Transitions²

Transitions²

Mettre la puissance transformatrice du numérique au service de la transition écologique !


TRANSITIONS2 LOGO

RELIER TRANSITION ÉCOLOGIQUE ET TRANSITION NUMÉRIQUE

 

Groupes connexes


- Questions Numériques

Septembre 2016

  • Help us identify radical innovations in the pursuit of the ecological transition

    Within the framework of the Transitions² program, Fing, Iddri and Ouishare, with the support of Ademe and Bpifrance, set out in the search for "Factor 4 Innovation": radical innovation whose "value proposition" integrates an ecological impact that is profound ("Factor 4", "zero emissions/waste etc.", "net positive energy" etc.), broad (scalable) and lasting (robust to "rebound effects").

    > Read more on the "Factor 4 Innovation" challenge

    Does your project roughly match this description? Do you know of projects that do? Let us know (before November 15)! Based on your contributions, we will draw out the characteristics, success factors and needs of "Factor 4 Innovations"; shed light on the most outstanding examples; and outline possible strategies to support them.

     

    What Projects Are We Looking For?

    We are addressing this call to entrepreneurs and social innovators, as well as the networks and organizations that support them. Together, we wish to identify, 20 remarkable projects from all over the world, that illustrate the potential, the specific characteristics and the needs of "Factor 4 innovations".

    The projects, ventures and initiatives we are looking for may be in development or operational, they may be successful or unsuccessful – as long as they have been properly documented and their initiators can be contacted.

    Our investigations will mainly concentrate on four main areas:

    1. Mobility
    2. Regional economies (for example: urban farming, local sharing economies, "The Internet of Energy", circular economies, etc.)
    3. Lifestyles (sharing, low-tech, frugal, etc.)
    4. “Political” innovations (how can we facilitate decisive arbitration between conflicting goals, and the making of collective decisions that will have a significant environmental impact - and then carry them out!)

    However, we also welcome any proposal that fits the definition of a Factor 4 Innovation, even if it focuses on a different environmental challenge (biodiversity, water scarcity, pollution) or comes from another domain.

    How Do We Define Factor 4 Innovation?

    Factor 4 Innovation...

    ...is an innovation, first and foremost: it meets a need or solves a problem; it brings something new to its recipients; it differentiates its initiator from its competitors;

    ... is a radical or disruptive innovation, at least in terms of its ambition: the changes it intends to bring about are broad and irreversible; it has the potential to lead to further innovations;

    ...does not necessarily require advanced technologies (can be low-tech); can be an innovative product, service, organization, process, etc.

    ...has at its core the pursuit of explicit and credible environmental objectives – it is ambitious ( "Factor 4") in depth and scope – and is serious about measuring whether those objectives are being met;

    ... pays attention to its impacts on other domains and industries, as well to possible "rebound effects" that could reduce their environmental benefits.

    Why You Should Respond to this Call

    We believe (and maybe you do as well!):

    • That innovation has a part to play in the ecological transition - but that we are probably dealing with a particular kind of innovation, which does not fall into existing categories;
    • ... Therefore, that we lack the tools needed to evaluate (or even identify) Factor 4 innovations; as a consequence, we are collectively unable to support them well.

    Based on an analysis of projects contributed through this call, we will progressively define the perimeter of Factor 4 Innovation, common characteristics as well as typologies of relevant projects, specific success factors and needs...

    All the deliverables of the "Factor 4 Innovation", including project monographs, challenge will be published under a Creative Commons (CC-By) License.

    How to Contribute?

    Please write to us now or, even better, fill in the form below (before November 15th, 2016 (external link) :

     




    Article importé: http://www.transitions2.net/catalogue/view/1275/call-contribute-to-the-search-for-%E2%80%9Cfactor-4-innovation%E2%80%9D
    Par: Daniel Kaplan
    Publié: September 29, 2016, 10:33 am

  • Où l’on reconnaît les manques de Transitions², en tire des conclusions et vous invite à devenir acteur de son avenir.

    Résumons…

    • L’appel lancé par le programme Transitions² a été entendu.
    • En un an, nous n’avons pas chômé.
    • Nous n’avons cependant pas résolu le problème du changement climatique (quelqu’un l’aurait remarqué)
    • Les acteurs du numérique et de l’écologie se connaissent et se comprennent mal.
    • L’apport actuel du numérique à la transition écologique est aujourd’hui faible, voire nul.
    • Le numérique a partie liée au modèle de développement à l’origine de nos crises écologiques.
    • La transition écologique vers laquelle nous devons aller est extraordinairement profonde.
    • Aucune prouesse technologique n’y suffira, si elle n’accompagne pas une transformation de notre modèle de développement, voire de vie.
    • Une transformation aussi profonde paraît peu vraisemblable sans le numérique, mais le numérique tel qu’il se propose aujourd’hui n’a pas de réponse convaincante.
    • Le numérique, ce sont des pratiques sociales, une culture, et des dynamiques économiques, autant que des techniques.
    • En matière environnementale, il peut agir sur l’efficience des processus, leur bouclage, ou sur la réduction de la demande.
    • Plus son action se focalise sur un seul levier, un seul paramètre, moins elle produit d’effet.
    • La « disruption » numérique n’aura d’effets écologiques positifs que si elle est portée par une intention explicite, soutenue par un système d’innovation capable de la reconnaître.
    • Cela invite également à explorer d’autres leviers d’usage du numérique, par exemple les civic tech ou les modèles collaboratifs et ouverts de production, d’échange et de consommation.

     

    En un an, Transitions² a parcouru un chemin considérable… Et pourtant, nous ne sommes pas satisfaits. La richesse des productions n’est pas assez perçue et exploitée. Les « défis » sont une méthode efficace, mais ils fonctionnent encore trop en silos. Enfin, la dynamique de transitions² repose encore trop exclusivement sur les épaules de la Fing. La faute nous en incombe, et à personne d’autre.

    C’est pourquoi nous souhaitons, dans les mois à venir, revoir en profondeur l’architecture de Transitions².

    Pour commencer, nous chercherons à mieux relier le travail de fond (notamment les défis) et la construction d’une communauté d’acteurs qui font le lien entre numérique et écologie : au lieu d’organiser chaque projet à part des autres, tous contribueront à un agenda commun et s’ouvriront à l’ensemble de la communauté.

    Enfin, nous souhaitons que Transitions² prenne son autonomie par-rapport à la Fing, pour devenir une « maison commune » (dont la forme reste à discuter) à tous ceux – associations, institutions, entreprises, groupes informels… – qui croient à l’utilité de relier la transition numérique et la transition écologique.

    Nous avons éprouvé la fécondité de l’intuition initiale de transitions², sa nécessité, mais aussi sa difficulté. Il reste beaucoup de chemin à parcourir. Parcourons-le ensemble !

     

    Renaud Francou, Daniel Kaplan, Sophie Mahéo, Jacques-François Marchandise, Manon Molins, Denis Pansu

     




    Article importé: http://www.transitions2.net/catalogue/view/1292/transitions%C2%B2-un-an-apres-66-transitions%C2%B2-maison-commune
    Par: Daniel Kaplan
    Publié: September 15, 2016, 10:18 am

  • Où l’on montre que la "disruption" ne contribuera à la transformation écologique que si celle-ci est au cœur de son intention

    Résumons…

    • Le numérique, ce sont des pratiques sociales, une culture, et des dynamiques économiques, autant que des techniques.
    • En matière environnementale, il peut agir sur l’efficience des processus, leur bouclage, ou sur la réduction de la demande.
    • Plus son action se focalise sur un seul levier, un seul paramètre, moins elle produit d’effet… Suffit-il donc de tout « disrupter » pour produire les changements attendus ?

    S’agissant du levier jusqu’ici le moins exploré, celui de la réduction de la demande, les nouvelles formes de « consommation collaborative » ont suscité beaucoup d’espoirs : si l’on partage son automobile ou ses biens d’équipement, si l’on revend ou donne les objets dont on ne se sert plus, peut-on imaginer qu’à terme, on produise moins d’automobiles, de perceuses ou de petites robes ? Le projet PICO[1] piloté par l’Iddri invite à relativiser ces effets : « tous les projets de l’économie collaborative n’ont pas un impact positif du point de vue environnemental et social. La nature des biens échangés ou les déplacements induits sont par exemple clefs pour anticiper le bilan environnemental de ces pratiques. » En outre, « certains projets de l’économie collaborative apportent de nouvelles solutions au développement durable, mais sont confrontés à des enjeux de développement et à des difficultés pour travailler avec les pouvoirs publics. Ces difficultés tiennent au fonctionnement en silos des administrations ou à la concurrence entre les nouvelles pratiques et des pratiques plus anciennes[2] . »

    Il existe dans la théorie de l’innovation « disruptive » des principes qui parlent aisément à un public sensible aux valeurs écologiques : se focaliser sur les besoins de base, proposer des offres simples, utiliser des technologies matures plutôt qu’avancées… Mais les « disrupteurs » cherchent plutôt à conquérir un marché en fragilisant les acteurs établis, qu’à sauver la planète. Leur objectif prioritaire est, et restera, de valoriser leur entreprise. Même parmi les entreprises de l’économie collaborative, l’étude « Listening to Sharing Economy Initiatives » révèle que « si 94% des entreprises visent à produire un impact environnemental et social positif, 25% seulement d’entre elles le mesurent. »

    Pas de transition écologique sans intention

    Ainsi, les forces de la disruption numérique, capables de transformer en quelques années les secteurs les mieux établis, ne produisent guère de résultats sur le front écologique, même quand ses acteurs en expriment l’intention. Pourquoi ?

    La recherche sur le lien entre innovation radicale et transformation écologique nous aide à répondre. D’une part, toute proposition innovante émerge dans un « système d’innovation » (composé d’un réseau d’acteurs et d’institutions, d’une culture, de méthodes, d’indicateurs, de normes et de règles écrites ou non…) qui la sélectionnera ou non selon qu’elle respecte ou non ses critères : il existe toujours un degré d’innovation qui dépasse les limites, même larges, que le système considère comme admissibles. Ici, la limite est dans doute celle de la décroissance (au sens le plus large) : comment sélectionner une proposition qui répond peut-être parfaitement à un besoin, mais en produisant moins de valeur économique et en choisissant délibérément de maximiser son impact social et environnemental plutôt que son profit ? Seuls les dispositifs de soutien à l’entrepreneuriat social savent reconnaître de tels projets, mais ils ne leur permettent que très rarement de passer à la grande échelle.

    Il arrive cependant que des innovations radicales, profondément transformatrices, s’imposent malgré le conservatisme inhérent aux systèmes d’innovation. La théorie néo-schumpeterienne des « vagues d’innovation[3]  » décrit ainsi 5 cycles de « destruction créative » intervenus depuis la révolution industrielle, chacun sous l’influence d’un changement de « paradigme techno-économique » : la mécanisation et la fabrique ; la machine à vapeur et le chemin de fer ; l’électricité et l’ingénierie lourde ; le pétrole, l’automobile et la production de masse ; le numérique. Chacune de ces vagues submerge la précédente parce qu’elle est capable de produire une « poussée de développement » : son paradigme reste celui de la croissance économique et du monde infini.

    Or la transition écologique ne relève pas d’une « poussée de développement », parce que ses buts sont normatifs et extérieurs à l’économie. Par conséquent, même les systèmes d’innovation les plus ouverts aux transformations radicales auront du mal à soutenir des projets dont une transition écologique ambitieuse (de type « facteur 4 ») est réellement l’objectif. Par conséquent, expliquent les chercheurs Daniel Hausknost et Willi Haas dans le cadre du projet européen Neujobs, il faut faire en sorte qu’un nouveau système d’innovation intègre de manière délibérée des mécanismes de sélection appuyés sur des indicateurs extra-monétaires et qui « internalisent l’anticipation des pressions extérieures », le changement climatique et l’épuisement des ressources[4] .

    Mais comment réaliser cet exploit ?

    Encoder les intentions

    Tirant les conséquences de leur analyse, Hausknost et Haas suggèrent de focaliser l’innovation sur « les mécanismes sociaux de décision et de pilotage » (social steering), en particulier ceux qui permettraient de traiter des questions complexes et conflictuelles : arbitrer entre des objectifs de croissance et d’autres objectifs, entre intérêt général et liberté individuelle, « encadrer l’univers des choix » que les individus peuvent faire en matière de consommation (choice editing)…

    Le numérique a toujours été un creuset d’innovation dans les mécanismes de mobilisation, de discussion politique et de décision démocratique. Pour une part, cette innovation s’appuie sur l’appropriation voire le détournement, par leurs utilisateurs, des outils et plateformes de l’internet et du web : organiser des mobilisations par SMS ou via les réseaux sociaux, déplacer les lieux de la discussion politique vers d’autres forums, révéler ou dénoncer des pratiques sur Youtube… Mais les « Civic Tech » désignent également un nombre sans cesse croissant d’initiatives personnelles, associatives ou entrepreneuriales, qui « réinterrogent la démocratie par le levier de la technologie » : engagement citoyen, participation à l’élaboration des décisions et aux choix, coproduction locale, financement participatif, interpellation, contrôle de l’action publique… Certes, comme le dit le chercheur Loïc Blondiaux, « le seuil critique à partir duquel le système politique commencera à trembler sur ses bases n’est nullement atteint. » Mais Blondiaux lui-même admet qu’elles pourraient préfigurer un monde où « les possibilités de dialogue, de coopération, de mobilisation et de participation des citoyens au processus de décision, à toutes les échelles, seraient décuplées. » En aidant à instruire et prendre les décisions difficiles, l’innovation démocratique est l’un des chemins par lequel le numérique pourrait contribuer à la transition écologique.

     

    Au-delà de la disruption des startups, des intentions fécondes appuyées par le numérique sont également à l’œuvre ailleurs, dans l’univers complexe, conflictuel, protéiforme et infiniment créatif de l’open source et des makers, des collaborations horizontales et de proximité, des activistes citoyens et des « communs » : coproduction et partage de données, modèles alternatifs d’échange (partage, monnaies alternatives…), innovations écologiques open source, systèmes d’échanges locaux… Transitions² a plusieurs fois exploré le potentiel écologique des approches ouvertes et coopératives du numérique, que ce soit lors de la manifestation fOSSa (Nantes, septembre 2015), du Forum des Usages Coopératifs (Brest, juillet 2016), ou encore lorsque Without Model s’est intéressé aux « modèles d’affaires ouverts pour le développement durable ».

    Innovation radicale ou disruptive, innovation décisionnelle et démocratique, innovation ouverte et collaborative… Le défi « Innovation Facteur 4 » que Transitions² a lancé fin juin 2016 s’efforcera de relier tous ces fils autour d’un objectif commun : identifier la place et la forme de l'innovation radicale dans la recherche d'une transition écologique de grande échelle.
     

    Prochain billet : Transitions², maison commune
    Où l’on reconnaît les manques de Transitions², en tire des conclusions et vous invite à devenir acteur de son avenir.

     


    [1] « Pionniers du collaboratif », Iddri, ESCP-Europe, Universités Paris Sud et Paris Dauphine, Zero Waste France et Ouishare

    [2] Le décloisonnement des organisations publiques et la confrontation-collaboration des cultures font l’objet d’un des défis de Transitions2, « Agir Local ».




    Article importé: http://www.transitions2.net/catalogue/view/1291/transitions%C2%B2-un-an-apres-56-de-la-disruption-a-l%E2%80%99intention
    Par: Daniel Kaplan
    Publié: September 15, 2016, 10:16 am

  • Où l’on montre que la "disruption" ne contribuera à la transformation écologique que si celle-ci est au cœur de son intention

    Résumons…

    • Le numérique, ce sont des pratiques sociales, une culture, et des dynamiques économiques, autant que des techniques.
    • En matière environnementale, il peut agir sur l’efficience des processus, leur bouclage, ou sur la réduction de la demande.
    • Plus son action se focalise sur un seul levier, un seul paramètre, moins elle produit d’effet… Suffit-il donc de tout « disrupter » pour produire les changements attendus ?

    S’agissant du levier jusqu’ici le moins exploré, celui de la réduction de la demande, les nouvelles formes de « consommation collaborative » ont suscité beaucoup d’espoirs : si l’on partage son automobile ou ses biens d’équipement, si l’on revend ou donne les objets dont on ne se sert plus, peut-on imaginer qu’à terme, on produise moins d’automobiles, de perceuses ou de petites robes ? Le projet PICO[1] piloté par l’Iddri invite à relativiser ces effets : « tous les projets de l’économie collaborative n’ont pas un impact positif du point de vue environnemental et social. La nature des biens échangés ou les déplacements induits sont par exemple clefs pour anticiper le bilan environnemental de ces pratiques. » En outre, « certains projets de l’économie collaborative apportent de nouvelles solutions au développement durable, mais sont confrontés à des enjeux de développement et à des difficultés pour travailler avec les pouvoirs publics. Ces difficultés tiennent au fonctionnement en silos des administrations ou à la concurrence entre les nouvelles pratiques et des pratiques plus anciennes[2] . »

    Il existe dans la théorie de l’innovation « disruptive » des principes qui parlent aisément à un public sensible aux valeurs écologiques : se focaliser sur les besoins de base, proposer des offres simples, utiliser des technologies matures plutôt qu’avancées… Mais les « disrupteurs » cherchent plutôt à conquérir un marché en fragilisant les acteurs établis, qu’à sauver la planète. Leur objectif prioritaire est, et restera, de valoriser leur entreprise. Même parmi les entreprises de l’économie collaborative, l’étude « Listening to Sharing Economy Initiatives » révèle que « si 94% des entreprises visent à produire un impact environnemental et social positif, 25% seulement d’entre elles le mesurent. »

    Pas de transition écologique sans intention

    Ainsi, les forces de la disruption numérique, capables de transformer en quelques années les secteurs les mieux établis, ne produisent guère de résultats sur le front écologique, même quand ses acteurs en expriment l’intention. Pourquoi ?

    La recherche sur le lien entre innovation radicale et transformation écologique nous aide à répondre. D’une part, toute proposition innovante émerge dans un « système d’innovation » (composé d’un réseau d’acteurs et d’institutions, d’une culture, de méthodes, d’indicateurs, de normes et de règles écrites ou non…) qui la sélectionnera ou non selon qu’elle respecte ou non ses critères : il existe toujours un degré d’innovation qui dépasse les limites, même larges, que le système considère comme admissibles. Ici, la limite est dans doute celle de la décroissance (au sens le plus large) : comment sélectionner une proposition qui répond peut-être parfaitement à un besoin, mais en produisant moins de valeur économique et en choisissant délibérément de maximiser son impact social et environnemental plutôt que son profit ? Seuls les dispositifs de soutien à l’entrepreneuriat social savent reconnaître de tels projets, mais ils ne leur permettent que très rarement de passer à la grande échelle.

    Il arrive cependant que des innovations radicales, profondément transformatrices, s’imposent malgré le conservatisme inhérent aux systèmes d’innovation. La théorie néo-schumpeterienne des « vagues d’innovation[3]  » décrit ainsi 5 cycles de « destruction créative » intervenus depuis la révolution industrielle, chacun sous l’influence d’un changement de « paradigme techno-économique » : la mécanisation et la fabrique ; la machine à vapeur et le chemin de fer ; l’électricité et l’ingénierie lourde ; le pétrole, l’automobile et la production de masse ; le numérique. Chacune de ces vagues submerge la précédente parce qu’elle est capable de produire une « poussée de développement » : son paradigme reste celui de la croissance économique et du monde infini.

    Or la transition écologique ne relève pas d’une « poussée de développement », parce que ses buts sont normatifs et extérieurs à l’économie. Par conséquent, même les systèmes d’innovation les plus ouverts aux transformations radicales auront du mal à soutenir des projets dont une transition écologique ambitieuse (de type « facteur 4 ») est réellement l’objectif. Par conséquent, expliquent les chercheurs Daniel Hausknost et Willi Haas dans le cadre du projet européen Neujobs, il faut faire en sorte qu’un nouveau système d’innovation intègre de manière délibérée des mécanismes de sélection appuyés sur des indicateurs extra-monétaires et qui « internalisent l’anticipation des pressions extérieures », le changement climatique et l’épuisement des ressources[4] .

    Mais comment réaliser cet exploit ?

    Encoder les intentions

    Tirant les conséquences de leur analyse, Hausknost et Haas suggèrent de focaliser l’innovation sur « les mécanismes sociaux de décision et de pilotage » (social steering), en particulier ceux qui permettraient de traiter des questions complexes et conflictuelles : arbitrer entre des objectifs de croissance et d’autres objectifs, entre intérêt général et liberté individuelle, « encadrer l’univers des choix » que les individus peuvent faire en matière de consommation (choice editing)…

    Le numérique a toujours été un creuset d’innovation dans les mécanismes de mobilisation, de discussion politique et de décision démocratique. Pour une part, cette innovation s’appuie sur l’appropriation voire le détournement, par leurs utilisateurs, des outils et plateformes de l’internet et du web : organiser des mobilisations par SMS ou via les réseaux sociaux, déplacer les lieux de la discussion politique vers d’autres forums, révéler ou dénoncer des pratiques sur Youtube… Mais les « Civic Tech » désignent également un nombre sans cesse croissant d’initiatives personnelles, associatives ou entrepreneuriales, qui « réinterrogent la démocratie par le levier de la technologie » : engagement citoyen, participation à l’élaboration des décisions et aux choix, coproduction locale, financement participatif, interpellation, contrôle de l’action publique… Certes, comme le dit le chercheur Loïc Blondiaux, « le seuil critique à partir duquel le système politique commencera à trembler sur ses bases n’est nullement atteint. » Mais Blondiaux lui-même admet qu’elles pourraient préfigurer un monde où « les possibilités de dialogue, de coopération, de mobilisation et de participation des citoyens au processus de décision, à toutes les échelles, seraient décuplées. » En aidant à instruire et prendre les décisions difficiles, l’innovation démocratique est l’un des chemins par lequel le numérique pourrait contribuer à la transition écologique.

     

    Au-delà de la disruption des startups, des intentions fécondes appuyées par le numérique sont également à l’œuvre ailleurs, dans l’univers complexe, conflictuel, protéiforme et infiniment créatif de l’open source et des makers, des collaborations horizontales et de proximité, des activistes citoyens et des « communs » : coproduction et partage de données, modèles alternatifs d’échange (partage, monnaies alternatives…), innovations écologiques open source, systèmes d’échanges locaux… Transitions² a plusieurs fois exploré le potentiel écologique des approches ouvertes et coopératives du numérique, que ce soit lors de la manifestation fOSSa (Nantes, septembre 2015), du Forum des Usages Coopératifs (Brest, juillet 2016), ou encore lorsque Without Model s’est intéressé aux « modèles d’affaires ouverts pour le développement durable ».

    Innovation radicale ou disruptive, innovation décisionnelle et démocratique, innovation ouverte et collaborative… Le défi « Innovation Facteur 4 » que Transitions² a lancé fin juin 2016 s’efforcera de relier tous ces fils autour d’un objectif commun : identifier la place et la forme de l'innovation radicale dans la recherche d'une transition écologique de grande échelle.
     

    Prochain billet : Transitions², maison commune
    Où l’on reconnaît les manques de Transitions², en tire des conclusions et vous invite à devenir acteur de son avenir.

     


    [1] « Pionniers du collaboratif », Iddri, ESCP-Europe, Universités Paris Sud et Paris Dauphine, Zero Waste France et Ouishare

    [2] Le décloisonnement des organisations publiques et la confrontation-collaboration des cultures font l’objet d’un des défis de Transitions2, « Agir Local ».




    Article importé: http://www.transitions2.net/catalogue/view/1291/transitions%C2%B2-un-an-apres-56-de-la-disruption-a-l%E2%80%99intention
    Par: Daniel Kaplan
    Publié: September 15, 2016, 10:16 am

  • Où l’on s’interroge sur ce qu’on entend par numérique, et ce que l’on peut en attendre (ou pas)

    Résumons…

    • La transition écologique vers laquelle nous devons aller est extraordinairement profonde.
    • Aucune prouesse technologique n’y suffira, si elle n’accompagne pas une transformation de notre modèle de développement, voire de vie.
    • Une transformation aussi profonde paraît peu vraisemblable sans le numérique, mais le numérique tel qu’il se propose aujourd’hui n’a pas de réponse convaincante… Faut-il changer de regard sur le numérique ?

    La question-clé de Transitions² devient donc : « Comment le numérique (et l’innovation, et la technologie en général) peu(ven)t-il(s) contribuer à la transition écologique au-delà de ses (leurs) apports en termes d’efficience et de dématérialisation ? »

    Pour y répondre, nous avons dû préciser un certain nombre d’idées et de concepts, qui forment sans doute l’acquis le plus solide de cette première année du programme : que désignons-nous par « numérique » ? Quels leviers d’action peut-il actionner au service de la transition écologique ? Quels modèles d’interaction, de coopération, de décision, économiques, d’innovation, invite-t-il à explorer ?

     

    … Au fait, le numérique, c’est quoi ?

    Dans chacun des travaux, chacune des interventions de Transitions², nous prenons désormais la précaution de décrire « le numérique » à partir de 4 composantes : technique (pour simplifier, l’informatique et les réseaux), cognitive (pour simplifier, la “data” comme support essentiel de la production d’informations, de connaissances et de décisions), sociale et culturelle (formes de communication, de socialisation, d’expression, de travail...) et économique (au sens large, réunissant toutes les formes de coopération et d’échange).

    image

     

    (source : Transitions2-Fing-Cigref, Ecology by Design, avril 2016)

     

    Cette énumération invite chacun à préciser quelles facettes du numérique il mobilise dans tel projet, telle analyse. Elle présente aussi l’avantage d’élargir le débat à de nouveaux objets. Elle s’intéresse par exemple au rôle de la donnée et des modèles dans la compréhension des questions environnementales, et à la perspective d’une production et d’un usage beaucoup plus larges de ces informations. Elle prête attention aux usages low tech et hyperlocaux, aux pratiques coopératives (comme, avec les précautions d’usage, à « l’économie collaborative »), aux formes fécondes de la cyberculture, aux modes d’innovation (ouverte, ascendante, open source, agile, de modèle d’affaires, « disruptive »…) qui jouent un rôle plus important dans le numérique qu’ailleurs, à la désintermédiation comme aux nouvelles plateformes, aux « communs » comme aux possibilités de l’empowerment des individus, aux outils de délibération et de décision collectives, etc.

     

    Sur quels leviers permet-il d’agir ?

    Dans le cadre du défi « Ecology by Design », qui explorait le rôle possible de la fonction informatique dans la transformation écologique de l’entreprise, nous avons proposé un « modèle », évidemment simplificateur, des leviers de transformation écologique d’un système productif.

     

    Les leviers de transformation écologique d’un système productif

    T2_Schema leviers

    (source : Transitions2-Fing poster, novembre 2015)

     

    Chaque « levier » mobilise différentes facettes du numérique. La réduction des intrants, qui focalise encore aujourd’hui la majorité des efforts, s’appuie plus particulièrement sur les dimensions technique et « data » ; la réduction des déchets fait des emprunts partout, selon que l’on l’aborde sous l’angle de l’écologie industrielle (qui a besoin de processus très structurés et documentés), des incitations à trier, ou encore de la « désobsolescence programmée » que prônent les communautés de makers. Parent pauvre, de ces efforts, la réduction de la demande repose plutôt sur les dimensions économique et socio-culturelle, par exemple au travers de « l’économie collaborative ». Mais les frontières ne sont heureusement pas étanches.

    L’application d’un tel modèle nous a également appris deux ou trois choses.

    Tout d’abord, les entreprises sont largement dépourvues d’outils conceptuels, méthodologiques, techniques et même comptables, pour appréhender leur transformation écologique. Aussi sincères soient-elles dans leur démarche de Responsabilité sociale et environnementale (RSE), elles ne disposent généralement pas des moyens d’en intégrer les orientations dans leurs opérations de tous les jours, ni d’en suivre les effets aussi finement que ce leur permet, sur la dimension économique, leur comptabilité financière.

    Pour ces raisons, les cas de mobilisation du numérique au service d’objectifs écologiques restent en général isolés et confinés dans des « silos » : on optimise tel circuit de réutilisation, tel dispositif de gestion de l’énergie, la gestion du cycle de vie de telle ressource… Cependant, sur les axes « Réduire les intrants » et « Réduire les déchets », on constate une progression depuis une approche « problème par problème » vers une approche plus systémique : le smart (appliqué, par exemple, à un système énergétique ou une ville) ou les différentes formes d’économie circulaire, nécessitent bel et bien de casser les silos. Enfin, les « effets rebond » symbolisent l’interdépendance des leviers : en optimisant la productivité des intrants sans agir sur la demande, on peut, par exemple, juste libérer suffisamment de ressources financières (profits de l’entreprise, pouvoir d’achat) pour susciter de nouvelles offres et demandes, annulant tout le bénéfice écologique de l’opération.
     

    Prochain billet : De la disruption à l’intention
    Où l’on démontre que l’innovation et la disruption ne joueront un rôle significatif dans la transformation écologique que si celle-ci est au cœur de leurs intentions comme de leur fonctionnement.

     




    Article importé: http://www.transitions2.net/catalogue/view/1288/transitions%C2%B2-un-an-apres-46-de-quel-numerique-parlons-nous
    Par: Daniel Kaplan
    Publié: September 14, 2016, 2:01 pm

  • Où l’on voit que l’apport du numérique à l’écologie ne peut pas se limiter à la dimension technique.

    Résumons…

    • Les acteurs du numérique et de l’écologie se connaissent et se comprennent mal.
    • L’apport actuel du numérique à la transition écologique est aujourd’hui faible, voire nul.
    • Le numérique a partie liée au modèle de développement à l’origine de nos crises écologiques… Comment peut-on alors imaginer que, demain, il fasse aussi partie de la solution ?

    Explorant les trois formes d’« effets rebonds » liés au numérique, le chercheur Cédric Gossart conclut que « les stratégies en matière d'efficience énergétique ne peuvent pas reposer entièrement sur des changements techniques » : d’une part, il faut se préoccuper de « l’allocation des gains de productivité » et d’autre part, la recherche de l'efficience énergétique n'a de sens que complétée par une « stratégie de réduction nette des besoins en énergie. »

    C’est d’autant plus vrai que l’ampleur de la transition nécessaire pour limiter le réchauffement climatique aux alentours de 2°C n’est pas à la portée d’améliorations techniques, quelle qu’en soit l’importance.

    Le « doughnut » de Kate Raworth exprime de manière simple les deux « frontières » supérieure (environnementale) et inférieure (sociale) entre lesquelles nous devons chercher l’espace « sûr et juste » du développement de l’Humanité. Dans les décennies à venir, nous devons à la fois diviser par 4 à 5 nos émissions de gaz à effet de serre, réduire nos autres impacts sur l’environnement, et permettre à une bonne moitié des terriens d’accéder aux conditions d’une vie décente – l’eau, l’alimentation, la santé, l’éducation...

     

    C’est un objectif extraordinairement ambitieux et difficile. À titre indicatif, l’efficience énergétique de notre production a augmenté de 35 % en 40 ans : si rien d’autre ne changeait, il faudrait cette fois qu’elle augmente de 300 % en 35 ans ! Aucune prouesse technologique ne permettra de relever un tel défi. Pour le faire, nous avons besoin également de nouvelles manières de décider, d’agir, de produire, de consommer, d’échanger, de vivre... L’usage de plus en plus courant du mot « transition » n’a rien d’anodin : il décrit en effet « le passage d’un état de départ du système (ou « régime »), devenu instable, à un état d’arrivée stable ou en tout cas, adapté aux conditions du moment[1]. » Une transition est bien un changement global qui touche à la fois les modèles économiques, politiques et sociaux[2]. La technologie y joue un rôle majeur, mais comme déclencheur et support de transformations structurelles.

     

    Et donc, le numérique ?

    Pourtant, il paraît difficile d’envisager la transition écologique d’une planète bientôt peuplée de 9 milliards d’habitants, sans le numérique.

    Malgré toutes ses limites, le numérique est la grande force transformatrice de notre époque. Il appuie cette puissance, non pas seulement sur des facteurs rationnels, mais sur la participation quotidienne, massive, généralement volontaire et même joyeuse, de chacun d’entre nous. L’ampleur de la transition à venir exige la participation de tous : peut-on se passer du vecteur le plus clairement susceptible de la susciter et de l’organiser ?

    Enfin, le numérique conditionne la transition écologique pour une autre raison, sans doute encore plus fondamentale : plus que jamais dans l’histoire, le changement climatique rend tous les habitants de la planète solidaires, des problèmes au minimum, mais aussi des solutions. Dans ces conditions, les technologies qui nous relient, et les pratiques qu’elles appuient, joueront nécessairement un rôle central.

    Mais bien évidemment, il y a manière et manière de relier.

     

    Prochain billet : De quel numérique parlons-nous ?
    Où l’on s’interroge sur ce qu’on entend par numérique, et ce que l’on peut en attendre (ou pas).

     

     


    [1] Source : Fing, Questions Numériques, édition 2015 “Transitions”.

    [2] La définition originelle du “développement durable” (1987), intègre de manière indissociable trois piliers, l’économique, le social et l’environnemental : nous n’atteindrons pas des objectifs environnementaux aussi ambitieux que le « facteur 4 » si la société se fracture, ni si l’économie s’effondre.




    Article importé: http://www.transitions2.net/catalogue/view/1287/transitions%C2%B2-un-an-apres-36-une-transition-systemique-plutot-que-technologique
    Par: Daniel Kaplan
    Publié: September 14, 2016, 10:26 am

  • Aidez-nous à identifier des innovations radicales au service de la transition écologique

    Vous avez rencontré l’ “innovation Facteur 4” ? Faites-le savoir !

    Dans le cadre du programme Transitions², la Fing, l'Iddri et Ouishare, avec le soutien de l'Ademe et de Bpifrance, partent à la recherche de "l'Innovation Facteur 4" :une innovation radicale dont la "proposition de valeur" intègre un impact écologique profond ("facteur 4", "zéro émissions/déchets etc.", "énergie positive"etc.), large (passage à l'échelle) et de long terme (robuste aux "effets rebond").

    Vous portez un projet qui correspond de près ou de loin à cette définition ? Ou vous en connaissez ? Signalez-les nous ! Nous lançons jusqu’au 30 octobre 2016 un Appel à initiatives pour repérer des innovations emblématiques, que nous irons rencontrer, interviewer, disséquer…

    Ainsi, nous progresserons ensemble vers une stratégie d’Innovation Facteur 4 en France et ailleurs !

    >>> SIGNALEZ UN PROJET VIA CE FORMULAIRE (5 min. chrono.) : https://form.jotformeu.com/62294298489373

     

    Quels projets cherchons-nous ?


    Cet appel à initiatives s'adresse aux entrepreneurs et aux innovateurs sociaux, ainsi qu'à leurs réseaux et à ceux qui les soutiennent.

    Avec vous, nous souhaitons identifier, étudier et mettre en lumière 20 projets remarquables, issus du monde entier, qui illustrent le potentiel, les caractéristiques et les besoins de l'Innovation Facteur 4.

    Il peut s’agir de projets en cours ou réalisés, réussis ou échoués, dès lors qu’ils sont documentés et que leurs initiateurs peuvent être contactés.

    Nous proposons de focaliser l'effort d'investigation sur quatre grands domaines :    
    •    la mobilité
    •    l'économie territoriale (ex. agriculture urbaine, réseaux d'échanges locaux, "internet de l'énergie", économie circulaire...)
    •    les modes de vie (partage, innovations low tech, frugales…)
    •    les innovations "politiques" (comment rendre possible des arbitrages décisifs, des grandes décisions collectives avec un impact écologique majeur - et les appliquer !)

    Nous accueillerons cependant avec plaisir tous les projets innovants qui pensent correspondre à la définition de l'Innovation Facteur 4, même s'ils relèvent d'autres domaines d'application !

     

    Comment définissons-nous l'Innovation facteur 4 ?

     

     L'innovation Facteur 4...  

    ... "Est d'abord une innovation : elle répond à un besoin ou résout un problème ; elle apporte quelque chose de neuf à ses destinataires ; elle différencie ceux qui la portent de leur concurrence ;
    ... "Est - dans son ambition au moins - une innovation de rupture : il y a un avant et un après ; elle a le potentiel d'entraîner d'autres innovations ;
    ... "Ne s’appuie pas nécessairement sur des technologies avancées (inclut le low tech) ; peut être une innovation de produit ou de service, d'organisation, de processus, etc.
    ... "Place au coeur de sa proposition des objectifs environnementaux explicites et crédibles, très ambitieux (de type "facteur 4") dans leur profondeur comme dans leur étendue - et se donne les moyens de vérifier qu'elle les atteint ;
    … "s’intéresse à ses impacts sur d’autres secteurs et domaines, ainsi qu’aux éventuels "effets rebond" susceptibles de limiter les bénéfices écologiques nets qu’ils entraînent.

     

    Pourquoi répondre à cet appel à initiatives ?


    Nous sommes convaincus :

    • qu'il existe une place pour l'innovation dans la transition écologique - mais qu'il s'agit sans doute d'une catégorie particulière d'innovation ;
    • que cette innovation est aujourd'hui difficile à repérer, à distinguer, à évaluer et à soutenir - et que nous devons inventer ensemble les outils pour le faire.

    Ainsi, l’analyse que nous ferons des projets que vous nous aurez fléchés nous permettra de cerner plus concrètement cette “Innovation Facteur 4”.

    De là, nous travaillerons à donner des clefs de repérage et d’analyse aux acteurs dont le métier est d’aider l’innovation, pour ainsi mieux soutenir ce type de projets à l’avenir. Ce travail donnera lieu à publication en libre qui sera librement accessible (licence CC-By) et dans laquelle figureront, entre autre, les monographies de ces projets.

     

    Concrètement, comment répondre à cet appel à initiatives ?


    Vous vous retrouvez dans cette démarche et souhaitez y contribuer ?

    Complétez le formulaire (également ci-dessous), avant le 30 octobre 2016.
    (5 min. chrono., pas besoin d’être exhaustif !)

    > Contacts : Renaud Francou (rfancou [at] fing.org), Fing

     

    Le projet "Innovation Facteur 4" a le soutien de

    Logo Ademe Logo Bpifrance

     

     




    Article importé: http://www.transitions2.net/catalogue/view/1258/appel-a-initiatives-contribuez-a-la-recherche-de-linnovation-facteur-4
    Par: Daniel Kaplan
    Publié: September 13, 2016, 4:51 pm

  • Aidez-nous à identifier des innovations radicales au service de la transition écologique

    Vous avez rencontré l’ “innovation Facteur 4” ? Faites-le savoir !

    Dans le cadre du programme Transitions², la Fing, l'Iddri et Ouishare, avec le soutien de l'Ademe et de Bpifrance, partent à la recherche de "l'Innovation Facteur 4" :une innovation radicale dont la "proposition de valeur" intègre un impact écologique profond ("facteur 4", "zéro émissions/déchets etc.", "énergie positive"etc.), large (passage à l'échelle) et de long terme (robuste aux "effets rebond").

    Vous portez un projet qui correspond de près ou de loin à cette définition ? Ou vous en connaissez ? Signalez-les nous ! Nous lançons jusqu’au 30 octobre 2016 un Appel à initiatives pour repérer des innovations emblématiques, que nous irons rencontrer, interviewer, disséquer…

    Ainsi, nous progresserons ensemble vers une stratégie d’Innovation Facteur 4 en France et ailleurs !

    >>> SIGNALEZ UN PROJET VIA CE FORMULAIRE (5 min. chrono.) : https://form.jotformeu.com/62294298489373

     

    Quels projets cherchons-nous ?


    Cet appel à initiatives s'adresse aux entrepreneurs et aux innovateurs sociaux, ainsi qu'à leurs réseaux et à ceux qui les soutiennent.

    Avec vous, nous souhaitons identifier, étudier et mettre en lumière 20 projets remarquables, issus du monde entier, qui illustrent le potentiel, les caractéristiques et les besoins de l'Innovation Facteur 4.

    Il peut s’agir de projets en cours ou réalisés, réussis ou échoués, dès lors qu’ils sont documentés et que leurs initiateurs peuvent être contactés.

    Nous proposons de focaliser l'effort d'investigation sur quatre grands domaines :    
    •    la mobilité
    •    l'économie territoriale (ex. agriculture urbaine, réseaux d'échanges locaux, "internet de l'énergie", économie circulaire...)
    •    les modes de vie (partage, innovations low tech, frugales…)
    •    les innovations "politiques" (comment rendre possible des arbitrages décisifs, des grandes décisions collectives avec un impact écologique majeur - et les appliquer !)

    Nous accueillerons cependant avec plaisir tous les projets innovants qui pensent correspondre à la définition de l'Innovation Facteur 4, même s'ils relèvent d'autres domaines d'application !

     

    Comment définissons-nous l'Innovation facteur 4 ?

     

     L'innovation Facteur 4...  

    ... "Est d'abord une innovation : elle répond à un besoin ou résout un problème ; elle apporte quelque chose de neuf à ses destinataires ; elle différencie ceux qui la portent de leur concurrence ;
    ... "Est - dans son ambition au moins - une innovation de rupture : il y a un avant et un après ; elle a le potentiel d'entraîner d'autres innovations ;
    ... "Ne s’appuie pas nécessairement sur des technologies avancées (inclut le low tech) ; peut être une innovation de produit ou de service, d'organisation, de processus, etc.
    ... "Place au coeur de sa proposition des objectifs environnementaux explicites et crédibles, très ambitieux (de type "facteur 4") dans leur profondeur comme dans leur étendue - et se donne les moyens de vérifier qu'elle les atteint ;
    … "s’intéresse à ses impacts sur d’autres secteurs et domaines, ainsi qu’aux éventuels "effets rebond" susceptibles de limiter les bénéfices écologiques nets qu’ils entraînent.

     

    Pourquoi répondre à cet appel à initiatives ?


    Nous sommes convaincus :

    • qu'il existe une place pour l'innovation dans la transition écologique - mais qu'il s'agit sans doute d'une catégorie particulière d'innovation ;
    • que cette innovation est aujourd'hui difficile à repérer, à distinguer, à évaluer et à soutenir - et que nous devons inventer ensemble les outils pour le faire.

    Ainsi, l’analyse que nous ferons des projets que vous nous aurez fléchés nous permettra de cerner plus concrètement cette “Innovation Facteur 4”.

    De là, nous travaillerons à donner des clefs de repérage et d’analyse aux acteurs dont le métier est d’aider l’innovation, pour ainsi mieux soutenir ce type de projets à l’avenir. Ce travail donnera lieu à publication en libre qui sera librement accessible (licence CC-By) et dans laquelle figureront, entre autre, les monographies de ces projets.

     

    Concrètement, comment répondre à cet appel à initiatives ?


    Vous vous retrouvez dans cette démarche et souhaitez y contribuer ?

    Complétez le formulaire (également ci-dessous), avant le 30 octobre 2016.
    (5 min. chrono., pas besoin d’être exhaustif !)

    > Contacts : Renaud Francou (rfancou [at] fing.org), Fing

     

    Le projet "Innovation Facteur 4" a le soutien de

    Logo Ademe Logo Bpifrance

     

     




    Article importé: http://www.transitions2.net/catalogue/view/1258/appel-a-initiatives-contribuez-a-la-recherche-de-linnovation-facteur-4
    Par: Daniel Kaplan
    Publié: September 13, 2016, 4:51 pm

  • Où l’on cherche à comprendre pourquoi il n’est pas si facile de faire converger numérique et écologique.

    Résumons…

    • L’appel lancé par le programme Transitions² a été entendu.
    • En un an, nous n’avons pas chômé.
    • Nous n’avons cependant pas résolu le problème du changement climatique (quelqu’un l’aurait remarqué)… Le rapprochement entre numérique et écologique serait-il plus difficile qu’on ne le pense ?

     

    Lors de la conférence « Développement durable 2.0 » de l’Iddri (23 juin 2016), la Commissaire générale au développement durable Laurence Monnoyer-Smith racontait combien le caractère transversal des enjeux environnementaux les rendait difficiles à partager avec d’autres départements ministériels, pourtant tout aussi concernés que le ministère de l’Ecologie. Cette chercheuse reconnue sur le sujet de la démocratie électronique aurait pu dire la même chose du numérique. Deux sujets profondément transversaux et transformateurs, d’une certaine technicité (mais pas forcément supérieure à celle d’autres domaines de l’action publique ou de l’entreprise), qui luttent depuis 20 ans pour ne pas rester enfermés dans des organigrammes et des politiques spécialisées. Cela pourrait créer des liens, cela crée au contraire une difficulté à se parler, voire une forme de concurrence : qui sont ces gens qui pensent que seule leur transition importe ?

     

    Aux sources de la scission entre numérique et écologie

    Cette tension entre numérique et écologie a aussi une histoire et des fondements qu’il faut prendre au sérieux.

    Dans Aux sources de l'utopie numérique (C&F Editions, 2012), Fred Turner raconte comment, au tournant des années 1970, la démarche écologiste se sépare entre un courant politique et un autre centré sur la transformation de soi, lequel rencontrera vite la pensée cybernétique. Les lignes de partage sont bien sûr devenues plus complexes en 50 ans, mais elles subsistent. Parce qu’il se perçoit à la fois comme immatériel et efficient, le numérique se décrit volontiers comme « naturellement » écologique. Tandis que l’écologie politique, qui déconstruit depuis son origine la mystique de la technique, du progrès et de la croissance, en voit plus volontiers les effets négatifs ou pervers.

    Nous nous sommes ainsi vite rendus compte que toute conversation sur la « convergence des transitions » devait, au préalable, aborder la question de l’empreinte écologique du numérique lui-même. Nous pensions que la qualité des travaux sur le sujet (en particulier autour du GDS EcoInfo) suffirait à donner la direction. Mais le « Benchmark Green IT » réalisé par le Club Green IT et le Cigref dans le cadre du programme Transitions² nous a démontré que, même sur ce sujet-là, il n’existe que des réponses complexes qui empruntent à la fois à la technologie, à l’économie, au management… Et qu’à chaque progrès pouvait succéder un recul : de l’aveu même des directeurs informatiques les plus engagés, les vagues actuelles du Big Data et de « l’Internet des objets » (sans même parler de la blockchain) sont à l’opposé de toute idée de frugalité informationnelle et technologique.

    Infographie "Empreinte environnementale des salariés"

    Si, cependant, l’usage du numérique permettait de réduire de manière significative l’impact écologique des autres domaines de l’activité humaine, le jeu en vaudrait quand même la chandelle. Un grand nombre d’organisations[1], de rapports, d’entrepreneurs, s’efforcent de démontrer et de mesurer l’apport du numérique dans le « découplage » entre croissance et consommation de matières premières, production de déchets, émissions de CO2. Cette combinaison entre le « Green IT » (la minimisation de l’empreinte écologique du numérique) et « IT for Green » résume à peu près l’état de l’art sur le lien entre numérique et écologie.

     

    Le numérique fait partie du problème, fait-il partie des solutions ?

    Or il nous est vite apparu nécessaire de chercher plus loin, pour deux raisons.

    En premier lieu, la multitude des innovations et des initiatives IT for Green ne semble pas beaucoup ralentir la croissance des émissions de CO2. Historiquement, la période de forte accélération des émissions de CO2 (depuis 1990) correspond assez précisément à celle de la numérisation générale de nos sociétés et de nos pratiques. Corrélation n’est pas causalité, mais cela suffit sans doute à démontrer que le numérique ne constitue pas la solution magique aux problèmes climatiques !

     

    Evolution annuelle des émissions mondiales de CO2
    associées aux combustibles fossiles et à l’industrie

    Evolution des émissions de CO2 liées aux combustibles fossiles et à l'industrie

    (source : Global Carbon Project ; le ralentissement de 2014 - 2015 étant juste une estimation - signale-t-il un retournement de tendance, ou reflète-t-il juste le ralentissement de l’économie chinoise ?)

     

    Cette corrélation a une cause profonde : le numérique, tel qu’il se développe, est le produit (et, pour certains, l’emblème) du système de développement à l’origine de la crise climatique et écologique. A l’intérieur de ce système, les gains que le numérique a permis de réaliser ont été intégralement réinvestis dans la croissance : par exemple, la dématérialisation supprime toute incitation à limiter la consommation d’une ressource, tandis que l’amélioration de la productivité des ressources a permis – pour à peu près le même prix – d’enrichir les produits, d’en diversifier les gammes et d’en accélérer le renouvellement. Ce que l’on nomme « effet rebond » prend racine au cœur de nos mécanismes économiques.

     

    Questionner le rôle de l’innovation dans la transition écologique

    La question des effets rebond ne concerne naturellement pas que le numérique, mais au fond toute l’innovation « verte ». On en retrouve l’écho dans le programme « Green Tech » lancé en février 2016 par les ministres de l’Ecologie et de l’Economie, sans doute en partie inspiré par Transitions² [2], qui a ultérieurement ressenti le besoin d’ajouter d’ajouter « Verte » à son nom : pour franciser le nom du programme, sûrement, mais peut-être aussi pour laisser entendre que certaines green techs n’étaient pas si vertes que ça, qu’il faut chercher au-delà des solutions tech ?

    De fait, tout en restant focalisé sur le lien entre transition numérique et écologique, Transitions² a progressivement intégré plusieurs réflexions et actions portant sur l’innovation : « Respire ta Ville » avec le Réseau des villes santé de l’OMS, « Définnnovation Mobilités Actives » avec le Club des villes et territoires cyclables, et tout récemment le lancement du défi « Innovation facteur 4 », sur lequel nous reviendrons.

    Logo green Tech Verte

     

     

     

    Prochain billet : Une transition systémique plutôt que technologique

    Où l’on voit que l’apport du numérique à l’écologie ne peut pas se limiter à la dimension technique.

     

     


    [1] Citons par exemple la Global eSustainability Initiative et le World Business Council for Sustainable Development, mais aussi la Fondation Ellen MacArthur qui se focalise sur l’économie circulaire.

    [2] Le programme se fixe en effet pour mission d’organiser « la rencontre de la révolution numérique et de la révolution de la transition énergétique. »




    Article importé: http://www.transitions2.net/catalogue/view/1251/transitions%C2%B2-un-an-apres-26%C2%A0-numerique-et-ecologie-sont-dans-un-bateau%E2%80%A6
    Par: Daniel Kaplan
    Publié: September 13, 2016, 3:03 pm

  • Où l’on cherche à comprendre pourquoi il n’est pas si facile de faire converger numérique et écologique.

    Résumons…

    • L’appel lancé par le programme Transitions² a été entendu.
    • En un an, nous n’avons pas chômé.
    • Nous n’avons cependant pas résolu le problème du changement climatique (quelqu’un l’aurait remarqué)… Le rapprochement entre numérique et écologique serait-il plus difficile qu’on ne le pense ?

     

    Lors de la conférence « Développement durable 2.0 » de l’Iddri (23 juin 2016), la Commissaire générale au développement durable Laurence Monnoyer-Smith racontait combien le caractère transversal des enjeux environnementaux les rendait difficiles à partager avec d’autres départements ministériels, pourtant tout aussi concernés que le ministère de l’Ecologie. Cette chercheuse reconnue sur le sujet de la démocratie électronique aurait pu dire la même chose du numérique. Deux sujets profondément transversaux et transformateurs, d’une certaine technicité (mais pas forcément supérieure à celle d’autres domaines de l’action publique ou de l’entreprise), qui luttent depuis 20 ans pour ne pas rester enfermés dans des organigrammes et des politiques spécialisées. Cela pourrait créer des liens, cela crée au contraire une difficulté à se parler, voire une forme de concurrence : qui sont ces gens qui pensent que seule leur transition importe ?

     

    Aux sources de la scission entre numérique et écologie

    Cette tension entre numérique et écologie a aussi une histoire et des fondements qu’il faut prendre au sérieux.

    Dans Aux sources de l'utopie numérique (C&F Editions, 2012), Fred Turner raconte comment, au tournant des années 1970, la démarche écologiste se sépare entre un courant politique et un autre centré sur la transformation de soi, lequel rencontrera vite la pensée cybernétique. Les lignes de partage sont bien sûr devenues plus complexes en 50 ans, mais elles subsistent. Parce qu’il se perçoit à la fois comme immatériel et efficient, le numérique se décrit volontiers comme « naturellement » écologique. Tandis que l’écologie politique, qui déconstruit depuis son origine la mystique de la technique, du progrès et de la croissance, en voit plus volontiers les effets négatifs ou pervers.

    Nous nous sommes ainsi vite rendus compte que toute conversation sur la « convergence des transitions » devait, au préalable, aborder la question de l’empreinte écologique du numérique lui-même. Nous pensions que la qualité des travaux sur le sujet (en particulier autour du GDS EcoInfo) suffirait à donner la direction. Mais le « Benchmark Green IT » réalisé par le Club Green IT et le Cigref dans le cadre du programme Transitions² nous a démontré que, même sur ce sujet-là, il n’existe que des réponses complexes qui empruntent à la fois à la technologie, à l’économie, au management… Et qu’à chaque progrès pouvait succéder un recul : de l’aveu même des directeurs informatiques les plus engagés, les vagues actuelles du Big Data et de « l’Internet des objets » (sans même parler de la blockchain) sont à l’opposé de toute idée de frugalité informationnelle et technologique.

    Infographie "Empreinte environnementale des salariés"

    Si, cependant, l’usage du numérique permettait de réduire de manière significative l’impact écologique des autres domaines de l’activité humaine, le jeu en vaudrait quand même la chandelle. Un grand nombre d’organisations[1], de rapports, d’entrepreneurs, s’efforcent de démontrer et de mesurer l’apport du numérique dans le « découplage » entre croissance et consommation de matières premières, production de déchets, émissions de CO2. Cette combinaison entre le « Green IT » (la minimisation de l’empreinte écologique du numérique) et « IT for Green » résume à peu près l’état de l’art sur le lien entre numérique et écologie.

     

    Le numérique fait partie du problème, fait-il partie des solutions ?

    Or il nous est vite apparu nécessaire de chercher plus loin, pour deux raisons.

    En premier lieu, la multitude des innovations et des initiatives IT for Green ne semble pas beaucoup ralentir la croissance des émissions de CO2. Historiquement, la période de forte accélération des émissions de CO2 (depuis 1990) correspond assez précisément à celle de la numérisation générale de nos sociétés et de nos pratiques. Corrélation n’est pas causalité, mais cela suffit sans doute à démontrer que le numérique ne constitue pas la solution magique aux problèmes climatiques !

     

    Evolution annuelle des émissions mondiales de CO2
    associées aux combustibles fossiles et à l’industrie

    Evolution des émissions de CO2 liées aux combustibles fossiles et à l'industrie

    (source : Global Carbon Project ; le ralentissement de 2014 - 2015 étant juste une estimation - signale-t-il un retournement de tendance, ou reflète-t-il juste le ralentissement de l’économie chinoise ?)

     

    Cette corrélation a une cause profonde : le numérique, tel qu’il se développe, est le produit (et, pour certains, l’emblème) du système de développement à l’origine de la crise climatique et écologique. A l’intérieur de ce système, les gains que le numérique a permis de réaliser ont été intégralement réinvestis dans la croissance : par exemple, la dématérialisation supprime toute incitation à limiter la consommation d’une ressource, tandis que l’amélioration de la productivité des ressources a permis – pour à peu près le même prix – d’enrichir les produits, d’en diversifier les gammes et d’en accélérer le renouvellement. Ce que l’on nomme « effet rebond » prend racine au cœur de nos mécanismes économiques.

     

    Questionner le rôle de l’innovation dans la transition écologique

    La question des effets rebond ne concerne naturellement pas que le numérique, mais au fond toute l’innovation « verte ». On en retrouve l’écho dans le programme « Green Tech » lancé en février 2016 par les ministres de l’Ecologie et de l’Economie, sans doute en partie inspiré par Transitions² [2], qui a ultérieurement ressenti le besoin d’ajouter d’ajouter « Verte » à son nom : pour franciser le nom du programme, sûrement, mais peut-être aussi pour laisser entendre que certaines green techs n’étaient pas si vertes que ça, qu’il faut chercher au-delà des solutions tech ?

    De fait, tout en restant focalisé sur le lien entre transition numérique et écologique, Transitions² a progressivement intégré plusieurs réflexions et actions portant sur l’innovation : « Respire ta Ville » avec le Réseau des villes santé de l’OMS, « Définnnovation Mobilités Actives » avec le Club des villes et territoires cyclables, et tout récemment le lancement du défi « Innovation facteur 4 », sur lequel nous reviendrons.

    Logo green Tech Verte

     

     

     

    Prochain billet : Une transition systémique plutôt que technologique

    Où l’on voit que l’apport du numérique à l’écologie ne peut pas se limiter à la dimension technique.

     

     


    [1] Citons par exemple la Global eSustainability Initiative et le World Business Council for Sustainable Development, mais aussi la Fondation Ellen MacArthur qui se focalise sur l’économie circulaire.

    [2] Le programme se fixe en effet pour mission d’organiser « la rencontre de la révolution numérique et de la révolution de la transition énergétique. »




    Article importé: http://www.transitions2.net/catalogue/view/1251/transitions%C2%B2-un-an-apres-26%C2%A0-numerique-et-ecologie-sont-dans-un-bateau%E2%80%A6
    Par: Daniel Kaplan
    Publié: September 13, 2016, 3:03 pm

Conception & réalisation : Facyla ~ Items International

Plateforme construite avec le framework opensource Elgg 1.8