Conception & réalisation : Facyla ~ Items International

Plateforme construite avec le framework opensource Elgg 1.8