FuturEduc

FuturEduc

Imaginer l’Ecole pour tous à l’ère numérique


Février 2016

  • Scénarios extrêmes FuturEduc

    Une école par projets Scénario Extrême pour l'école en 2035, groupe FuturEduc Suisse

    La réalité virtuelle est parfois décriée à cause du risque de déconnexion qu’elle représente chez les accrocs du jeu. Et si on utilisait cela pour faire l’inverse : introduire plus de réalité dans l’école, souvent décriée comme lointaine des besoins professionnels et des compétences nécessaires dans la « vraie vie ».
     

    Constat
    L’enseignement est marqué par des structures disciplinaires. Chaque branche a son « programme », qui traite de questions abstraites pour elles-mêmes. Dans la réalité, les choses ne se présentent jamais de cette manière. Toute question fait forcément appel à un réseau complexe de compétences et de questions qui dépassent ces barrières disciplinaires.

    Les tensions 

    On peut ainsi mettre en évidence des tensions liées à un tel projet :

    • Maîtriser les apprentissages de connaissances et de compétences nécessite une structure claire ; mais le découpage disciplinaire traditionnel réalise cet objectif en créant des espaces très artificiels : les branches scolaires. Il faudrait pouvoir dépasser cela tout en gardant une bonne maîtrise des cursus d’apprentissage et de leur cohérence ;
    • L’école peine à offrir un cadre proche du réel pour réaliser ses apprentissages. D’une part, des stages sont difficiles à organiser dans un contexte réel où la pression de la performance ne laisse pas assez de place au tâtonnement de l’apprentissage. D’autre part, la réalité scolaire rend difficile l’évaluation d’une démarche complexe et globale des apprenants.

    Le scénario 
    Le suivi scolaire peut être fortement amélioré par les outils informatiques. Ils permettent d’enregistrer des démarches et des résolutions de problèmes complexes en sériant les difficultés rencontrées par les apprenants et en proposant des ressources adaptées aux problèmes rencontrés. Le scénario imagine de tels algorithmes qui accompagnent les élèves et les enseignants dans des démarches aussi complexes qu’ouvertes. Les élèves conservent dans ce scénario un certain nombre de séquences classiques d’apprentissage. Cela vaut particulièrement pour l’apprentissage de connaissances importantes. Mais l’école mêle ce type d’activités à des cours blocs où il s’agit de gérer des problèmes complexes sous la forme de jeux de rôles et de projets – blocs durant une semaine. La réalité virtuelle vient donner corps aux activités proposées. L’environnement virtuel généré rejoint en fait une représentation de la réalité professionnelle de manière à immerger l’élève dans une problématique la plus vraisemblable possible.

    Que se passe-t-il dans les espaces physiques ? 
    La classe et la salle de classe éclatent, de même que le cours. La réalité virtuelle prend le pas sur la réalité physique, du moins durant ces séquences visant à s’immerger dans des situations complexes pour réaliser un projet.

    Que se passe-t-il dans le curriculum ? 
    [Le curriculum mêle des apprentissages traditionnels et des activités blocs. Gérer la réalité des compétences développées et des connaissances acquises dans ce type de cursus est très complexe. Il faut faire appel à des algorithmes informatiques pour piloter le processus d’apprentissage et permettre aux enseignants de soutenir les élèves.

    Que se passe-t-il chez les professeurs ? 
    [Le rôle du professeur est très différent d’une certaine représentation traditionnelle actuelle. En effet, les problèmes étant globalisés, le professeur ne peut plus rester à un rôle d’expert d’une discipline ou d’une branche. Il doit avoir un regard plus large et agit en fait plus comme un coach, accompagnant les parcours individuels des élèves et leur donnant des conseils.

Conception & réalisation : Facyla ~ Items International

Plateforme construite avec le framework opensource Elgg 1.8