Derniers commentaires

Tous les blogs du site

  • Capture d___e__cran 2017-10-19 a__ 16.54.45

    Nous vous invitons le mardi 7 novembre à 18h au Tuba (Lyon) pour une conférence autour du Self Data et du pilote MesInfos.

    Depuis deux ans, la Fing porte un projet pionnier : le pilote MesInfos, qui implique de grandes organisations partenaires partageant avec leurs clients/usagers les données dont elles disposent sur eux. Le pilote MesInfos incarne la dynamique Self Data en France et permet à des milliers de testeurs de reprendre le contrôle sur leurs données personnelles.

    À l’heure où les données personnelles prennent une importance croissante dans l’activité des organisations, les individus, eux, réclament plus de clarté et de transparence. Au-delà des démarches de protection, qui demeurent indispensables, une autre voie se dessine, celle que nous appelons le Self Data : devenir l’acteur de ses données personnelles.

    Inscription

    —————————————————————————————————

    Quoi ? Conférence « Les enjeux du Self Data, tout savoir sur le pilote MesInfos »

    Où ? TUBÀ -1 Place Charles Béraudier, 69003 Lyon

    Quand ? Le mardi 7 novembre à 18h




    Article importé: http://mesinfos.fing.org/711-a-18h-conference-self-data-tubalyon/
    Par: Manon Molins
    Publié: October 23, 2017, 2:49 pm

  • La Fing co-organisait pour la seconde année consécutive la conférence MyData2017, qui se tenait du 30 août au 1er septembre dernier, à cheval sur deux villes : Tallinn et Helsinki.

    Après une premier article d’introduction, centré sur le réseau MyData – son organisation, ses principes et ses malentendus – nous vous proposons de revenir sur quelques-uns des enseignements ou faits marquants de cet événement.

    MyData : vers des individus “point d’intégration de leurs données personnelles”

    En baptisant “MyData” le mouvement qu’ils étaient en train de créer il y a quelques années, puis l’événement dédié, les chercheurs finlandais de l’université d’Aalto (Helsinki) ont pris le parti d’une sémantique quelque peu centrée sur l’individu. Ils n’étaient pas les premiers, le gouvernement britannique ayant lancé en 2011 MiData, alors que la Fing lançait quelques mois plus tard le projet MesInfos. Les enjeux étaient de taille : comment redonner à l’individu la maîtrise de ses données personnelles, comment rééquilibrer la relation entre les organisations sur-outillées pour collecter et traiter des informations et des individus totalement démunis face à elles ? Si les organisations ont déjà des systèmes d’information et des outils de CRM, à quoi pourraient ressembler les systèmes d’information personnels des individus ? Quels usages un individu pourrait-il faire de ses données, s’il y accédait réellement ? Pour toutes ces raisons et pour faire progresser la réflexion collective sur le sujet, il semblait (et semble toujours) pertinent de s’intéresser aux individus.

    Mais l’an dernier déjà, Valérie Peugeot, qui clôturait la conférence MyData2016, pointait les limites de cette approche. Et si se focaliser sur des individus plus responsables de leurs données nous conduisait à leur faire retomber toutes les responsabilités dessus ? “Tout le monde ne veut pas ou ne peut pas prendre de telles responsabilités quotidiennes”, prévenait la chercheuse.

    “Quel poids de l’individu isolé dans un monde où le pouvoir est fondamentalement asymétrique ? Si ce transfert de responsabilité a lieu sur des individus isolés, ne renforçons pas cette asymétrie ?” (Voir le billet MyData 2016 : convergences et tensions, quel bilan de l’événement)

    L’édition 2017 de l’événement tentait de combler les limites de cette approche en interrogeant la dimension collective du modèle MyData (que nous nommons Self Data en France).

    Privacy et données personnelles : des concepts “personnels”, vraiment ?

    La chercheuse Linnet Taylor, s’intéresse avec ses collègues de l’Université de Tillburg (Pays-Bas) à la notion de group privacy. Elle pointe l’accélération du profiling d’une part, et d’autre part le fait que le système actuel – y compris réglementaire (RGPD notamment) – se focalise totalement sur les données personnelles. Cette focale se justifie par l’hypothèse que l’on peut “dé-identifier” complètement certaines données.

    linnet_taylor

    (Linnet Taylor à MyData 2017: https://www.youtube.com/watch?v=BsZ05MVFXLU)

    Mais cette hypothèse présente des limites fortes, selon la chercheuse. Comme le leurre du contrôle pour l’individu (au coeur du modèle libéral de gestion des données) et certains risques : même lorsqu’il n’y a pas forcément de réidentification, les systèmes peuvent dire beaucoup d’une foule ou d’un groupe, leurs pratiques et préférences, leurs mobilités, s’ils sont un danger ou pas… et sur ce point-là, l’illusion du contrôle s’efface : nous n’avons pas notre mot à dire, en tant qu’individu, face à ces traitements.

    Contrairement à une approche classique, qui laisse imaginer qu’un groupe est un ensemble de “privacies” attachés à des individus, la perspective des data analytics raconte qu’un groupe est un ensemble fluide, basé sur une catégorie déterminée. Les individus dans le bus, les individus prêts à payer tant d’euros pour tel produit, etc. Les data analytics identifient des “types”, en s’appuyant sur des proxies (proximités/interrelation) : par exemple, les personnes dont les enregistrements des GPS suggèrent qu’ils sont musulmans parce que des récurrences sont détectées à certaines heures de la journée lors des heures de prière.

    Et ce qui pourrait donner lieu à des analyses sans conséquence est en réalité loin d’être innocent. Même si une photographie ne contient pas de données personnelles, elle peut avoir des conséquences dramatiques pour certaines personnes ou groupes de personnes, nous dit la chercheuse en prenant l’exemple d’une photo aérienne montrant des huttes brûlées ou non au Soudan, qui est venue appuyer les tensions locales.

    La chercheuse termine son intervention en dissociant bien ce que recouvre “my data” (mes données : des données qui me concernent – comme mon historique de géolocalisation, mes données de téléphone – et des données qui concernent les gens qui me ressemblent, comme l’affiliation politique ou le facteur de risque), et ce qu’est “our data”. Une notion complexe, qui renvoie à notre processus de construction identitaire, à notre liberté et notre autonomie (Floridi 2013), à des informations qui peuvent être anonymes, qui disent des choses sur des groupes, réseaux, villages…

    Mais alors, est-ce que le concept de MyData est vain, est-ce que la perspective du contrôle des individus sur leurs données restera un mirage ? Pas totalement nous dit la chercheuse ; certes, le concept de MyData est centré autour de la notion de donnée personnelle, mais il peut donner des prises collectives pour comprendre les données et contribuer à poser les bases d’une prise de conscience et d’actions politiques, et est en cela très positif et important.

    => Retrouvez les publications de Linnet Taylor : Linnettaylor.wordpress.com

    Données personnelles et données non personnelles : comment construire des approches collectives de l’empowerment autour de nos données ?

    Parler d’empowerment sur la base de ses données n’a rien d’une évidence, puisque d’un côté existe une approche très individuelle (données, privacy, droits) et de l’autre un concept – l’empowerment – bâti originellement sur une approche collective et communautaire, nous dit Valérie Peugeot, chercheuse s’intéressant depuis longtemps au sujet des communs. Par ailleurs, comme l’évoquait Linnet Taylor, la vie privée peut être menacée même lorsque les données sont agrégées ; dans le même temps, il n’est plus tellement certain qu’internet soit l’internet utopique des débuts, qui devait redistribuer des capacités d’action… Bref, pour toutes sortes de raisons, données personnelles et empowerment – un couple au coeur du modèle Self Data/MyData – ne vont pas obligatoirement de pair.

    “Il faut aller au-delà de l’idée que les individus n’ont pas leur mot à dire une fois les données anonymisées, alors que la plupart des données sont coproduites !” nous dit la chercheuse. Il nous faut penser en termes de cycle de vie des données. Une piste intéressante se profile pour que la valeur d’usage des données soit réellement partagée, notamment entre les individus, celle des “communs de données”, par exemple : Open Health en France, Data for Climate Action…  des modèles à l’opposé de certains modèles “anti-communs”, comme celui d’Airbnb, qui ne veut pas partager ses données, alors même qu’elles seraient utiles pour les autorités publiques.

    Mais comment sortir de la situation actuelle de non-valeur, avec une majorité de modèles “anti-communs” ? Valérie Peugeot évoque au moins 3 scénarios : si des “datactivistes” libèrent les données de systèmes d’information, si les autorités publiques en font une obligation, ou si les individus eux-mêmes apportent leur aide pour fournir volontairement des données personnelles “dé-anonymisées” (ex. midata.coop en Suisse). Tout l’enjeu est de bâtir cette “capacité collective” autour des données, afin que celles-ci aient une réelle valeur sociale… Il est d’ailleurs tout à fait possible que des individus décident de partager des données personnelles si celles-ci peuvent bénéficier au bien commun (par exemple les fournir à une ville), mais si ce sont eux qui le décident, et sous un régime leur assurant la dé-identification de leurs données !

    OURDATA AND MYDATA

     

    logo_ourdata_Mydata_crop

    Peter Wells, de l’Open Data Institute, prolongeait ces réflexions, allant même jusqu’à parler d’une nécessaire “relation de symbiose” entre les données personnelles et les données “collectives” (MyData et OurData) à construire ; évoquant (avec un certain humour anglais) la carte des données de l’expansion du choléra réalisée par John Snow au 19e siècle, basée sur le recensement de tous les cas et ayant permis d’identifier la source de la contagion.

    Des pistes territoriales pour impulser la création de communs de données

    Quelques initiatives visant à créer des communs de données, tout en impliquant activement des citoyens, commencent à voir le jour ; outre celles évoquées par les intervenants déjà cités. Francesca Bria, Chief Technology and Digital Innovation Officer de la Ville de Barcelone, était à MyData pour présenter le DECODE Project, qui vise à assurer la souveraineté des individus sur leurs données.
    Le DECODE (Decentralised Citizens Owned Data Ecosytem) project est un projet Européen rassemblant des partenaires publics et privés, des acteurs de la recherche et deux municipalités activement impliquées, Barcelone et Amsterdam, afin de bâtir des approches des données personnelles autres que celles du paradigme aujourd’hui dominant : des individus cibles des traitements, point. Il s’agit ainsi dans ce projet d’imaginer un cadre et des outils qui leur donnent le contrôle de leurs données personnelles, qu’ils souhaitent les conserver pour leur usage personnel ou les partager dans un objectif de bien commun.

    Pour avancer sur ce chemin, nous dit Francesca Bria – qui navigue dans sa présentation entre le sujet des données personnelles et celui des communs de données – il est nécessaire de travailler et de réfléchir à plusieurs échelles (celle de la ville, de l’Etat, de l’Europe… pour avoir du poids face à des modèles de plateformes américaines), mais aussi de rassembler des acteurs divers : municipalités, chercheurs, juristes, entreprises technologiques, etc. Et le cadre de collaboration doit reposer sur plusieurs piliers : l’existence de communs de données, un usage des données transparent et respectueux de la vie privée, des formes de régulation, des règles claires et partagées pour le partage de données, etc.

    francescabria_image

    (Francesca Bria à MyData 2017 https://www.youtube.com/watch?v=WDWFcLUMpJU)

    Nous devrions être, en tant que citoyens, en mesure de décider avec qui nous souhaitons partager nos données, selon quelles règles, à quel moment et pour quels buts/usages ; mais une souveraineté “réelle” sur les données ne se construit pas du jour au lendemain. Le cadre bâti et expérimenté par DECODE associe plusieurs briques : une plateforme open source, un OS, des smart contracts permettant d’assurer la traçabilité des échanges de données… Francesca Bria ne rentre pas dans les détails, mais explique que les défis sont autant techniques (comment construire des architectures de stockage de données distribuées ? des standards ouverts ?), socio-économiques, que sociaux : l’adoption de masse d’un contrôle accru sur les données par les citoyens n’est pas gagnée d’avance.

    Si le DECODE project semble explorer de nombreuses dimensions du sujet, Francesca Bria passe rapidement sur les chantiers menés à l’échelle européenne, s’attardant sur quelques exemples de réalisations barcelonaises menées dans ce cadre, puisqu’elle tente actuellement avec son équipe d’intégrer le projet dans une stratégie plus large de “Ville construite et pilotée grâce aux données” (Data Driven City). Dans la continuité de “smartcitizen”, projet de capteurs citoyens mené depuis plusieurs années dans la ville,  le projet MakingSense s’intéresse aux conditions de partage et de mise en communs de données émanant de capteurs citoyens ou de l’IOT, avec l’ambition de permettre aux individus de décider à qui et sous quelles conditions partager leurs données ; BCNow, sur un autre plan, vise à construire des tableaux de bord “personnalisés” à destination des citoyens, construits grâce à des communs de données.
    Francesca Bria achève son intervention en présentant deux plateformes collaboratives qui constituent elles-mêmes des communs : un réseau social local ouvert existant aux Pays-Bas, pour lequel Barcelone réfléchit à une déclinaison locale (Gebieonline), ainsi qu’une plateforme coopérative et équitable de logement entre particuliers, Fairbnb, qui constitue une alternative possible à Airbnb. Ces modèles de gouvernances partagées – parfois un peu loin du sujet des données – constituent d’autres pistes redonnant davantage de maîtrise aux individus.

    → retrouvez cette semaine sur notre Blog la deuxième partie de cet article “un empowerment individuel ou collectif ? (2/2) Des avancées locales et nationales pour le Self Data ?”




    Article importé: http://mesinfos.fing.org/mydata-un-empowerment-individuel-ou-collectif-12/
    Par: Marine Albarède
    Publié: October 23, 2017, 2:41 pm

  • 3 jours, 2 villes (Tallinn et Helsinki), plusieurs centaines de participants de pays différents, la deuxième édition de la conférence MyData a été l’occasion pour notre petite communauté de se retrouver, un an après la première rencontre. Mais de quelle communauté parlons-nous ? Qui se trouve derrière ce “réseau” MyData et quels objectifs poursuivons-nous ?

    Pendant 3 jours, chacun a pu trouver son bonheur : juriste, designer, technicien, acteur public, privé, professionnel de la donnée, du marché, du RGPD… Il y’en avait pour tous les goûts grâce aux 10 thématiques qui rythmaient la conférence, comprenant 2 à 3 sessions chacune (oui, 36 sessions sur 3 jours ! Un petit jeu sur le badge des participants nous aidait d’ailleurs à faire notre choix)

    Print

    Des envies et des objectifs communs

    La conférence MyData, c’est avant tout un programme collaboratif et ouvert. Qui le souhaite peut proposer un sujet, une session, un intervenant via un formulaire (“call for proposal”) disponible plusieurs mois avant l’événement. Sur la base de ces propositions, l’équipe éditoriale de la conférence (dont la Fing fait partie) a élaboré plus d’une dizaine de thématiques : RGPD (Règlement Général sur la protection des données personnelles) ; Consentement ; Design ; Éthique ; …

    Imaginez un peu : à un mois de l’événement nous étions 120 à faire partie de l’équipe de programmation, soit en tant qu’organisateur d’une thématique, d’une session, comme intervenant, comme animateur, comme assistant ou encore en qualité de conseiller ponctuel.

    Cette conférence, c’est donc l’occasion d’échanger régulièrement, plusieurs mois avant l’événement, sur l’organisation des 3 jours, certes, mais aussi sur des sujets de fonds. De confronter nos expériences, nos attentes et de créer des synergies nouvelles. C’est ça la communauté MyData. On s’y perd un peu sur Slack, Trello et dans les mails parfois, si nos raisons sont parfois différentes (militantisme pour certains, recherche de position stratégique, de nouveaux marchés pour d’autre, etc), nous sommes tous là avec un objectif, changer de paradigme : un modèle où les données personnelles sont entre les mains des individus qu’elles concernent.

    > Une gouvernance qui se solidifie
    “Avons-nous avancé en un an ?” C’était le titre de l’intervention d’introduction à Tallinn par Antti Poikola d’Open Knowledge Finland, l’un des acteurs les plus actifs derrière MyData. Sans surprise, nous avons encore du chemin à parcourir. Mais la naissance d’un réseau et sa solidification nous permettent d’envisager la suite plus sereinement. Des organisations en Espagne, au Brésil, au Japon, en Italie, au Danemark, en Suisse, en Estonie, en Finlande et, bien sûr en France – via votre humble serviteur, la Fing – se reconnaissent dans les mêmes valeurs et principes. Suffisamment pour se regrouper sous la bannière “MyData”. C’est la naissance des “Local Hubs” : chacun porte, via des publications, des expérimentations, des projets de recherche, le message d’un nouveau modèle de gestion des données personnelles. La plupart de ces hubs locaux, rejoints par des complices ou curieux, se retrouvent lors de rencontres trimestrielles à travers l’Europe. Depuis la fin 2015, tous les trois à quatre mois, entre 30 à 50 acteurs du milieu – depuis de grandes organisations privées et publiques jusqu’aux startups qui proposent des outils pour que les individus soient maîtres de leurs données – se sont retrouvés à Bruxelles, Paris, Helsinki, Londres, Berlin, Tallinn, et bientôt, le 23 novembre prochain, à Aarhus au Danemark (les rencontres sont bien évidemment ouvertes. Inscription ici). L’occasion d’échanger, de partager nos avancées et pourquoi pas de monter des projets ensemble. Ce sont ces rencontres qui ont donné naissance à la MyData Declaration : un texte qui clarifie les principes qui nous rassemblent, que chacun peut signer, en son nom ou au nom de son organisation et qui permet d’affirmer publiquement notre engagement et notre réseau. La gouvernance de ce réseau se concrétise à grands pas. A terme cela nécessitera la création d’une organisation légère qui jouerait un rôle de fédérateur, d’attracteur de nouveaux projets et de porte-voix pour ses membres.

    > Un concept qui grandit
    La conférence MyData de l’année dernière s’était conclue par la synthèse de Valérie Peugeot, qui nous a permis de pointer certaines limites. A travers la sémantique employée (“MyData”, the” internet of me”, “the person is the platform”,  “API of me”, “Me-ecosystem”), les participants s’étaient beaucoup focalisés sur l’individu, en oubliant souvent l’aspect collectif des données et la nécessité de penser les données personnelles comme un outil d’empowerment individuel oui, mais également social. Cette année, ce sujet a été beaucoup évoqué, amenant de nouveaux acteurs et de nouveaux enjeux à la communauté. Contrairement à l’année précédente, de nombreux territoires étaient par exemple présents. La session “National Governments moving towards Mydata” a permis de pointer vers plusieurs projets : en Islande, avec le travail réalisé par l’Etat autour des données de santé ; en Finlande avec l’agence publique pour les transports sur les données de mobilité ; ou à Barcelone avec le Decode Project (multipartenarial). La thématique “Our Data”, inédite cette année a également permis d’évoquer cette question sociale et sociétale de l’économie de la donnée au travers d’interventions sur la souveraineté des données, les communs des données, ou encore la notion de group privacy par Linette Taylor, qui a fait sensation. Vous pourrez retrouver très bientôt sur ce blog deux articles “MyData : un empowerment individuel ou collectif ?” pour explorer plus en détail ces aspects.

    > Le consentement, des progrès notables ?
    Sujet phare de la communauté MyData depuis ses débuts, la question du consentement n’a pas fait défaut cette année. Le “Self Data” suppose que les individus puissent exprimer leurs préférences et leur volonté quant à l’usage des données personnelles qu’ils détiennent désormais, vis-à-vis des applications qu’ils choisissent d’utiliser et auxquelles ils choisissent de soumettre certaines données, sous certaines conditions. Or le soin apporté au recueil du consentement est souvent délaissé actuellement, les Conditions Générales d’Utilisation (CGU) ne représentent pas, dans la plupart des cas, un véritable choix pour l’utilisateur. Comment permettre aux individus de contrôler ce qui est fait de leurs données ? Une thématique entière était dédiée à ce sujet lors de la conférence, au titre sans équivoque : “Making Consent work”. Le prochain article “Retour sur MyData 2017” se propose donc de se concentrer sur les nouvelles contraintes juridiques autour du consentement (présentes dans le Règlement Général sur la protection des données personnelles – RGPD), sur les multiples solutions présentées lors de la conférence et essaie de prendre un peu de recul sur le sujet grâce aux différentes interventions sur ce thème.

    > Des cas d’usage plus aboutis
    Le concept Self Data/MyData s’explique rarement mieux qu’avec un exemple. Il nous a donc semblé nécessaire dès le début de la mise en oeuvre du programme d’avoir une thématique entière consacrée au cas d’usages et surtout au partage d’expérience. Nous avons donc demandé à la communauté MyData élargie de soumettre les exemples qui leur semblaient les plus emblématiques, les plus avancés ou encore les plus prometteurs. Nous avons eu un nombre impressionnant de suggestions, et avons sélectionné un petit échantillon d’une dizaine de porteurs de projet, chercheurs, startupers qui ont “pitché” leurs cas d’usage en 7 minutes chacun (vous pouvez retrouver les vidéos des présentations sur ce lien). Trois gagnants ont ensuite été désignés par le public pour mettre en avant l’aspect concret de MyData. Ils sont révélateurs du contexte actuel, de notre point d’avancement et de la diversité des acteurs de la communauté : Enedis, le principal distributeur d’électricité en France met en place les canaux de transmission pour permettre aux individus de transmettre leurs données de consommation (compteurs connectés Linky) à des services tiers qui leur fourniront ensuite une valeur d’usage sur ces données ; Digime, une startup de gestion de ses données personnelles propose un espace d’administration de ses données de santé ; Andy Brooks, un chercheur de l’université de Californie, Berkeley a étudié l’entreprise finlandaise Suunto (objets connectés) et l’environnement très “MyData” qu’elle a conçue il y a plus de 10 ans. Ces trois gagnants et dix use cases ne représentent cependant qu’une petite partie des cas d’usage du mouvement. Nous avons profité de la conférence pour afficher un segment plus large via une cartographie collaborative designée par le média “Internet of Me” et basée sur une version initiale publiée par la Fing en ligne. Elle reprend les 7 domaines d’usage qui ont été conçus pendant l’expérimentation 2013 de MesInfos, enrichie de 150 services, prototypes ou concepts qui démontrent que nous pouvons déjà faire des choses avec nos données.

    mydatacaseuniverse

    (En ligne : http://mesinfos.fing.org/cartographies/usecases/)

    Encore quelques malentendus à dissiper

    > L’inévitable question de la “propriété des données”
    Comme l’année dernière, nous avons sursauté lorsque nous avons entendu à de multiples reprises des phrases du type “les individus sont propriétaires de leurs données”, “il faut que les individus soient propriétaires de leurs données”… Comme nous le défendons dans MesInfos depuis le début, pour nous la question de la propriété n’est pas la bonne. Les données sont co-produites : par les organisations et par les individus. La question importante est donc la question de l’usage : les organisations peuvent déjà faire usage de nos données, il serait plus symétrique que nous disposions du même pouvoir. Le postulat de la propriété des données est d’ailleurs potentiellement dangereux, car il supposerait que les données personnelles puissent être un bien cessible… ce qui reviendrait à dire que les individus pourraient abdiquer de leurs droits sur leurs propres données.

    > Un problème de sémantique et de cadrage ?
    Nous l’avons vu, l’utilisation du terme MyData avait déjà prêté à confusion l’année dernière : quid de l’aspect social et collectif des données personnelles ? Ne mettons-nous pas trop l’accent et la responsabilité sur les individus ? Le “my” n’évoque-t-il pas trop la propriété ? Concept trop précis pour certains, trop large pour d’autres, le périmètre de MyData peut prêter à confusion (c’est  d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle nous utilisons de notre côté le terme Self Data, plus inclusif). Certaines des initiatives présentées lors de la conférence n’étaient pas forcément très compatibles avec ce que nous mettons nous derrière le terme. Comme avec la conférence d’introduction par Siim Sikkut, le Chief Information Officer d’Estonie, présentant les multiples services numériques utiles aux citoyens mis en place par le gouvernement, sans jamais parler d’asymétrie informationnelle ou de consentement. Ou avec certaines présentations qui se concentrent sur la question de l’utilité des données personnelles agrégées et comment inciter les individus à les partager le plus possible. Ou encore la présence de quelques “databrokers” qui permettent aux individus de vendre leurs données personnelles, faux amis qui maintiennent un statu quo intenable. Bref, une représentation du concept parfois peu complémentaire avec la vision d’un monde où l’individu serait maître de ses données, dans le respect de sa vie privée. La multiplication des termes et éléments de langage autour du sujet n’aide d’ailleurs pas à sa prise en main par les acteurs et par les individus. Cette question fera l’objet d’un autre article de notre série “Retour sur MyData 2017”.

    > RGPD : la star du show
    Le RGPD (Règlement Général sur la protection des données personnelles) était sur toutes les lèvres des participants et sur la majorité des kakémonos de startups et entreprises présentées dans le hall principal. Si partout ailleurs il inquiète, à MyData 2017 il a été de nombreuses fois vu comme un levier d’innovation – particulièrement l’article 20 sur la portabilité, permettant aux individus d’’”emporter” leurs données. Il a cependant été malmené lors de nombreux ateliers et présentations, montrant encore une fois à quel point le sujet est sensible et demande un débat constructif et informé. Débats qui ne sont pas étrangers dans MesInfos, nous ayant même conduits à lancer un projet séparé pour faciliter la mise en oeuvre du droit à la portabilité (Rainbow Button / Datacess). Il est fort probable que l’année prochaine nous aurons un retour sur cette thématique, le règlement prenant effet fin mai 2018 ; seulement trois mois se seront écoulés, mais peut-être disposerons-nous déjà de cas et expériences relatifs à l’application du droit à la portabilité ?

    art20iscoming

    Un chemin à construire

    Ces quelques lignes ne représentent qu’une infime partie de tous les échanges qui ont eu lieu à MyData 2017. Les articles suivants iront plus loin sur la question du consentement, de l’aspect social des données et de la sémantique au sein du mouvement MyData, mais certaines thématiques telles que le design, les avancées techniques, l’éthique, les modèles de revenus, toutes évoquées pendant la conférence n’en sont pas moins importantes. Une chose est sûre : nous avons besoin de les explorer de manière collective, et le réseau MyData, qui fête tout juste ses deux ans, est un vecteur idéal pour cela.




    Article importé: http://mesinfos.fing.org/retour-sur-mydata-2017-la-naissance-dun-reseau-durable/
    Par: Manon Molins
    Publié: October 10, 2017, 10:10 am

  • Depuis le 14 Nov 2017 à 09:00
    Jusqu'au 30 Nov 1999 à 00:00


    Le 14 novembre 2017, au Square Paris.

    Transitions² / L’Agenda du Futur

    Open Conference #3

     

    Mardi 14 novembre, 9h - 17h30 / Le Square Paris, 3 passage Saint-Pierre Amelot, 75011

     

    INSCRIPTION

    (entrée libre mais inscription obligatoire)

     

     

    A PROPOS DE CETTE JOURNEE

    Depuis un an, les Open Conference Transitions² rassemblent celles et ceux qui travaillent à mieux faire converger numérique et écologie.

    Chercheurs, innovateurs, entreprises, acteurs publics, médias, collectifs… nous avons tous besoin de mieux prendre en compte les potentiels de partage, de collaboration, de culture d’innovation que propose le numérique - et pas juste le réduire à sa dimension technique.
    Nous avons besoin de construire un "Agenda pour le Futur".

    Le 14 novembre prochain, pour la troisième fois, nous rassemblons 80 personnes pour :

    • mettre ensemble des sujets à "l'agenda" des décideurs, médias, chercheurs… pour enrichir la contribution du numérique aux enjeux écologiques ;
    • remettre en question nos propres agendas d’innovation, de recherche, d’action publique ;
    • engager ensemble des actions, projets, recherches, dispositifs, événements…

    A cette occasion, la 1ère version de la publication collective “Agenda pour le Futur” (janvier 2018) sera présentée.
    Les travaux de cette journée contribueront largement à l’alimenter.

     

    PROGRAMME DE L'EVENEMENT
     

    >>> Un sujet que vous voulez discuter pendant la journée ? Un projet que vous portez à partager ?
    Décrivez-le en 3 lignes et mettez-le au programme de la journée !
     

    >> REMPLIR LE FORMULAIRE

     

    9h-9h30 : accueil café, remplissage de la « traditionnelle » frise Transitions²
     

     

    9h30-9h45 : "L'instant veille de Transitions²" : 10 initiatives, projets, visions qui croisent numérique et écologie, et qui nous ont interpellées !

    Manon Molins et Emma Gauthier, Fing
     

    10h-12h : SESSION #1 : Changer d’agenda, mettre à l’agenda : ils le font pour de vrai !
    5 intervenants racontent comment la feuille de route de leur organisation va “bouger” dans les mois à venir dans plusieurs directions :

    •  L’Usine du Futur
    •  La prise en compte d’innovation à “fort impact”
    •   L’économie circulaire “au-delà du calcul”
    •   Les expérimentations territoriales locales
    •   Le potentiel partagé des "data"

    Participations en cours de finalisation : WWF, ADEME, Bpifrance, des acteurs urbains (Grand Lyon, Nantes Métropole, La Rochelle), réseau OMS des Villes Santé, Institut de l’économie circulaire, ...
     

    12h - 12h30 : SESSION #2 : L’Agenda² : les principaux messages et appels à contribution
    Présentation de la première version de l’ « Agenda pour le Futur » (publication) : les appels à action, les sujets orphelins, les projets communs…
    Par Daniel Kaplan, Jacques-François Marchandise et Renaud Francou, Fing


    12h30 - 14h : SESSION #lunch : déjeuner en commun offert, sur place
     

    14h-14h30 : SESSION #3 : Imaginaires de transition

    Un(e) intervenant(e) partage avec nous un exercice de prospective !
    Intervenant à confirmer
     

      Futur.jpg

    14h30 - 17h : SESSION #4 : les projets à engager

    A partir des 7 défis de "L'Agenda pour le Futur", une invitation à nourrir les les sujets à mettre à "l'agenda" des décideurs, médias, chercheurs…, mais surtout, à faire bouger son propre agenda !

    Propositions de départ : il peut en avoir d'autres !

    • Ecology by design : un numérique et une informatique plus vert(e)s
    • Nouveaux modèles de systèmes productifs
    • Orienter l’innovation vers la recherche d’impacts majeurs
    • Territoires et ville en transition
    • Changer la décision et la gouvernance
    • Les individus en capacités d’agir
    • Forger des visions de l’avenir


    17h-17h30 : partage, discussions et feuille de route commune pour la suite !




    Article importé: http://www.transitions2.net/catalogue/view/1815/agenda-du-futur-transitions%C2%B2-open-conference-3
    Par: Renaud Francou
    Publié: September 29, 2017, 3:21 pm

  • Le pilote MesInfos initié en 2016 lance un Challenge Self Data afin de faire émerger des services & applications qui permettent aux individus de reprendre le contrôle sur leurs données.

    Coordonné par Cap Digital, 3 startups choisies en octobre, 70 000e de dotation, 3 mois pour développer : à vos marques, prêt ? Candidatez !

    – Les candidatures sont acceptées jusqu’au 22 septembre à midi sur le site http://www.poc-and-go.com/
    –  Kick off et réunion d’information du Challenge le 14 septembre matin chez Cap Digital, 75010. Inscriptions ici.

    banner_1600x900__3-logo_lhuquq

    Le pilote MesInfos, c’est quoi déjà ?

    En 2016-2017, La Fing lance le pilote MesInfos avec de grandes organisations publiques et privées partenaires pour implémenter concrètement le Self Data : l’empowerment des individus via leurs données.
    1) Chacun des 2000 testeurs du pilote reçoivent un Cozy Cloud (une plateforme et un espace de stockage privé et personnel)
    2) Plusieurs organisations (Maif, Orange, Enedis, GRDF, EDF, Grand Lyon, …) transmettent à chacun des testeurs (sur leurs Cozy) les données qu’elles ont sur eux. Les testeurs peuvent également ajouter plus de données à leurs Cozy (photos, fichiers, données bancaires …).
    3) Enfin, les testeurs pourront profiter de services disponibles sur l’app store de Cozy, pour tirer une valeur d’usage de leurs données

    Startups : c’est là que vous intervenez !

    Partager les données avec leurs clients est un pas énorme pour les entreprises (qui devront néanmoins s’y engager au-delà du pilote MesInfos d’ici mai 2018, afin d’être conformes au droit à la Portabilité instauré par le RGPD). Mais une fois qu’un testeur a récupéré ses données, les a stockées dans son Cozy, et a vu qu’en effet Orange, Maif, EDF, etc, disposent de beaucoup d’information à son sujet, il n’y voit pas beaucoup d’intérêt…

    Tout l’enjeu est donc de fournir aux individus des services utiles, aux fonctionnalités basées sur des croisements innovants de données encore jamais partagées.  En leur fournissant ce type de service, respectueux de leur vie privée, vous permettrez aux testeurs de reprendre le contrôle sur leurs données (Cozy propose des outils aux utilisateurs pour vérifier ce que les applications font avec leurs données et encourage les applications à effectuer les traitements dans le cozy : chez l’utilisateur).

    Nous lançons donc avec Cap Digital et nos partenaires le « Challenge Self Data » afin de soutenir le développement de ce type de services.

    Nous avons défini trois cas d’usage pertinents pour les testeurs du pilote MesInfos, nous espérons que l’un (ou plusieurs) d’entre eux vous parlera et que vous candidaterez au challenge :
    1) Agenda augmenté : assistant de la vie administrative, optimisation des déplacements, liens avec les données multimédias, système de recommandation, etc.
    2) Relation client réinventée : accès à l’ensemble de ses données personnelles clients et système d’interaction mutualisé avec les organisations.
    3) Réduction de l’empreinte carbone individuelle : accompagnement par l’analyse des données de consommation et stimulation par la proposition de défis personnels

    Pourquoi et comment participer ?

    En participant au Challenge Self Data vous pourrez bénéficier d’une subvention du PIA plafonnée à 70 000 € (montant cumulé partagé entre les 3 participants), rencontrer les organisations du projet pour profiter d’opportunités de partenariats et bénéficier d’un environnement idéal pour tester des manières de tirer parti du nouveau droit à la portabilité garanti par le RGPD.

    En effet, ce challenge vous permettra d’améliorer la fluidité de l’expérience utilisateur de votre produit en vous appuyant sur les données personnelles disponibles, ou même d’explorer des domaines inaccessibles sans ces données ! Les testeurs vous permettront alors de mettre au point ce service, qui pourrait ensuite être généralisé à d’autre plateformes, ou bien même adapté pour récupérer directement les données des partenaires dès mai 2018.

    Candidatez avant le 22 septembre sur http://www.poc-and-go.com/ (plus d’informations sur ce lien)

    ⇒ Le dossier de sélection doit comprendre une présentation du candidat (structure, activités, description) ainsi qu’une présentation de son projet et notamment :
    ◦    Un descriptif des solutions techniques analogues déjà développées
    ◦    Un descriptif des algorithmes, méthodes et outils que le candidat veut tester dans le cadre de ce Challenge
    ◦    Un descriptif des scénarios d’usage, fonctionnalités (wireframes, maquettes…) de l’application que le candidat propose de développer pour l’expérimentation

    Vous serez peut-être l’une des trois startups sélectionnées pour développer une application en 3 mois pour les testeurs du pilote MesInfos !

    Diapositive1




    Article importé: http://mesinfos.fing.org/startups-candidatez-au-challenge-self-data/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=startups-candidatez-au-challenge-self-data
    Par: Manon Molins
    Publié: September 5, 2017, 9:50 am

  • You might have discovered MesInfos during MyData2017 conference. If you want to know all about the project, this blog post is for you !

    logoMesInfos2017_HDB2

    MesInfos project

    « If I (an organization) can use your data, you can too… however you please. » With this particular idea in mind, Fing and its partners launched the MesInfos project in 2012. The MesInfos project explores and implements the Self Data concept in France.
    What would happen if organisations that gather personal data actually shared those datasets with the individuals concerned? From this starting point, MesInfos has set out to explore what could be a real paradigm shift in the digital economy. We call it Self Data: the collection, use and sharing of personal data by and for individuals, under their complete control and designed to fulfil their own needs and aspirations.
    In 2016-2017, we decided to take actions so that the Self Data scenario arise from paper and experiments into reality. We have been leading the MesInfos Pilot since then – to gather organisations holding personal data, platforms/personal clouds, a territory, and an innovation ecosystem to pave the way for a concrete Self Data world (in which organisations are giving back data to their clients under no time limits). In 2017

    - Each of the 3000 testers will get a Cozy Cloud (Personal Cloud), thanks to the insurance provider Maif.

    - Several organisations (insurance, energy and telecom providers to start) will transmit the data they have on them directly to each of the Cozy Cloud, under their complete control.

    - The testers will then be able to add more data (photo, calendar, files…) to their Cozy and enjoy services to help them in gaining use value from their data (for instance services to better manage their lives, improve one’s self-knowledge, …).

     

    –> If MesInfos takes place in France and is mostly documented in French, we built a page with the key information and documents in English.

    –>Want to know more about Self Data ? The Self Data FAQ is made for you.

    –> You are asking yourself « The Pilot project was launched 1 year ago… but what have you been doing since then? », we wrote a blog post about this subject.

     

    MesInfos & MyData

    Fing – through MesInfos project team – is one of MyData conference founders and organizers, along with Open Knowledge Finland, Aalto University and Tallinn University.
    Our collective / cross-border journey began in 2015, when EU DG Connect organized a roundtable about PIMS topic. MesInfos project was invited; we met lots of people, projects, startups, researchers… in other words, this roundtable draw the first lines of a European Community on this subject. We met again and again in 2016 in different cities, helping OKF and Aalto University to design piece by piece the first event about MyData/Self Data model : MyData2016.
    In 2017, the European Community took a step forward : it’s not only about building a 1 shot event, but about building a movement that will last and grow. If MyData conference founders are still totally committed in organizing the event, we are also working with other members of the community on another front : we are participating in building an actual MyData Organization, with its principles, goals, governance…
    One of the first steps of this work is embodied into the MyData principles declaration. Here is an abstract of this declaration :
    « We are entrepreneurs, activists, academics, listed corporations, public agencies, and developers. For years, we’ve been using different words for what we do – MyData, Self Data, VRM (Vendor Relationship Management), Internet of Me, PIMS (Personal Information Management Services) etc, while sharing a common goal: to empower individuals with their personal data, thus helping them and their communities develop knowledge, make informed decisions, and interact more consciously and efficiently with each other as well as with organisations. »
    We are convinced that concrete pilot projects or experiments such as MesInfos (and others) can bring precious learnings that will help this movement to grow !




    Article importé: http://mesinfos.fing.org/mesinfos-mydata-everything-you-need-to-know-about-the-project/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=mesinfos-mydata-everything-you-need-to-know-about-the-project
    Par: Marine Albarède
    Publié: August 28, 2017, 9:05 pm

  • In early 2016, after four years of researching the ‘return of personal data to individuals’, we launched the MesInfos pilot with a clear goal in mind: move Self Data to the ‘next level’. Why, after many years of exploration and experimentation, did we feel it was time to change gears?

    We had three reasons.
    ●    We felt that the situation (people’s increasing distrust toward organizations – especially regarding the ways organizations use their personal data; the total asymmetry between them in terms of data access and processing capabilities, etc.) could not be allowed to last, and that the time had come to imagine a more sustainable economy and, above all, a desirable society.
    ●    We saw that a change was taking place: there was an ecosystem of services and platforms emerging around personal data (personal clouds, so-called ‘VRM’ services. etc.); more and more conferences were being held on the subject; we were having fruitful discussions with companies who shared our interest in conducting experiments or even creating strategies around Self Data; the European laws regulating personal data protection were evolving, the GDPR was passed, etc.
    ●    Finally, after four years of work with partners and collaborators – some of whom have been exploring the subject with us from the beginning – we knew that if we wanted to learn more about the future of Self Data (and its implications from a technical, organisational standpoint, as well as the uses we might find and the value it could offer to individuals, etc.), we had to move from theory into experimentation, and we launched this ambitious pilot project.

    The format we chose for this pilot was already – partially – tested in 2013 during a short, preliminary experiment using modest technologies (at that time we focused on data file transfer rather than developing an API to transfer data, for example). The goal of the present pilot was to get several large data-holding organizations around the same table and encourage them to return the data they hold to several thousand of their customers or volunteer test subjects (versus the 300 participants we had during the first experiment). To do this, it was necessary for potential testers to have dedicated tools that would enable them to receive, view, understand, store and reuse data with new third-party services (This is what we have termed ‘Self Data’). To give shape to this vision, we chose to collaborate with French personal cloud startup Cozy Cloud. Finally, since we wanted to broaden our knowledge of personal data use and value, we put together a team of researchers from various disciplines (sociology, marketing, ergonomics, etc.).

    A year has gone by. Where do we stand?

    A little more than a year after the launch of the pilot, what assessment can we make of it? It’s difficult to talk about our conclusions, considering that we are still in the middle of things. However, we have already learned a lot, especially about the challenges and difficulties inherent in personal data restitution by organisations. Much remains to be learned, as the majority of our pilot testers are not yet officially invested. So what happened during that first year?

    An in-depth study on making data available. Identifying appropriate data, setting up restitution procedures – which meant developing APIs, or relying on existing APIs – and documenting technology development efforts to make them ‘reusable by third parties’ was quite a long and involved process itself. But working on data restitution also means working on an overall framework (legal and technical), clarifying responsibilities in the data transfer chain and assuaging the concerns of data holders about making data available on the platform – especially in terms of security. Although holders are no longer responsible for the data once it is in the hands of individual testers (on their personal cloud) who can theoretically do what they want with it, restitution is still a jump into the unknown for organizations that have only just discovered Self Data. The ‘data’ area of the project is complex, and it took nearly 6 months to bear fruit.


    Getting from use cases to service prototypes proved to be a challenge. One of the pilot’s goals is to create use cases and Self Data services that testers can experiment with from their Cozy. This is perhaps one of the most complex aspects of the pilot, for reasons that we had already identified during the first experiment. There is the difficulty of attracting startups and entrepreneurs to an emerging market, especially on a new platform (Cozy in this case), the complexity of finding ways to approach a new subject and the quite limited scope of data being given back, which made it difficult to uncover rich cross-data use cases . . . Even though the work started about a year ago (producing about ten prototyped services), these complexities continue to be major obstacles that we still need to overcome. Remember: the Self Data ecosystem – beyond the pilot, in France and internationally – is still in its infancy.

    Platform evolution
    How were we to present not only personal data, but also this new ‘personal cloud’ space? Data visualization and personal clouds are familiar concepts for technophiles, but are alien to most people. Framing new concepts is always a challenge: how to make Self Data and personal clouds intelligible, appropriate and easy to use (among other things)? Cozy had to evolve its interface radically for it to be able to address the pilot’s wider audience.

    The evolution of the regulatory context: a green light – and a red one
    The MesInfos pilot was conceived from the outset as a collective project (explicitly involving partners in major decisions and project management) because Self Data development must necessarily be grounded in a wider ecosystem of data holders, personal data platforms, third-party services and individuals. We spent time reflecting on the evolution of this international ecosystem, the longer-term development prospects of Self Data, what should/could MesInfos become as of 2018 …

    All this was taking place within a shifting legal landscape, given that the (newly-passed) GDPR signaled major regulatory changes in terms of personal data, including granting individuals the right to data portability. The scope and limitations of this right were the subjects of intense debate between the autumn of 2016 and the spring of 2017. Article 29 of the GDPR has since provided a set of guidelines specifying data scope, data types and possible modalities of application. Article 29 has thus been the subject of many – sometimes paradoxical – debates between the actors involved in the MesInfos pilot, and more generally in the Self Data community. Should the scope of the data handed back and the data restitution process in the pilot be the same as defined by the right to portabiity? Does testing things in the pilot necessarily mean that organizations will have to implement these changes more broadly on long-term (after the pilot)?  How can we immediately get started on data portability modalities beyond the sample of 3,000? After all, in 2018, the right to portability will apply to all European citizens!

    To keep the MesInfos pilot on track, we launched a separate study that focuses exclusively on compliance with the right to portability legislation (how to support organizations implementing compliance measures and ensure that personal data offers value that can be shared equally by organizations and individuals?). The Rainbow Button project was born, and is advancing in parallel with the MesInfos pilot. While the MesInfos pilot aims to test, learn about and implement Self Data in a sandbox environment, the Rainbow Button project seeks to identify the specifications for a common framework (UX, technical, legal …) to guide compliance with EU portability legislation that takes effect in May of 2018. The MesInfos pilot and the Rainbow Button study are complementary and mutually beneficial. This work has taken a long time to mature, but is now truly beginning to take shape.

    What about the future?

    We set the bar very high. None of these projects is fully completed – much work remains to be done, especially on the service prototypes. The next few months will also be time for feedback, research, teaching, documentation and formalisation. Having discussed our experiences with other actors in the international Self Data ecosystem (MyData in Scandinavia and Europe, VRM elsewhere), we have come to realise just how unique and exciting the MesInfos pilot continues to be. That shift to the ‘next level’ will depend on how the personal data ecosystem takes shape beyond the MesInfos pilot, and on the long-term commitment of data holders. In this, the newly-legislated right to portability may very well help Self Data, and open the door to a whole new market, if everyone plays the game.

    –> Find here the Pilot Study Documentation – 1st draft

     




    Article importé: http://mesinfos.fing.org/the-mesinfos-pilot-project-one-year-later/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=the-mesinfos-pilot-project-one-year-later
    Par: Equipe MesInfos
    Publié: August 28, 2017, 8:56 pm

  • Un article de la Fing et l'Iddri publié dans la revue "Responsabilité et environnement" des Annales des Mines (juillet 2017)

      (...) Pris dans toute sa diversité, et donc allant bien au-delà des seules solutions passant par l’informatique et les calculs auxquels on le réduit encore trop souvent, le numérique nous invite à explorer d’une tout autre façon les chemins de la transition écologique en investissant les dimensions sociales et collectives de cette transformation.


    >> Télécharger l'article (4 pages, .pdf)

    Article publié dans le numéro de juillet 2017 de la série Responsabilité & Environnement des Annales des Mines.

    ****

    Faire converger les transitions numérique et écologique

     

    • Damien DEMAILLY, Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI)
    • Renaud FRANCOU, Fondation Internet Nouvelle génération (Fing)
    • Daniel KAPLAN, Fondation Internet Nouvelle génération (Fing)
    • Mathieu SAUJOT, Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI)

    La transition écologique est un horizon incontournable pour nos sociétés, la transition numérique est, quand à elle, la grande force transformatrice de notre époque. La première sait raconter son but, mais peine à dessiner son chemin ; la seconde est notre quotidien, une force permanente de changement, mais qui ne poursuit pas d’objectif collectif particulier. L’une a le but à atteindre, l’autre le chemin à emprunter : chacune de ces deux transitions a besoin de l’autre ! Et pourtant, leurs acteurs évoluent trop souvent dans des sphères séparées, sans réaliser pleinement la puissance transformatrice qu’aurait leur convergence.

    Comment dès lors faire converger ces deux grandes transitions contemporaines ?

     

    Qu’est-ce que le numérique ?


    Commençons tout d’abord par clarifier ce que nous entendons par le terme « numérique ».

    Dans les entreprises comme dans l’action publique, les acteurs de l’écologie et ceux du numérique sont confrontés à une même difficulté : les transformations dont ils sont porteurs sont transversales. Elles touchent tous les métiers et toutes les dimensions des organisations. Elles relèvent à la fois de la technique, des pratiques quotidiennes et des formes d’action collective. Dès qu’on les spécialise, on les stérilise.

    Ainsi l’apport du numérique à la transition écologique
    est-il trop souvent considéré sous le seul angle technique, celui du « smart », de l’optimisation des processus pour augmenter la productivité des ressources (avec, par exemple, l’utilisation de capteurs pour améliorer le pilotage de réseaux d’eau ou d’éclairage public...).
    Or, si le numérique prend aujourd’hui une telle place, c’est parce qu’il est aussi beaucoup d’autres choses. En effet, le numérique, c’est aussi :

    • une manière de produire et de partager des connaissances : les « Data » deviennent le support dominant de la production d’informations et de décisions. Ainsi, le « défi » onusien Data 4 Climate Action exploite de grands volumes de données produites par des acteurs privés pour « catalyser l’action contre le changement climatique » ;
    • de nouvelles pratiques individuelles et sociales (SMS, réseaux sociaux, partage de fichiers ou de plans…). Sous leur apparence parfois futile, ces usages peuvent aussi marquer le point de départ de mobilisations, de coordinations, de partages et d’échanges plus massifs : on pense notamment à la vitesse avec laquelle les réseaux sociaux se sont invités dans les campagnes électorales et au rôle important qu’ils y ont joué, ou encore à l’importance prise par des plateformes de vente en ligne telles que Le Bon Coin ;
    • de nouvelles formes de coordination et d’action collective allant de l’échelle locale à la plus globale : il en est ainsi de Wikipedia qui permet de construire de la connaissance et de la partager entre des millions de personnes, des plateformes de l’économie collaborative qui permettent d’échanger (ou de partager) son véhicule, son logement, son potager…, ou encore, du crowdfunding en matière de financement de projets de toutes sortes.

    Pris dans toute sa diversité, et donc allant bien au-delà des seules solutions passant par l’informatique et les calculs auxquels on le réduit encore trop souvent, le numérique nous invite à explorer d’une tout autre façon les chemins de la transition écologique en investissant les dimensions sociales et collectives de cette transformation.

    Comment ce numérique, dans toutes ses dimensions, peut-il se mettre au service de manières plus durables de produire, de consommer des objets et des services ou de se déplacer ? Et, comment, sur cette base, des politiques et des stratégies de transitions écologique et énergétique peuvent-elles intégrer une « perspective numérique » ?

    Il y a là pour l’écologie à la fois une nécessité et une source d’opportunités à explorer, qui nous paraissent aussi complexes qu’excitantes. Mais cela nécessite, en tout premier lieu, de clarifier les liens existants entre ces deux transitions.

    Reconnaître aussi bien les risques que les opportunités du numérique pour le développement durable


    La communauté écologique, construite en partie sur une critique de la technologie et de la croissance, se méfie des promesses d’innovations techniques. Elle a tendance à se focaliser sur les déchets générés par la production d’objets, sur la consommation énergétique et sur les risques d’effets rebond (c’est par exemple le cas de l’amélioration des technologies automobiles qui a été aussitôt réinvestie dans davantage de puissance et de confort).

    Elle n’a pas tort, car, dans le système actuel, l’empreinte écologique liée à la fabrication et à l’utilisation du matériel numérique via Internet est colossale (Voir à ce sujet les travaux du G.D.S EcoInfo du CNRS). Et la dynamique actuelle de son développement intensifie ces impacts : ainsi, la demande croissante de puissance de calcul rend les équipements très vite obsolètes, alors même que l’on sait que leur fabrication concentre une bonne part des impacts environnementaux du numérique. Les évolutions vers un Cloud généralisé et les objets connectés pourraient démultiplier la consommation énergétique liée à la gestion des données et à leur utilisation (serveurs...).

    Cela milite sans conteste en faveur d’une nouvelle approche : le monde du numérique doit mieux intégrer l’enjeu écologique à la fois dans la conception de ses services et dans sa contribution à la société, c’est ce que nous avons développé dans le projet Ecology by design.

    Par ailleurs, le numérique, même lorsqu’il prend, par exemple, la forme de plateformes collaboratives d’échange de biens, ne permet pas à lui seul de changer nos « logiciels » de consommation, et donc de réduire notre consommation de ressources, comme l’a démontré le projet PICO (la revente sur Internet permet, par exemple, à certains usagers d’augmenter la fréquence de leurs achats d’objets neufs). Le numérique est aujourd’hui le support technique privilégié de nos modes de vie, que nous savons trop dispendieux pour l’équilibre de notre planète. Et, dans notre système actuel, le risque demeure que les gains d’efficience apportés par le numérique soient réinvestis dans toujours plus de consommation et de croissance matérielle, un phénomène que nous constatons depuis des décennies.

    Mais la communauté écologique doit élargir son regard sur le numérique, car celui-ci est aussi porteur de promesses. En effet, il outille autant la mesure et la compréhension des phénomènes climatiques ou des pollutions quotidiennes par l’intermédiaire d’applications individuelles, que la montée en puissance de formes partagées de mobilité ou de consommation ; les « sciences citoyennes », comme le recensement collaboratif de la biodiversité, que les projets open source et low tech en matière d’énergie ou d’agriculture ; les mobilisations massives (telles que 350.org) que l’organisation complexe des flux de l’économie circulaire. Nos actions en faveur de l’écologie ont beaucoup à gagner à s’appuyer sur le numérique en matière d’information, d’implication des citoyens et des parties prenantes, de collaboration, d’organisation, de passage à l’échelle…

    De leur côté, les acteurs du numérique ont une perception d’eux-mêmes marquée par l’immatérialité et l’efficience, et se considèrent écologiques, par nature. Portés par une dynamique d’innovation permanente allant dans toutes les directions, ils voient d’abord les opportunités et bien plus tard les risques. On n’innove pas sans un brin d’optimisme. Certains de ces acteurs nourrissent progressivement leur soif d’innovation par les défis écologiques qui nous font face. Nombreux sont les innovateurs qui s’attaquent aujourd’hui aux défis écologiques en s’appuyant sur la dématérialisation, sur le partage, la réduction des déchets et les changements de comportement (pensons aux CivicTech) ou en cherchant à « disrupter » divers marchés (ceux de l’énergie, de la mobilité ou de la production et de la distribution des objets).

    Néanmoins, aussi puissante que soit leur idée, ils ne sont généralement pas outillés pour mesurer la réduction des impacts qu’ils promettent en toute bonne foi (Comme nous l’observons dans le cadre du projet « Innovation Facteur 4 »)
    Or, dans un système d’innovation encore entièrement focalisé sur le potentiel de croissance et de rentabilité des entreprises, si l’impact écologique n’est considéré que comme une externalité positive, sa réduction ne résistera pas aux premières difficultés, ni aux premières évolutions stratégiques.

    Même si le rapprochement entre numérique et écologie reste fragile, des connaissances et des méthodes structurantes émergent dans plusieurs domaines. Ainsi le « green IT » s’appuie-t-il sur des méthodes assez solides pour réduire l’empreinte écologique de l’informatique des grandes entreprises. Plusieurs études ont démontré le potentiel du covoiturage et de l’autopartage sur de courtes distances, ainsi que celui des systèmes « multimodaux » intégrant les modes actifs de mobilité pour rendre celle-ci plus « durable ». Le projet « Agir Local » montre comment, dans les collectivités locales, les personnes en charge des sujets écologiques et numériques peuvent utilement travailler ensemble.

    En matière d’innovation, le projet « Innovation Facteur 4 » démontre comment des outils existants peuvent aider innovateurs et investisseurs à placer sérieusement l’impact écologique au coeur de leur projet. Et nous avons observé qu’en permettant la participation et la mobilisation des citoyens localement, par l’intermédiaire de plateformes de budget participatif comme à Paris, ou au travers de plateformes de crowdsourcing urbain ou de financement participatif, le numérique peut soutenir cette activité citoyenne si essentielle pour arriver à mettre en oeuvre une transformation écologique qui nous engage tous.

     

    De nouvelles politiques publiques pour réaliser la convergence
    entre transition écologique et transition numérique


    Si de nombreuses questions subsistent, nous en savons déjà suffisamment pour commencer à agir et à faire converger ces deux transitions.

    Pour que les innovateurs du numérique se tournent massivement vers la transition écologique, il faut une intention ferme qui soit inscrite au coeur du modèle d’affaires des acteurs et qui s’appuie sur un « système d’innovation » qui mesure le succès à l’aune d’autres indicateurs que les seuls indicateurs financiers. Comment ? En modifiant, tout d’abord, les outils de sélection et de soutien mis en oeuvre tant par les acteurs publics que par les acteurs privés (1), et, également, en faisant évoluer nos outils de mesure de la valeur et des impacts.
     

    L’objectif est double : concevoir des solutions numériques qui n’alimentent pas une dynamique d’obsolescence et de hausse des consommations énergétiques et orienter les finalités des projets innovants vers la transition écologique. L’État, en initiant les incubateurs de la GreenTech, semble avoir compris la nécessité d’un tel effort.

    Mais centrés comme ils le sont sur leur outil et leurs propositions de valeur, les innovateurs n’ont pas forcément la visibilité ni la « main » sur les interactions complexes que vont créer leurs « solutions », ou dont elles vont dépendre. Au-delà de la question des effets rebond, une innovation ne produira pas les résultats escomptés en l’absence d’un système lui permettant de s’épanouir : par exemple, une application de covoiturage sur courtes distances ne peut produire de grands résultats, si elle ne s’inscrit pas dans un système de mobilité organisé à l’échelle du territoire. Leurs solutions n’apporteront des gains que si elles s’inscrivent dans un système adapté, dans un cadre vertueux. À différents niveaux, ce doit être le rôle des pouvoirs publics que d’agir sur ces cadres.

    Les collectivités locales ont certainement un rôle clé à jouer pour soutenir et intégrer les innovations du numérique les plus profitables au développement durable de leur territoire. Nos travaux montrent quelques directions en la matière. Elles doivent oeuvrer progressivement à mieux connaître et à mieux appréhender ces nombreuses innovations, pour être à même d’identifier celles qui pourraient apporter des solutions complémentaires et utiles à ce que les collectivités mettent déjà en oeuvre dans les différents secteurs urbains. Organiser la mutualisation entre acteurs publics et l’échange d’expériences est une nécessité si l’on veut pouvoir faire face efficacement au flux continu d’innovations qui déferle sur des collectivités locales à la recherche de soutien. Et la multiplication des échanges doit également permettre de surmonter des différences culturelles entre entrepreneurs et autorités publiques qui souvent compliquent leur travail commun.

    Les collectivités doivent également savoir soutenir les expérimentations locales afin de les orienter vers des objectifs de développement durable et leur donner la possibilité de tester leurs innovations et de comprendre les enjeux d’une diffusion plus large de celles-ci. Cela est d’autant plus critique que, souvent, les solutions les plus alignées sur l’intérêt général sont celles qui ont le plus de mal à se développer seules. Derrière le mot valise d’expérimentation se jouent des changements plus profonds qui sont liés à la culture numérique : le principe d’itération, l’acceptation de l’échec pour mieux apprendre, l’ouverture et le partage de données pour mieux évaluer et comprendre les expériences… C’est, par exemple, une des ambitions d’Etalab que d’essayer d’inoculer au sein de l’État cet état d’esprit, sans lequel il ne saurait y avoir de réelle transformation par le numérique.

    Les solutions du numérique et de l’économie collaborative représentent un réservoir d’innovations dans lequel les pouvoirs publics peuvent puiser pour renouveler leurs services publics. Par exemple, la politique du recyclage devrait progressivement amener à tisser des liens avec les plateformes d’échange de biens. Collaborer avec ces nouveaux acteurs, notamment lorsque ce sont des plateformes, nécessite toutefois de nouvelles formes de gouvernance et de partenariat qui sont à inventer, ce qui soulève de nombreuses questions quant au nouveau contrat social urbain à élaborer.

    Enfin, les stratégies et les politiques de soutien à l’innovation numérique doivent devenir à la fois plus exigeantes et plus créatives. Plus exigeantes, en abordant la question de leur empreinte écologique et de leurs impacts potentiels, positifs comme négatifs. Plus créatives, en s’intéressant moins exclusivement à la performance technologique et économique et davantage à l’exploration de modèles alternatifs : l’open source comme vecteur de diffusion de solutions vertueuses ; le partage, la collaboration et les « communs » comme alternatives positives à la surconsommation ; le « pair à pair » et les systèmes d’échange alternatifs...


    Un changement d’état d’esprit


    Au-delà de ces principes, l’alliance féconde entre l’écologie et le numérique invite chacun à se transformer de l’intérieur. La « tech » doit s’inventer un agenda d’innovation qui prenne en compte la finitude du monde, et les « écolos » doivent se saisir de l’incroyable force de transformation du numérique. Depuis un an, le programme (14) Transitions² lancé par un certain nombre d’acteurs, dont la Fing et l’IDDRI, explore les changements apportés par l’alliance de l’écologie et du numérique, mais aussi la manière dont cette alliance nous change nous-mêmes.

    Mais nous n’en sommes qu’au tout début. Nous entendons aujourd’hui inviter d’autres acteurs issus de l’écologie et du numérique à nous rejoindre pour que nous réexaminions ensemble leurs priorités.

     

    (1) Ceux-ci font l’objet d’un double travail avec Bpifrance : la parution en 2015 (et désormais l’usage par les chargés d’affaires de Bpifrance) du référentiel « Innovation nouvelle génération » et la réalisation (en cours) d’un travail, « Innovation Facteur 4 ».




    Article importé: http://www.transitions2.net/catalogue/view/1775/faire-converger-les-transitions-numerique-et-ecologique
    Par: Renaud Francou
    Publié: August 22, 2017, 6:40 pm

  • Un article de la Fing et l'Iddri publié dans la revue "Responsabilité et environnement" des Annales des Mines (juillet 2017)

      (...) Pris dans toute sa diversité, et donc allant bien au-delà des seules solutions passant par l’informatique et les calculs auxquels on le réduit encore trop souvent, le numérique nous invite à explorer d’une tout autre façon les chemins de la transition écologique en investissant les dimensions sociales et collectives de cette transformation.


    >> Télécharger l'article (4 pages, .pdf)

    Article publié dans le numéro de juillet 2017 de la série Responsabilité & Environnement des Annales des Mines.

    ****

    Faire converger les transitions numérique et écologique

     

    • Damien DEMAILLY, Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI)
    • Renaud FRANCOU, Fondation Internet Nouvelle génération (Fing)
    • Daniel KAPLAN, Fondation Internet Nouvelle génération (Fing)
    • Mathieu SAUJOT, Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI)

    La transition écologique est un horizon incontournable pour nos sociétés, la transition numérique est, quand à elle, la grande force transformatrice de notre époque. La première sait raconter son but, mais peine à dessiner son chemin ; la seconde est notre quotidien, une force permanente de changement, mais qui ne poursuit pas d’objectif collectif particulier. L’une a le but à atteindre, l’autre le chemin à emprunter : chacune de ces deux transitions a besoin de l’autre ! Et pourtant, leurs acteurs évoluent trop souvent dans des sphères séparées, sans réaliser pleinement la puissance transformatrice qu’aurait leur convergence.

    Comment dès lors faire converger ces deux grandes transitions contemporaines ?

     

    Qu’est-ce que le numérique ?


    Commençons tout d’abord par clarifier ce que nous entendons par le terme « numérique ».

    Dans les entreprises comme dans l’action publique, les acteurs de l’écologie et ceux du numérique sont confrontés à une même difficulté : les transformations dont ils sont porteurs sont transversales. Elles touchent tous les métiers et toutes les dimensions des organisations. Elles relèvent à la fois de la technique, des pratiques quotidiennes et des formes d’action collective. Dès qu’on les spécialise, on les stérilise.

    Ainsi l’apport du numérique à la transition écologique
    est-il trop souvent considéré sous le seul angle technique, celui du « smart », de l’optimisation des processus pour augmenter la productivité des ressources (avec, par exemple, l’utilisation de capteurs pour améliorer le pilotage de réseaux d’eau ou d’éclairage public...).
    Or, si le numérique prend aujourd’hui une telle place, c’est parce qu’il est aussi beaucoup d’autres choses. En effet, le numérique, c’est aussi :

    • une manière de produire et de partager des connaissances : les « Data » deviennent le support dominant de la production d’informations et de décisions. Ainsi, le « défi » onusien Data 4 Climate Action exploite de grands volumes de données produites par des acteurs privés pour « catalyser l’action contre le changement climatique » ;
    • de nouvelles pratiques individuelles et sociales (SMS, réseaux sociaux, partage de fichiers ou de plans…). Sous leur apparence parfois futile, ces usages peuvent aussi marquer le point de départ de mobilisations, de coordinations, de partages et d’échanges plus massifs : on pense notamment à la vitesse avec laquelle les réseaux sociaux se sont invités dans les campagnes électorales et au rôle important qu’ils y ont joué, ou encore à l’importance prise par des plateformes de vente en ligne telles que Le Bon Coin ;
    • de nouvelles formes de coordination et d’action collective allant de l’échelle locale à la plus globale : il en est ainsi de Wikipedia qui permet de construire de la connaissance et de la partager entre des millions de personnes, des plateformes de l’économie collaborative qui permettent d’échanger (ou de partager) son véhicule, son logement, son potager…, ou encore, du crowdfunding en matière de financement de projets de toutes sortes.

    Pris dans toute sa diversité, et donc allant bien au-delà des seules solutions passant par l’informatique et les calculs auxquels on le réduit encore trop souvent, le numérique nous invite à explorer d’une tout autre façon les chemins de la transition écologique en investissant les dimensions sociales et collectives de cette transformation.

    Comment ce numérique, dans toutes ses dimensions, peut-il se mettre au service de manières plus durables de produire, de consommer des objets et des services ou de se déplacer ? Et, comment, sur cette base, des politiques et des stratégies de transitions écologique et énergétique peuvent-elles intégrer une « perspective numérique » ?

    Il y a là pour l’écologie à la fois une nécessité et une source d’opportunités à explorer, qui nous paraissent aussi complexes qu’excitantes. Mais cela nécessite, en tout premier lieu, de clarifier les liens existants entre ces deux transitions.

    Reconnaître aussi bien les risques que les opportunités du numérique pour le développement durable


    La communauté écologique, construite en partie sur une critique de la technologie et de la croissance, se méfie des promesses d’innovations techniques. Elle a tendance à se focaliser sur les déchets générés par la production d’objets, sur la consommation énergétique et sur les risques d’effets rebond (c’est par exemple le cas de l’amélioration des technologies automobiles qui a été aussitôt réinvestie dans davantage de puissance et de confort).

    Elle n’a pas tort, car, dans le système actuel, l’empreinte écologique liée à la fabrication et à l’utilisation du matériel numérique via Internet est colossale (Voir à ce sujet les travaux du G.D.S EcoInfo du CNRS). Et la dynamique actuelle de son développement intensifie ces impacts : ainsi, la demande croissante de puissance de calcul rend les équipements très vite obsolètes, alors même que l’on sait que leur fabrication concentre une bonne part des impacts environnementaux du numérique. Les évolutions vers un Cloud généralisé et les objets connectés pourraient démultiplier la consommation énergétique liée à la gestion des données et à leur utilisation (serveurs...).

    Cela milite sans conteste en faveur d’une nouvelle approche : le monde du numérique doit mieux intégrer l’enjeu écologique à la fois dans la conception de ses services et dans sa contribution à la société, c’est ce que nous avons développé dans le projet Ecology by design.

    Par ailleurs, le numérique, même lorsqu’il prend, par exemple, la forme de plateformes collaboratives d’échange de biens, ne permet pas à lui seul de changer nos « logiciels » de consommation, et donc de réduire notre consommation de ressources, comme l’a démontré le projet PICO (la revente sur Internet permet, par exemple, à certains usagers d’augmenter la fréquence de leurs achats d’objets neufs). Le numérique est aujourd’hui le support technique privilégié de nos modes de vie, que nous savons trop dispendieux pour l’équilibre de notre planète. Et, dans notre système actuel, le risque demeure que les gains d’efficience apportés par le numérique soient réinvestis dans toujours plus de consommation et de croissance matérielle, un phénomène que nous constatons depuis des décennies.

    Mais la communauté écologique doit élargir son regard sur le numérique, car celui-ci est aussi porteur de promesses. En effet, il outille autant la mesure et la compréhension des phénomènes climatiques ou des pollutions quotidiennes par l’intermédiaire d’applications individuelles, que la montée en puissance de formes partagées de mobilité ou de consommation ; les « sciences citoyennes », comme le recensement collaboratif de la biodiversité, que les projets open source et low tech en matière d’énergie ou d’agriculture ; les mobilisations massives (telles que 350.org) que l’organisation complexe des flux de l’économie circulaire. Nos actions en faveur de l’écologie ont beaucoup à gagner à s’appuyer sur le numérique en matière d’information, d’implication des citoyens et des parties prenantes, de collaboration, d’organisation, de passage à l’échelle…

    De leur côté, les acteurs du numérique ont une perception d’eux-mêmes marquée par l’immatérialité et l’efficience, et se considèrent écologiques, par nature. Portés par une dynamique d’innovation permanente allant dans toutes les directions, ils voient d’abord les opportunités et bien plus tard les risques. On n’innove pas sans un brin d’optimisme. Certains de ces acteurs nourrissent progressivement leur soif d’innovation par les défis écologiques qui nous font face. Nombreux sont les innovateurs qui s’attaquent aujourd’hui aux défis écologiques en s’appuyant sur la dématérialisation, sur le partage, la réduction des déchets et les changements de comportement (pensons aux CivicTech) ou en cherchant à « disrupter » divers marchés (ceux de l’énergie, de la mobilité ou de la production et de la distribution des objets).

    Néanmoins, aussi puissante que soit leur idée, ils ne sont généralement pas outillés pour mesurer la réduction des impacts qu’ils promettent en toute bonne foi (Comme nous l’observons dans le cadre du projet « Innovation Facteur 4 »)
    Or, dans un système d’innovation encore entièrement focalisé sur le potentiel de croissance et de rentabilité des entreprises, si l’impact écologique n’est considéré que comme une externalité positive, sa réduction ne résistera pas aux premières difficultés, ni aux premières évolutions stratégiques.

    Même si le rapprochement entre numérique et écologie reste fragile, des connaissances et des méthodes structurantes émergent dans plusieurs domaines. Ainsi le « green IT » s’appuie-t-il sur des méthodes assez solides pour réduire l’empreinte écologique de l’informatique des grandes entreprises. Plusieurs études ont démontré le potentiel du covoiturage et de l’autopartage sur de courtes distances, ainsi que celui des systèmes « multimodaux » intégrant les modes actifs de mobilité pour rendre celle-ci plus « durable ». Le projet « Agir Local » montre comment, dans les collectivités locales, les personnes en charge des sujets écologiques et numériques peuvent utilement travailler ensemble.

    En matière d’innovation, le projet « Innovation Facteur 4 » démontre comment des outils existants peuvent aider innovateurs et investisseurs à placer sérieusement l’impact écologique au coeur de leur projet. Et nous avons observé qu’en permettant la participation et la mobilisation des citoyens localement, par l’intermédiaire de plateformes de budget participatif comme à Paris, ou au travers de plateformes de crowdsourcing urbain ou de financement participatif, le numérique peut soutenir cette activité citoyenne si essentielle pour arriver à mettre en oeuvre une transformation écologique qui nous engage tous.

     

    De nouvelles politiques publiques pour réaliser la convergence
    entre transition écologique et transition numérique


    Si de nombreuses questions subsistent, nous en savons déjà suffisamment pour commencer à agir et à faire converger ces deux transitions.

    Pour que les innovateurs du numérique se tournent massivement vers la transition écologique, il faut une intention ferme qui soit inscrite au coeur du modèle d’affaires des acteurs et qui s’appuie sur un « système d’innovation » qui mesure le succès à l’aune d’autres indicateurs que les seuls indicateurs financiers. Comment ? En modifiant, tout d’abord, les outils de sélection et de soutien mis en oeuvre tant par les acteurs publics que par les acteurs privés (1), et, également, en faisant évoluer nos outils de mesure de la valeur et des impacts.
     

    L’objectif est double : concevoir des solutions numériques qui n’alimentent pas une dynamique d’obsolescence et de hausse des consommations énergétiques et orienter les finalités des projets innovants vers la transition écologique. L’État, en initiant les incubateurs de la GreenTech, semble avoir compris la nécessité d’un tel effort.

    Mais centrés comme ils le sont sur leur outil et leurs propositions de valeur, les innovateurs n’ont pas forcément la visibilité ni la « main » sur les interactions complexes que vont créer leurs « solutions », ou dont elles vont dépendre. Au-delà de la question des effets rebond, une innovation ne produira pas les résultats escomptés en l’absence d’un système lui permettant de s’épanouir : par exemple, une application de covoiturage sur courtes distances ne peut produire de grands résultats, si elle ne s’inscrit pas dans un système de mobilité organisé à l’échelle du territoire. Leurs solutions n’apporteront des gains que si elles s’inscrivent dans un système adapté, dans un cadre vertueux. À différents niveaux, ce doit être le rôle des pouvoirs publics que d’agir sur ces cadres.

    Les collectivités locales ont certainement un rôle clé à jouer pour soutenir et intégrer les innovations du numérique les plus profitables au développement durable de leur territoire. Nos travaux montrent quelques directions en la matière. Elles doivent oeuvrer progressivement à mieux connaître et à mieux appréhender ces nombreuses innovations, pour être à même d’identifier celles qui pourraient apporter des solutions complémentaires et utiles à ce que les collectivités mettent déjà en oeuvre dans les différents secteurs urbains. Organiser la mutualisation entre acteurs publics et l’échange d’expériences est une nécessité si l’on veut pouvoir faire face efficacement au flux continu d’innovations qui déferle sur des collectivités locales à la recherche de soutien. Et la multiplication des échanges doit également permettre de surmonter des différences culturelles entre entrepreneurs et autorités publiques qui souvent compliquent leur travail commun.

    Les collectivités doivent également savoir soutenir les expérimentations locales afin de les orienter vers des objectifs de développement durable et leur donner la possibilité de tester leurs innovations et de comprendre les enjeux d’une diffusion plus large de celles-ci. Cela est d’autant plus critique que, souvent, les solutions les plus alignées sur l’intérêt général sont celles qui ont le plus de mal à se développer seules. Derrière le mot valise d’expérimentation se jouent des changements plus profonds qui sont liés à la culture numérique : le principe d’itération, l’acceptation de l’échec pour mieux apprendre, l’ouverture et le partage de données pour mieux évaluer et comprendre les expériences… C’est, par exemple, une des ambitions d’Etalab que d’essayer d’inoculer au sein de l’État cet état d’esprit, sans lequel il ne saurait y avoir de réelle transformation par le numérique.

    Les solutions du numérique et de l’économie collaborative représentent un réservoir d’innovations dans lequel les pouvoirs publics peuvent puiser pour renouveler leurs services publics. Par exemple, la politique du recyclage devrait progressivement amener à tisser des liens avec les plateformes d’échange de biens. Collaborer avec ces nouveaux acteurs, notamment lorsque ce sont des plateformes, nécessite toutefois de nouvelles formes de gouvernance et de partenariat qui sont à inventer, ce qui soulève de nombreuses questions quant au nouveau contrat social urbain à élaborer.

    Enfin, les stratégies et les politiques de soutien à l’innovation numérique doivent devenir à la fois plus exigeantes et plus créatives. Plus exigeantes, en abordant la question de leur empreinte écologique et de leurs impacts potentiels, positifs comme négatifs. Plus créatives, en s’intéressant moins exclusivement à la performance technologique et économique et davantage à l’exploration de modèles alternatifs : l’open source comme vecteur de diffusion de solutions vertueuses ; le partage, la collaboration et les « communs » comme alternatives positives à la surconsommation ; le « pair à pair » et les systèmes d’échange alternatifs...


    Un changement d’état d’esprit


    Au-delà de ces principes, l’alliance féconde entre l’écologie et le numérique invite chacun à se transformer de l’intérieur. La « tech » doit s’inventer un agenda d’innovation qui prenne en compte la finitude du monde, et les « écolos » doivent se saisir de l’incroyable force de transformation du numérique. Depuis un an, le programme (14) Transitions² lancé par un certain nombre d’acteurs, dont la Fing et l’IDDRI, explore les changements apportés par l’alliance de l’écologie et du numérique, mais aussi la manière dont cette alliance nous change nous-mêmes.

    Mais nous n’en sommes qu’au tout début. Nous entendons aujourd’hui inviter d’autres acteurs issus de l’écologie et du numérique à nous rejoindre pour que nous réexaminions ensemble leurs priorités.

     

    (1) Ceux-ci font l’objet d’un double travail avec Bpifrance : la parution en 2015 (et désormais l’usage par les chargés d’affaires de Bpifrance) du référentiel « Innovation nouvelle génération » et la réalisation (en cours) d’un travail, « Innovation Facteur 4 ».




    Article importé: http://www.transitions2.net/catalogue/view/1775/faire-converger-les-transitions-numerique-et-ecologique
    Par: Renaud Francou
    Publié: August 22, 2017, 6:40 pm

  • MesInfos

    Le pilote MesInfos, 1 an après

    • Télécharger en PDF
    Par MesInfos dans le groupe MesInfos le 24 juillet 2017

    Lorsque nous avons lancé le pilote MesInfos, début 2016, après quatre années de travaux sur le sujet du “retour des données personnelles aux individus”, l’ambition était claire : “faire franchir un cap” au Self Data. Pourquoi, après ces premières années d’exploration et d’expérimentation, avions-nous jugé temps d’accélérer les choses ?

    Essentiellement pour trois raisons :
    > Le sentiment que la situation (montée de la défiance des individus vis-à-vis des organisations, en particulier sur le sujet des données, asymétrie totale entre l’accès à l’information et les capacités de traitement des uns et des autres…) ne pouvait plus durer pour penser une économie durable et surtout une société désirable.
    > Le sentiment que quelque chose était en train de bouger : un écosystème émergent de services et plateformes autour des données personnelles (cloud personnels, services se revendiquant de “VRM”…), la multiplication des conférences sur le sujet, les échanges nourris avec des entreprises partageant un intérêt pour lancer des expérimentations voire des stratégies autour du Self Data, l’évolution à venir de la loi européenne en matière de protection des données personnelles, avec le RGPD
    > Enfin, après quatre années de travaux avec des partenaires et complices – dont certains creusent avec nous le sujet depuis le début, le sentiment que pour apprendre davantage de ce que signifierait le Self Data (en termes de défis techniques, organisationnels, économiques, en termes de valeur et d’usages, etc.), nous devions nous confronter au terrain, avec un projet pilote ambitieux.

    Le format que nous avions choisi pour ce pilote, nous l’avions déjà – en partie – éprouvé en 2013 lors d’une première expérimentation, limitée dans le temps et les dispositifs techniques (transfert de fichiers de données et non pas développement d’API pour transférer les données, par exemple). Il s’agissait, avec ce pilote de réunir autour de la table de grandes organisations détentrices de données – publiques ou privées, de les inciter à restituer les données qu’elles détiennent et utilisent dans leur SI à 3000 de leurs clients ou usagers volontaires (contre 300 pour la 1re expérimentation) ; pour cela, il était nécessaire que les futurs testeurs disposent de leur propre outillage, qui leur permettrait de recevoir les données, de les visualiser, les comprendre, les stocker en toute sécurité, et les réutiliser grâce à de nouveaux services tiers (c’est cela, que nous nommons le Self Data). Nous avons ainsi choisi de collaborer pour ce projet pilote avec la startup française de cloud personnel Cozy Cloud, pour donner corps à cette vision. Enfin, puisque nous cherchions à apprendre, nous avons constitué une équipe de chercheurs issus de disciplines diverses (sociologie, marketing, ergonomie…)

    Un an après, où en sommes-nous ?

    Un peu plus d’un an après le lancement du pilote, quel bilan pouvons-nous en dresser ? Difficile de parler de véritable bilan, puisque nous sommes en réalité au milieu du gué : nous avons déjà beaucoup appris, notamment sur tous les défis et difficultés inhérentes à la mise en oeuvre de la restitution des données personnelles pour les organisations. Mais beaucoup reste encore à apprendre, puisque la majeure partie des testeurs du pilote ne sont pas encore officiellement investis. Mais alors, que s’est-il passé pendant cette première année, durant laquelle nous avons beaucoup travaillé en sous-marin ?

    Un travail de fond sur la mise à disposition des données : Identifier les données, mettre en place les process de restitution – souvent, développer des API ou s’appuyer sur des API existantes, les documenter pour les rendre “réutilisables par des acteurs tiers” est un long chantier en soi. Mais travailler sur la restitution elle-même signifie également travailler sur le cadre global (juridique et technique), clarifier les responsabilités sur la chaîne de transfert des données, rassurer les détenteurs sur la plateforme de mise à disposition des données, notamment en matière de sécurité. Même si une fois que les données sont entre les mains des individus, sur leur cloud personnel, les testeurs peuvent théoriquement en faire ce qu’ils veulent – les détenteurs ne sont plus responsables – c’est un saut dans l’inconnu à faire pour des organisations qui découvrent juste le Self Data. Le chantier “données” est complexe, et à lui seul a pris près de 6 mois pour porter ses fruits.

    ImageDonnéesPIloteMI

    Des cas d’usage… aux services prototypés, un défi : Un des enjeux du pilote est de faire émerger des cas d’usage et des services Self Data que les testeurs pourront expérimenter depuis leur Cozy. Il s’agit peut-être d’un des chantiers les plus complexes du pilote, pour certaines raisons que nous avions déjà identifiées lors de la première expérimentation : la difficulté d’attirer des startups et entrepreneurs sur un marché émergent, en particulier sur une plateforme nouvelle (Cozy en l’occurrence) ; la complexité d’appréhender un sujet neuf, un périmètre de données mis à disposition parfois un peu limité pour imaginer des cas très riches de croisement de données… Si le chantier est amorcé depuis un an environ (produisant une dizaine de services prototypés), ces points sont des obstacles majeurs dans son déroulement, qui nous restent toujours à surmonter… Force est aussi de reconnaître que l’écosystème du Self Data – au-delà du pilote, en France et internationalement – est encore tout juste balbutiant. Les plateformes et services Self Data ont besoin de données pour se développer et fonctionner, et les détenteurs de données sont souvent en attente de cas d’usage voire de modèles économiques pour se lancer dans la restitution des données, ce qui limite à ce jour la structuration de ce marché.

    Le travail sur la plateforme
    Comment présenter les données, mais aussi ce nouvel espace “personnel” qu’est le cloud personnel ? Visualiser des données, mais aussi le concept du cloud personnel sont des choses familières pour les profils les plus technophiles, beaucoup moins pour la plupart des individus. C’est toujours un défi : comment rendre intelligible, appropriable, simple d’usage… le Self Data et le cloud personnel ? Il a été nécessaire pour Cozy de faire évoluer son interface, de façon radicale, au cours du pilote, afin de s’adresser à un plus grand public.

    L’évolution du contexte réglementaire : un levier, un frein
    Le pilote MesInfos a été conçu dès le départ comme un projet collectif (associant les partenaires aux grandes décisions et au pilotage du projet) ; le développement du Self Data repose nécessairement sur un écosystème, comprenant détenteurs de données, plateformes personnelles de données, services tiers, individus… Nous avons passé du temps à réfléchir aux évolutions de cet écosystème international, aux perspectives de développement du Self Data à plus long terme, à ce que devrait / pourrait devenir MesInfos à partir de 2018…
    Le tout dans un contexte réglementaire en mouvement, puisque le GDPR signifie des évolutions réglementaires significatives en matière de données personnelles, instaurant notamment un droit à la portabilité des données. Le périmètre de ce droit a été soumis à de nombreuses interrogations entre l’automne 2016 et le printemps 2017 ; le G29 a depuis apporté une série de lignes directrices précisant l’étendue, les données concernées et les modalités d’application possibles. L’article 20 a donc été le sujet de nombreux débats – parfois paradoxaux – entre les acteurs impliqués dans le pilote MesInfos, et plus globalement de la communauté du Self Data : le périmètre des données et les modalités de restitution devaient-ils s’aligner sur ce que serait ce droit ? Tester des choses dans le pilote signifie-t-il jurisprudence en matière de restitution des données personnelles ? Comment penser dès à présent des modalités de portabilité des données dimensionnées pour plus de 3 000 personnes, puisque le droit à la portabilité concerne à partir de 2018 tous les citoyens ?

    portability
    (Via Tristan Nitot)

    Pour ne pas perdre de vue les objectifs du pilote, nous avons choisi de lancer une réflexion autour de l’application du droit à la portabilité (comment accompagner les organisations dans la mise en oeuvre de ce droit et faire en sorte que cela soit porteur de valeur partagée, pour elle comme pour les individus ?), tout en dissociant cette réflexion du pilote. Le projet Rainbow Button était né, avançant parallèlement au pilote MesInfos : ce dernier vise à tester, apprendre, mettre en oeuvre le Self Data en bénéficiant d’un bac à sable concret ; le Rainbow Button vise quant à lui à définir un cahier des charges, un cadre commun (UX, technique, juridique…) de mise en oeuvre de la portabilité applicable à compter de mai 2018. Les deux se nourrissent et sont complémentaires ; cet édifice a mis du temps à mûrir et à se mettre en oeuvre, mais commence à prendre corps.

    >> Retrouvez la documentation de l’amorçage du projet sur 2016 et début 2017 (.pdf, un document qui évoluera à mesure des avancées et enseignements du pilote).

    Demain, quelles suites ?

    La marche que nous nous étions fixée était très haute. Aucun de ces chantiers n’est totalement terminé – il reste beaucoup à faire, notamment du côté des prototypes de services ; les mois prochains seront aussi le temps des retours d’usage, de la recherche, des enseignements, de la documentation et de la formalisation. Pour en avoir discuté avec d’autres acteurs de l’écosystème international autour du Self Data (MyData dans les pays scandinaves, VRM ailleurs…), un an après son lancement, le pilote MesInfos reste une expérience inédite et excitante. Le “passage de cap” dépendra, au-delà du déroulement du pilote lui-même, de la structuration de l’écosystème que nous mentionnions et de l’engagement pérenne de détenteurs de données. En cela, le droit à la portabilité pourrait bien aider le Self Data, ouvrant la porte d’un tout nouveau marché, si chacun joue le jeu.




    Article importé: http://mesinfos.fing.org/le-pilote-mesinfos-1-an-apres/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=le-pilote-mesinfos-1-an-apres
    Par: Marine Albarède
    Publié: July 24, 2017, 10:51 am

Conception & réalisation : Facyla ~ Items International

Plateforme construite avec le framework opensource Elgg 1.8

Feedback

Vous avez une remarque à faire, de nouvelles idées à proposer ou un bug à signaler ? Nous serions ravis d'avoir votre retour.
Humeur :  

A propos de :  

 

» Afficher les précédents feedbacks